Fonds de pension européens : attention danger !

Fonds de pension européens : attention danger !

Le deuxième stress test révèle la vulnérabilité des fonds de pension en cas de choc financier. Cela pourrait se propager à l’économie réelle et peser sur les générations futures.

Les jeunes générations devront-elles payer les pots cassés ? L’Autorité Européenne des assurances et des pensions professionnelles (EIOPA) alerte sur la vulnérabilité des fonds de pension (IORPs). Les résultats du deuxième stress test lancé au printemps dernier ne sont pas bons. En moyenne, les 195 fonds de pension passés en revue dans 20 Etats-membres de l’UE ne seraient pas en mesure de faire face à un scénario dit de « double choc », caractérisé par la conjonction d’une baisse des taux sans risque et la chute du prix des actifs détenus par les fonds de pension.

Risque de baisse des prestations

Que l’on applique le scénario dit « de base » ou « adverse », les fonds de pension à prestations définies, pures ou hybrides, ne tiendraient pas le choc, leurs actifs étant « en moyenne insuffisants » pour couvrir leurs engagements. Les déficits au bilan seraient de l’ordre de 349 Mds€ dans le scénario le plus favorable et 702 Mds€ dans le cas du scénario le plus noir. Cela se traduirait par « un soutien accru de la part des sponsors des fonds et/ou une baisse des prestations » versées. Or, plus d’un quart des sponsors de ces fonds de pension à prestations définies « ne sont pas en mesure de garantir le niveau de pension promis en cas de scénario adverse », relève l’EIOPA. Un scénario noir que l’on redoutait au moment de la crise financière aux Etats-Unis.

Les fonds de pension à cotisations définies verraient, eux, la valeur de leurs actifs chuter de 15% dans le cas du scénario adverse, ce qui pèserait sur les comptes individuels, et in fine, en cas de prolongation de ce scénario, se traduirait par « une pension plus faible au moment du départ à la retraite de leurs membres ».

"Un fardeau disproportionné pour les jeunes générations"

Les chocs subis par les fonds de pension pourraient ainsi se propager à l’économie réelle, conclut l’EIOPA, via leur impact négatif sur les sponsors (employeurs garants) contraints d'agir en cas de sous-provisionnement, mais aussi sur l’épargne et la consommation des ménages en cas de baisse des prestations ou de la pension. Des mécanismes dits de « rétablissement » existent afin de restaurer la situation financière des fonds de pension en difficultés. S’ils permettent de « contenir à court-terme les effets de propagation à l’économie réelle », ces mécanismes, s’ils sont prolongés trop longtemps, « peuvent faire peser un fardeau disproportionné sur les jeunes générations ».

L’EIOPA annonce qu’elle mènera « une évaluation horizontale des facteurs de risque systémique comme la recherche de rendement, « la fuite vers la qualité » ou les comportements grégaires/moutonniers ». En outre, « les critères ESG (Environnement, Social, Gouvernance), en particulier concernant le changement climatique, prendront une importance croissante pour le secteur des fonds de pension et devront être évalués avec attention. Les jeunes générations ne devraient pas avoir à supporter et pâtir d’un fardeau disproportionné en raison de notre complaisance et notre manque d’actions aujourd’hui », réagit le président de l’EIOPA Gabriel Bernardino.

Les fonds de pension, mode d'emploi

Les fonds de pension, ou « Institutions for Occupational Retirement Provision » (IORPs) dans le jargon européen, sont des systèmes de retraite par capitalisation. La France n’en dispose pas. Les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et les Pays-Bas en possèdent sous des formes diverses. Aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, les fonds de pension sont provisionnés par l’employeur. Le sponsor, c’est-à-dire l’employeur garant, assure le capital en cas de sous-provisionnement. Il s’agit souvent de fonds à prestations définies. En Allemagne et aux Pays-Bas, les fonds de pension s’apparentent à des compagnies d’assurance retraite ou des fonds autonomes du sponsor. Il s’agit généralement de plans à cotisations définies, à la capitalisation plus stricte. L’Allemagne fait figure d’exception car la garantie ultime du sponsor est exigée, tandis qu’aux Pays-Bas, les fonds ne peuvent pas faire appel au sponsor en cas de sous-provisionnement.

 

 

 

Emploi

BNP PARIBAS

Architecte IT H/F

Postuler

CIBLEXPERTS

Expert RC construction ou mécanique H/F

Postuler

BNP PARIBAS

Chargé(e) d'études actuarielles - Tarification H/F

Postuler
Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Souscription des contrats d'assurances.

Ville de Verberie

23 septembre

60 - VERBERIE

Souscription des contrats d'assurance

Ville de Magnac Laval

23 septembre

87 - MAGNAC LAVAL

Souscription des assurances pour la Communauté de communes Ouest Limousin.

Communauté de Communes Ouest Limousin

23 septembre

87 - CC OUEST LIMOUSIN

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Fonds de pension européens : attention danger !

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié