Le ministère de l’Agriculture planche sur le sujet de l’assurance

Le ministère de l’Agriculture planche sur le sujet de l’assurance

Le Cabinet du ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a constitué un groupe de travail destiné à mener des réflexions sur l'assurance, suite aux nombreux phénomènes météo de cet été ayant fortement touché les cultures.

A l’occasion d’un déplacement en Gironde, département sérieusement touché par plusieurs épisodes de grêle cet été, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a indiqué, vendredi 30 août 2013, qu’un groupe de travail a été constitué au sein de son cabinet pour mener des réflexions sur le sujet de l’assurance. Il a ajouté que des propositions pourraient être faites dans un mois ou deux. «Le travail est engagé pour renforcer les dispositifs qui existent», a-t-il indiqué lors d’une interview accordée à France Bleu Gironde.

4 700 hectares touchés à 80%

Cet été, la Gironde a été frappée par deux épisodes de grêles majeurs. Les orages des 25, 26 juillet et 2 août ont endommagé entre 17 000 et 20 000 hectares, toutes productions confondues, selon la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) de la Gironde, contactée par l’Argus. Dans le vignoble, les dégâts sont considérables, puisque 4 700 hectares ont été touchés à 80%, voire plus. Or, selon la fédération, entre 33% et 40% des viticulteurs ne disposent pas d’assurance grêle, un risque pour lequel ils ne bénéficient pas de l’aide à l’assurance. Celle-ci, en revanche, est accordée à la souscription de contrats multirisque couvrant entre autres les dommages liés à la grêle, mais leur niveau de prix et de franchise (25%) rebutent encore certains exploitants, toujours selon la fédération.

L'assurance récolte ne sera pas obligatoire

Rendre l’assurance récolte obligatoire pour élargir le périmètre de la mutualisation, ne fait pas partie des solutions envisagées par le ministre de l’Agriculture alors que certains professionnels y seraient favorables. Selon l’AFP, lors de sa visite en Gironde, Stéphane Le Foll a indiqué qu’il était «très compliqué de rendre juridiquement une assurance obligatoire» et que son ministère réfléchissait plutôt «à des outils adaptés pour inciter les viticulteurs à s’assurer».

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Le ministère de l’Agriculture planche sur le sujet de l’assurance

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié