« Le Luxembourg craint une bulle de l’assurance », selon Philippe Crevel

« Le Luxembourg craint une bulle de l’assurance », selon Philippe Crevel
Philippe Crevel : «Si l’attrait du Luxembourg ne concerne qu’une dizaine de milliers de contrats nationaux, il s’agit encore des plus importants.»

Progression de 18,33 % de la collecte en assurance vie depuis le début de l’année : c’est au Luxembourg que ça se passe ! Sur cette même période, la France enregistre une hausse de 3%. Philippe Crevel, fondateur de la société d’études Lorello Ecodata et animateur du Cercle de l’épargne, analyse ce phénomène.

Il n’a échappé à personne que, depuis environ deux ans, un grand nombre de gros contrats d’assurance vie souscrits en droit français ont été transférés en droit luxembourgeois. «Certains acteurs comme Generali ont même connu des transferts importants de l’ordre de 3 Md€ en 2012», souligne Philippe Crevel.

Maintenant que ces contrats sont installés, les clients les alimentent, ce qui provoque les bons chiffres enregistrés depuis quelques mois. Un mouvement qui pourrait même s’amplifier, car si ces transferts vers le Luxembourg ont été initialement l’apanage d’une certaine élite, la tendance commencerait à atteindre des épargnants moins fortunés. D’ailleurs, l’ensemble des compagnies d’assurances françaises ont désormais leur filiale au Luxembourg. «L’une des dernières à avoir franchi la frontière est CNP Assurances, qui a estimé qu’une telle démarche était indispensable afin de pouvoir intervenir pour d’autres, comme les CGPI ou les CGP», indique l'économiste.

L’atout majeur : la garantie totale du capital

Pendant ce temps, si la collecte en France est redevenue positive, elle n’a pas retrouvé les niveaux d’avant la crise. «Je pense que les chiffres de l’Afa [FFSA et Gema, NDLR] ne reflètent plus réellement la collecte des épargnants français, car même si l’attrait du Luxembourg ne concerne qu’une dizaine de milliers de contrats nationaux, il s’agit encore des plus importants», estime Philippe Crevel.

Parmi les raisons de l’attrait du Luxembourg, la garantie totale du capital est sans aucun doute la principale pour tous les gros patrimoines inquiets de la situation dans l’Hexagone. Mais il convient d’y ajouter le grand nombre de supports possibles, les moindres frais ou encore la possibilité d’abonder directement les contrats en actions. Philippe Crevel indique : «Le Luxembourg reste une marque et «the place to be» en matière d’épargne. Cependant, si un maelström devait emporter l’Europe, le Luxembourg ne serait pas épargné. D’ailleurs, les Luxembourgeois sont inquiets de la bulle assurantielle qui est en train de se former et cherchent à diversifier leurs activités au-delà de la finance, vers les biotech, par exemple.»

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 23 octobre 2020

ÉDITION DU 23 octobre 2020 Je consulte

Emploi

ASSURANCES TOUSSAINT-PAJOT-SEVIN

AGENT GÉNÉRAL ASSOCIÉ H/F

Postuler

CEGEMA

Chargé de Gestion Emprunteur H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance statutaire du personnel.

Ville de Gagny

24 octobre

93 - GAGNY

Service d'assurance multirisques du patrimoine mobilier et immobilier de la SEM HAB...

SEM Habitat Pays Châtelleraudais

24 octobre

86 - CHATELLERAULT

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

« Le Luxembourg craint une bulle de l’assurance », selon Philippe Crevel

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié