Le Gema veut mobiliser les pouvoirs publics

Le Gema veut mobiliser les pouvoirs publics

Les accidents de la vie courante sont le troisième motif de décès en France. Gema Prévention bataille pour en faire une Grande Cause nationale et en appelle au Premier ministre pour obtenir une délégation interministérielle.

Voilà un sujet qui parle à tous... Les accidents de la vie courante englobent les accidents domestiques et, à l'extérieur, les accidents scolaires, de sports, de vacances ou de loisirs. Chaque année, ils tuent 20 489 personnes, soit quatre à cinq fois plus que la route.

Divers et secrets

Pour autant, ce sujet ne parvient pas à faire le poids pour obtenir le label Grande Cause nationale décerné, chaque année depuis 1977, par le Premier ministre à un organisme à but non lucratif ou à un collectif d'associations. Les accidents de la vie courante avaient été doublés en 2011 par la lutte contre la solitude, et ils n'avaient pas été présentés pour 2012 en raison du contexte électoral. Cette année, l'illettrisme et le décrochage scolaire sont sur les rangs pour obtenir le label.

Parmi les freins dont souffre ce thème, figure la diversité des types d'accidents rassemblés sous cette même appellation, tant par les lieux dans lesquels ils arrivent que par les âges concernés. Les principaux risques recensés sont les intoxications, les asphyxies, les accidents de sports et de loisirs, les incendies, les chutes et les noyades. « C'est très compliqué de parler de ce sujet aux médias, car la maison reste un endroit privé, et ce genre d'accidents est toujours marqué de culpabilité, quand ce n'est pas de suspicion », observe Nathalie Irisson, secrétaire générale de Gema Prévention.

Le pire est à venir

Néanmoins, plusieurs éléments plaident pour que les accidents de la vie courante deviennent une Grande Cause nationale. Tout d'abord, les acteurs sont mobilisés depuis plusieurs années, avec des actions menées depuis 2007 par la Commission de la sécurité des consommateurs (CSC), l'Institut national de la consommation et Macif prévention. Mais aussi avec la signature de la charte de la prévention des accidents de la vie en 2009 et la création, en 2010, du Collectif Lutte contre les accidents de la vie courante (Clac), qui représente 15 000 associations.

Dernier argument, l'évolution démographique va vers un vieillissement de la population, donc, potentiellement, vers un nombre croissant de victimes, puisque la très grande majorité d'entre elles est constituée de retraités (15 539 décès de personnes de plus de 65 ans, contre 155 d'enfants de moins de 4 ans).

Mais au-delà de la Grande Cause nationale, pour laquelle le Clac a déposé sa candidature le 6 novembre, Gema Prévention appelle de ses voeux la création d'une délégation interministérielle. « Cela avait bien fonctionné au niveau de la sécurité routière, et notre sujet est en effet porté par les ministères de l'Intérieur, de la Santé, par Bercy, ou la Consommation », résume Nathalie Irisson.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 03 avril 2020

ÉDITION DU 03 avril 2020 Je consulte

Emploi

SOLUSEARCH.

Juriste Réassurance H/F

Postuler

GROUPAMA OCEAN INDIEN

Responsable du pôle courtage professionnel entreprises et collectivités H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché de services d'assurances dommages ouvrage - CNR.

La Rance SA d'HLM

31 mars

35 - ST MALO

Marché pour le recouvrement des créances des locataires partis.

SA D'HLM du Département de l'Oise

31 mars

60 - BEAUVAIS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Le Gema veut mobiliser les pouvoirs publics

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié