La Mutualité française privée d'un soutien financier de poids

La Mutualité française privée d'un soutien financier de poids
Nathanael MERGUI / mutuelle francaise Façade du siège de la Mutualité française, rue de Vaugirard, Paris 15e.

Coup dur pour la Fédération nationale de la Mutualité française. Son budget pourrait être amputé de 3 M€ en raison d’une décision du groupe mutualiste d’assurance Matmut.

La Fédération nationale de la Mutualité française (FNMF) va perdre pas moins de 6 % de ses recettes : selon nos informations, Matmut Mutualité a décidé d’arrêter de « surpayer » sa cotisation à la FNMF, la privant de 3 M€. Toutes les mutuelles de livre 2 du code de la mutualité membres de la FNMF lui versent annuellement une cotisation par adhérent équivalente à un peu moins de 6 €. Un montant qui était versé également jusqu’alors par Matmut Mutualité à titre de « soutien » à la fédération, quand bien même cette mutuelle n’a pas d’adhérents en propre. En effet, comme on peut le lire dans le rapport SFCR (Solvabilité et solidi­té financière) de Matmut Mutua­lité, cette dernière « propose à ses sociétaires des garanties complémentaires en cas d’accidents corpo­rels. Le périmètre courant concerne l’adhésion à la Smac, liée à l’ensemble des contrats de Matmut SAM. Il n’y a donc pas de souscription propre à Matmut Mutualité : le développement du portefeuille est lié à la souscription des sociétés non-vie. »

Dans ce schéma, la part de cotisation correspondant à Matmut Mutualité représente quelques dizaines d’euros par an et par adhérent, contre quelques centaines, voire plus d’un millier d’euros par an pour une garantie de complémentaire santé. Or, à titre de soutien à la FNMF, l’organisme versait une cotisation fédé­rale entière à la FNMF, comme dans le cas de figure d’une mutuelle santé. Ce « surpaiement » de 3 M€ représente une part significative des ressources d’exploitation de la FNMF, qui s’élevaient à 55,2 M€, dont 46,71 M€ pour les cotisations des mutuelles adhérentes en 2015 – dernière année où un compte de résultat détaillé est disponible. Contactés par L’Argus, le groupe Matmut comme la fédération mutualiste n’ont pas souhaité faire de commen­taires sur le sujet.

Un budget déjà sous contrainte

La disparition d’une ressource exceptionnelle comme celle provenant de Matmut pourrait être d’autant plus sensible pour la FNMF que la fédération s’est engagée dans un tour de vis budgétaire. Dans une interview accordée à L’Argus en juin 2017, son président, Thierry Beaudet, disait porter l’idée d’une baisse de la cotisation versée par les mutuelles à la FNMF de l’ordre de 25 % sur la durée de son mandat, soit d’ici à 2021. Un choix fait au nom de la sensibilité des mutuelles et de leur fédération aux coûts de gestion. Pour la Mutualité française, cette maîtrise budgétaire devrait s’accompagner d’une réduction d’effectifs de 280 à 250 équivalents temps plein, sans plan de sauvegarde de l’emploi toutefois, promettait M. Beaudet.

Des liens historiques

Cela dit, ce « soutien » de la Matmut à la FNMF pourrait s’expliquer par les liens historiques entre les deux structures. Le nom de la première est l’acronyme de Mutuelle assurance des travailleurs mutualistes, et traduit bien cette proximité qui se retrouve aujourd’hui dans la gouvernance. Au conseil d’administration de Matmut Mutualité siègent plusieurs responsables mutualistes, dont notamment Étienne Caniard, ancien président de la FNMF. Mais aussi son successeur, Thierry Beaudet – également prési­dent du groupe Vyv –, Jean-Martin Cohen-Solal, délégué général de la FNMF, Stéphane Junique, président d’Harmonie Mutuelle et administrateur de la FNMF. Les mêmes personnalités siègent aussi au conseil d’administration du groupe Matmut. De son côté, Daniel Havis – aujourd’hui président de Matmut SAM et non plus du groupe prudentiel – est aussi vice-président de la FNMF.

En revanche, les raisons de l’arrêt de ce soutien de la Matmut à la FNMF sont plus difficiles à discer­ner. Si des questions de personnes ne peuvent pas être écartées, une des pistes d’explica­tion pourrait se trouver dans le projet de rapprochement entre le groupe Matmut et AG2R La Mondiale, ces synergies étant souvent l’occasion d’une chasse aux coûts.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Services d'assurance

Fondation de Selves

20 août

24 - Sarlat-la-Canéda

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

La Mutualité française privée d'un soutien financier de poids

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié