Le chantier du syndicat unique toujours d'actualité

Alors que l'aboutissement du projet de la nouvelle CSCA était prévu le 4 juin prochain, il n'en sera finalement rien. Pour autant, l'élection d'un nouveau président aura bien lieu. Ce dernier devra achever le chantier du syndicat unique.

Le 4 juin sera élu le nouveau président de la Chambre syndicale des courtiers d'assurances (CSCA), qui ne devrait présider que l'espace de quelques mois. En effet, comme pressenti, le calendrier du projet d'un syndicat unique a pris du retard. Ce que Laurent Ouazana, secrétaire général du Syndicat 10, confirme : « Nous ne serons pas dans les clous en termes de timing. Le président élu devra néanmoins mener à bien le projet entamé depuis quatre ans. »

Un projet adopté

Ce président sera vraisemblablement Hervé Houdard, directeur général de Siaci Saint Honoré, seul candidat en course après le retrait d'Alain Morichon, actuel président délégué de la CSCA. Mais même si cette élection ne désigne finalement un président que pour une période transitoire, le changement est « en ordre de marche car les syndicats ont adopté, début avril, à la majorité ce projet de syndicat unique », insiste Dominique Sizes, président de la CSCA.

Il précise : « Pour autant, les chantiers qui restent à mener ne sont pas anodins. En effet, voter une dévolution dans chacun des syndicats membres, réaliser les opérations comptables nécessaires ou encore constituer une chambre régionale ou catégorielle va prendre du temps. Ce projet n'a certes pas pu aboutir comme prévu au Congrès national du 5 juin, mais il devrait voir le jour avant la fin de cette année, et ce afin d'être opérationnel dès 2015. Bien sûr, il reviendra à la nouvelle équipe de traiter ce sujet. »

Les courtiers grossistes mieux représentés

Justement, du côté des syndicats régionaux et catégoriels, il leur restera, après cette élection du 4 juin, à jouer le jeu de la démocratie avec leurs membres respectifs, et ce afin d'adopter les différents projets de dissolution. « Le Syndicat méditerranéen des courtiers d'assurances et de réassurances (SMCAR) votera effectivement l'adoption ou non du projet unique lors de son assemblée générale extraordinaire le 3 juillet prochain, confirme son président, Richard Restuccia. Cependant, grâce au travail de pédagogie que nous avons effectué au sein de notre syndicat, nous pouvons affirmer que nos adhérents ont bien compris l'intérêt et les enjeux de la transformation de cette union syndicale en syndicat unique. »

L'objectif d'un tel chantier demeure également la représentativité des intermédiaires. « Pour qu'un syndicat soit attractif, il lui faut développer une offre syndicale forte. Pour ce faire, il faut parler d'une seule voix, réaliser des actions de lobbying concrètes, accompagner les adhérents qui seront en majorité des courtiers de proximité », explique Laurent Ouazana du Syndicat 10. Ce dernier, même s'il souhaite rester vigilant, se réjouit néanmoins de voir les courtiers grossistes mieux représentés dans le nouveau projet syndical. En effet, selon lui, ils auront « 5 voix sur 30 au bureau national « nouvelle mouture » contre 1 sur 28 actuellement ».

Se rapprocher des organisations patronales

Mais que devient alors le problème sur la représentativité patronale soulevé par le rapport Combrexelle (du nom du directeur général du Travail) et qui a longtemps animé les discussions au sein de la Chambre syndicale ? « Aujourd'hui, et a priori demain, nous n'avons et n'aurons pas de difficulté particulière en matière de représentativité, puisque la CSCA est la seule organisation syndicale patronale du courtage », répond Alain Morichon, son président délégué. Il ajoute toutefois : « Afin que nous pesions encore plus sur les questions sociales, et notamment dans les débats au niveau interprofessionnel, il est important que nous attirions des chefs d'entreprise et des salariés proches de notre secteur, comme les CGPI (conseiller en gestion de patrimoine indépendant, NDLR) ou les IOB (intermédiaires en opérations bancaires, NDLR). »

Un objectif qui, a priori, n'est pas le seul prévu par les courtiers : « Nous devrons, une fois le projet de syndicat unique réalisé, penser à nous rapprocher d'une organisation interprofessionnelle comme le CGPME et le Medef. Il nous faut mener des combats à plusieurs et peser sur les chantiers », conclut Laurent Ouazana.

Juin 2013

Les lignes directrices du projet global de transformation sont adoptées à 95% par les membres de la CSCA lors d'une assemblée générale tenue pendant le congrès national.

3 décembre 2013

L'assemblée générale extraordinaire initialement prévue est repoussée à la demande de deux syndicats membres, évoquant un potentiel problème de représentativité soulevé par le rapport Combrexelle.

1er avril 2014

La majorité des représentants des différents syndicats membres de la CSCA adopte officiellement la modification des statuts et du règlement intérieur conduisant à la création d'un syndicat unifié.

4 juin 2014

Élection du président de la CSCA « ancienne mouture ». Pour autant, ce dernier aura pour mission de conduire et finaliser le changement, afin que le projet de syndicat unifié voie le jour avant la fin de cette année.

L'exception lyonnaise du SYCRA

Le projet d'un syndicat unique ne fait pas l'unanimité auprès de certains syndicats régionaux. Le syndicat des courtiers d'assurances Rhône-Alpes-Auvergne (Sycra) s'est ainsi fermement opposé à une dissolution. « Comme cela nous avait été demandé, nous avons procédé à une assemblée générale extraordinaire au cours de laquelle la grande majorité des membres du Sycra se sont positionnés contre une unification. Pas question de perdre notre indépendance juridique. Au 1er janvier 2015, le Sycra restera donc le Sycra » indique Bruno Crétinon, ex-président du syndicat régional, récemment remplacé par Jean-François Gleizal. En revanche, cela ne devrait pas empêcher la future CSCA de compter parmi ses chambres régionales, une entité Rhône-Alpes en parallèle du Sycra.

Davis Charlet, président de l'association nationale des conseils financiers (Anacofi)

« La réorganisation opérée par le CSCA va dans le bon sens »

« Nous regardons de près ce qui se fait dans le courtage au niveau syndical. La réorganisation opérée par la CSCA va dans le bon sens. Elle lui permettra certainement de raccourcir ses circuits de décision et de gagner en réactivité. De notre côté, nous continuerons de collaborer étroitement avec cette organisation historiquement amie, mais n'envisageons pas à cette heure de fusionner. D'autres projets ont été évoqués par le passé. Nous rouvrirons certainement les discussions si la CSCA le souhaite. »

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 23 avril 2021

ÉDITION DU 23 avril 2021 Je consulte

Emploi

Cabinet DAUBRIAC ET LETRON

Gestionnaire Sinistres H/F

Postuler

Futur Associé H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Le chantier du syndicat unique toujours d'actualité

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié