Finance verte : le président de l’ACPR appelle à créer des normes communes sur les green bonds

Finance verte : le président de l’ACPR appelle à créer des normes communes sur les green bonds

Le Réseau des superviseurs et des banques centrales pour le verdissement du système financier s’est réuni pour la première fois à Amsterdam.

Aller « plus loin encore ». Si le gouverneur de la Banque de France, et président de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) « salue » le plan d’action pour la finance verte de la Commission européenne, il encourage également les Etats européens, « y compris le Royaume-Uni », à se doter de « normes communes » sur les « green bonds » ou obligations vertes. Ce travail viendrait compléter la « taxonomie » des actifs durables que souhaite instaurer Bruxelles.

Plutôt que de soutenir l’investissement dans les actifs verts par une pondération des risques moins élevée – le fameux « green supporting factor » - François Villeroy de Galhau invite à cibler les « actifs marron » par la mise en place d’un «facteur de pénalisation marron» . En clair, les investisseurs exposés aux industries polluantes ou à forte intensité carbone seraient pénalisés. « Cela pourrait être conçu comme un coussin pour le risque systémique (systemic risk  buffer) spécifique, ou être intégré dans les exigences au titre du pilier 2 », a-t-il précisé lors de la Conférence internationale des superviseurs sur le risque climatique.

Des banquiers centraux mobilisés

Lancé à l’initiative de la Banque de France, lors du « One Planet Summit » organisé le 12 décembre dernier par Emmanuel Macron, le « Réseau des superviseurs et des banques centrales pour le verdissement du système financier » (NGFS) s’est réuni pour la première fois vendredi dernier à Amsterdam. Banco de Mexico, la Bank of England, De Nederlandsche Bank, la Deutsche Bundesbank, la Finansinspektionen suédoise, la Monetary Authority of Singapore et la Banque Populaire de Chine en sont membres, aux côtés de la Banque de France et de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR).

« L’intérêt des banquiers centraux et des superviseurs à l’égard du changement climatique […] est peut-être inattendu. Mais ce n’est pas une mode, c’est une conviction : la stabilité climatique est, à long terme, l’un des déterminants de la stabilité financière », a rappelé François Villeroy de Galhau. Et d’ajouter : « Il s’agit là, pour nous, en tant que superviseurs du XXIe siècle, d’un défi majeur. Je dirais même que c’est notre « nouvelle frontière », à l’instar du financement de la croissance et des grandes infrastructures au XIXe siècle ou de la gestion des grandes crises financières au cours des cent dernières années ».

Des "carbon stress tests"

Alors que les phénomènes climatiques augmentent tant en fréquence qu’en gravité – l’année 2017 a été marquée par un record de 710 catastrophes naturelles – François Villeroy de Galhau a rappelé l’importance du « protection gap », c’est-à-dire de la sous-assurance de ce risque dans le monde. « Au niveau mondial, ces protection gaps sont déjà considérables. Ils pourraient encore se creuser, y compris dans les pays développés, si les assureurs augmentaient leurs primes ou se retiraient purement et simplement des compartiments de marchés à risque ». Outre ces risques physiques, le changement climatique comporte, pour les institutions financières, des « risques de transition » vers une économie à bas carbone.

Le gouverneur de la Banque de France fixe donc deux priorités : « la photographie des risques » , c’est-à-dire l'identification et la publication des expositions aux risques existants dans le secteur financier et la « vidéo des risques », c’est-à-dire le développement de « tests prospectifs de résistance au changement climatique » ("carbon stress tests") pour les assurances et les banques. Il s’agira, notamment, d’ « évaluer l’impact des chocs sur la probabilité de défaut sur un horizon bien supérieur à celui habituel d’un an » (horizon de Solvabilité 2). Le Réseau de superviseurs, présidé par Frank Elderson (banquier central des Pays Bas, De Nederlandsche Bank), publiera son premier rapport en avril 2019.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 15 novembre 2019

ÉDITION DU 15 novembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Développeur Angular JS (F/H)

Postuler

KAPIA RGI

Développeur Oracle PL / SQL (F/H)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations de service d'assurance en matière de frais de santé pour l'EPA Sénart.

EPA de la Ville Nouvelle de Sénart

14 novembre

77 - EPA DE SENART

Prestations d'assurance - Dommages aux biens et risques annexes.

Ville du Tampon

14 novembre

974 - LE TAMPON

RENOUVELLEMENT DU CONTRAT-GROUPE D'ASSURANCE STATUTAIRE DU CENTRE DE GESTION DE LA ...

Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de Cayenne

14 novembre

973 - CDG 973

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Finance verte : le président de l’ACPR appelle à créer des normes communes sur les green bonds

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié