Brexit : les places financières Française et Italienne affichent des positions communes

Brexit : les places financières Française et Italienne affichent des positions communes
président de la Fédération française de l’assurance (FFA)

Réunis à Paris à l’occasion du dialogue franco-italien sur les services financiers, les places financières françaises et italiennes ont appelé à une négociation rapide sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

« Dans le contexte européen actuel, la communauté de vue entre la place financière française et la place financière italienne est très importante », indiquait ce matin Bernard Spitz, président de la délégation française et président de la fédération française de l’assurance (FFA), à l’issue d’une réunion des associations professionnelles et grands établissements du secteur financier français et italien dans le cadre du dialogue franco-italien sur les services financiers.

L’occasion pour les deux places financières de réaffirmer leur regret par rapport à la décision britannique du Brexit et de souligner la nécessité de relancer l’intégration européenne.

Consolider l’Europe financière

Dans le cadre de la négociation à venir entre l’Europe et le Royaume-Uni, Bernard Spitz et Luigi Abete, Président de la Fédération italienne de la banque, de l’assurance et de la finance (FeBAF) ont fait savoir que leurs avis convergeaient sur plusieurs orientations :

-          l’urgence de décisions, avec notamment la mise en application rapide de l’article 50 du Traité de l’UE,

-          l’aboutissement à un accord clair, sans ambiguïté d’interprétation, qui respecte l’intégrité du marché intérieur,

-          l’application du régime de pays tiers pour le Royaume-Uni avec en conséquence la perte du passeport européen pour les entreprises situées au Royaume-Uni,

-          l’assurance d’un « level playing field », en matière de réglementation prudentielle et de supervision par les agences européennes, avec une réciprocité en matière d’exercice des activités financières. Comme l’expliquait Bernard Spitz, « il ne faut pas de distorsion de concurrence ».

Des propositions seront présentées à la Commission européenne

Insistant sur la nécessité de renforcer les services financiers dans les mois à venir et de consolider l’Europe financière, Français et Italiens ont fixé des priorités : renforcer l’autonomie de l’industrie financière européenne avec le retour de la compensation (clearing) des transactions en euro sur le territoire de l’UE, et la relocalisation de l’Autorité Bancaire Européenne (EBA) ; renforcer l’attractivité des places financières d’Europe continentale ;  accélérer l’Union des marchés de capitaux.

Mais les deux parties ont également identifié la nécessité d’achever l’Union bancaire mise en place autour de la Banque Centrale Européenne, et de finaliser, pour la banque et l’assurance, une réglementation prudentielle en ligne avec les recommandations du B20 (Business 20, évènement du G20).

« C’est un moment où il est nécessaire de faire acte de convergence », a jouté Bernard Spitz. C’est pourquoi des propositions conjointes sur ces sujets seront prochainement présentées à la Commission européenne.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assistance juridique.

SEM SIPEnR

26 juin

75 - SEM SIPENR

Prestation de services d'assurances.

CHI Emile Durkheim

26 juin

88 - EPINAL

Souscription de différents contrats d'assurance.

La Roche sur Yon Agglomération

26 juin

85 - LA ROCHE SUR YON AGGLOMERATION

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Brexit : les places financières Française et Italienne affichent des positions communes

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié