Optique Solidaire redonne la vue aux papys et mamies les plus modestes

Optique Solidaire redonne la vue aux papys et mamies les plus modestes

Mi-mai, les organismes complémentaires d’assurance maladie, adhérents de l’association Optique Solidaire, enverront un "Pass Lunettes"  à quelque 8 000 personnes âgées de plus de 60 ans, bénéficiaires de l’aide à la complémentaire santé (ACS). Munis de ce sésame, ces assurés, qui perçoivent de faibles ressources (moins de 816€ par mois) mais exclus de la CMU, pourront bénéficier d’une consultation au tarif Sécurité sociale chez un ophtalmologiste et, si nécessaire, d’une paire de lunettes de qualité à un prix réduit, avec un reste à charge au grand maximum de 60€.

Démarche validée

L’association Optique solidaire, qui réunit ophtalmologistes, opticiens, complémentaires santé et industriels, a donc décidé de passer la vitesse supérieure au regard des résultats du test mené à Marseille. Environ un quart des 139 bénéficiaires potentiels contactés par la Mutuelle du Midi (groupe AG2R- La Mondiale) ont finalement utilisé leur « Pass Lunettes ». Un chiffre qui valide la démarche et la cible.  « A partir de 60 ans, les besoins sont plus complexes et donc les équipements plus coûteux. Or, le coût des contrats santé est aussi croissant avec l’âge, ce qui pousse à la souscription de garanties plus faibles en dentaire et en optique », explique Xavier Subirana, ophtalmologiste et président d’Optique Solidaire, avant de pointer également l’intérêt préventif de la démarche : « Parce qu’elles connaissent le coût élevé des lunettes, les personnes âgées abandonnent l’idée de consulter. Cette opération permet de les réintégrer dans un suivi médical normal. »

Zéro profit

Les 500 opticiens, qui ont volontairement adhéré individuellement à l’initiative, propose 11 types de montures et des verres de fabrication française. Selon l’association, l’effort consenti par chacun des partenaires permetde proposer à 120 € une paire de lunettes équipées de verres progressifs, normalement facturée 350€ TTC. « Nous avons accepté de travailler à coût marginal, en faisant par exemple tourner nos machines un peu plus longtemps dans la journée », témoigne un représentant d’Essilor. « Ni perte, ni profit », résume Marin Hirsch, président du comité éthique d’Optique Solidaire, et fortement engagé dans le développement de ce concept de « social business ».

Investissement humain

Après l’évaluation de ce lancement national, Optique Solidaire entend progressivement toucher l’ensemble de sa cible, à savoir 140 000 personnes. Ce qui passe obligatoirement par une mobilisation des acteurs de l’assurance. « Nous avons débuté à 11, mais nous sommes très demandeurs d’accueillir de nouveaux organismes complémentaires », précise Philippe Quique, directeur du développement des services santé chez AG2R-La Mondiale, avant de reconnaître un « investissement humain important » : « Sur Marseille, nous avons dû relancer les assurés, en expliquant bien l’initiative et qu’il ne s’agissait pas d’un piège. »

Tour de table

Et Martin Hirsh de compléter : « Lors du premier tour de table, nous avions tout le monde de la complémentaire. Depuis nous en avons perdu certains, mais nous espérons bien les revoir. » Les membres fondateurs du collège complémentaire santé - AG2R-La Mondiale, Apicil, April Santé Prévoyance, Humanis, Radiance, Groupama, Repca groupe Molitor, Réunica, BTP-prévoyance et Assurance du crédit Mutuel - ont été rejoints par Novalis-Taitbout, Axa et Les ménages prévoyants LMP.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 22 novembre 2019

ÉDITION DU 22 novembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Optique Solidaire redonne la vue aux papys et mamies les plus modestes

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié