Résultats de l'assurance française : une reprise à confirmer en 2014

Résultats de l'assurance française : une reprise à confirmer en 2014
Bernard Spitz, président de la FFSA. © © Sébastien Loiseau

Cotisations stables et prestations qui reviennent à la normale en assurance vie, croissance tirée par le marché des particuliers en dommages : l'année 2014 s'engage sur les mêmes tendances que celles observées en 2013 pour les cinq premiers mois de l'année en cours, selon les données publiées et présentées par la FFSA, ce mercredi 25 juin. Mais plusieurs points de vigilance demeurent, notamment sur le front de la sinistralité en assurance dommages.

Le redressement de l’activité de l’assurance en 2013 se confirme en 2014, selon la Fédération française des sociétés d'assurances (FFSA), qui présentait, mercredi 25 juin, le bilan de l’activité en 2013 et les premières tendances pour 2014.Tirées par l’assurance de personnes, les cotisations, qui s’élevaient à 188,2 Md€ en 2013 (+3,7%/2012), affichent une hausse de 1,8% sur les premiers mois de l’année 2014. De leur côté, les prestations ou sinistres, en recul de 6,2% en 2013, à 158,3 Md€, enregistraient une légère hausse de 1% début 2014.

Collecte nette positive de 8,8 Md€ depuis début 2014

En assurance vie, après 10,7 Md€ en 2013, la collecte nette reste positive sur les cinq premiers mois de 2014, avec 8,8 Md€ (+7,3%), même si elle s’essouffle un peu au mois de mai (collecte nette de 0,7 Md€). «Il faut prendre ces chiffres comme un signal positif, mais avec prudence», tempère cependant Bernard Spitz, président de la FFSA, rappelant qu’on est encore loin de retrouver le niveau des années 2009-2010.

Néanmoins, l’assurance vie est redevenue le placement préféré des Français : «Elle représente plus de la moitié des flux des placements financiers des ménages», selon Thomas Saunier, nouveau délégué général de la FFSA. En 2014, la fédération compte accompagner le lancement des nouveaux contrats d’assurance vie eurocroissance et vie génération : «L’impératif, c’est la stabilité [de la fiscalité, NDLR] et la simplicité», déclare Bernard Spitz.

Bonne dynamique sur le segment des particuliers en dommages

En assurance de biens et de responsabilités, le secteur affiche une croissance des cotisations de 1,5% sur les cinq premiers mois de l’année par rapport à la même période l’an dernier. Pour rappel, l’année 2013 s’était terminée sur un total de 50,3 Md€ de cotisations, en augmentation de 1,7% par rapport à 2012.

Comme l’an dernier, la croissance enregistrée au cours des cinq premiers mois a été tirée par le marché des particuliers (+2,5%), notamment par le maintien d’une bonne dynamique en assurance habitation (+4%). Sur le marché des professionnels, l’activité progresse peu (+0,5%), à l’image de la situation économique. Les difficultés sont particulièrement marquées dans le secteur de la construction, branche qui affiche une baisse de 4% des cotisations au cours des cinq premiers mois de l’année.

Tendances préoccupantes sur le plan de la sinistralité

Sur le plan de la sinistralité, la situation s’avère nettement plus préoccupante, notamment en assurance automobile, branche d’activité dont le ratio combiné s’est dégradé de 3 points en 2013, pour atteindre 104%. Les assureurs font en effet face à une augmentation de la fréquence des dommages corporels de 9,3% en 2014, un phénomène nouveau et «inquiétant» selon Thomas Saunier, car il se «combine à une augmentation du coût moyen d’indemnisation» observée depuis plusieurs années.

Comme le rappelle Stéphane Pénet, directeur des assurances de biens et de responsabilités à la FFSA, «depuis une dizaine d'années, le coût moyen des dommages corporels, qui représentent 35% de la charge sinistre en assurance automobile, augmente de 6% à 8% par an».

Autre fait marquant de ce début d’année 2014 : le secteur de l’assurance a déjà dû faire face à d’importants événements climatiques. Dernier épisode en date, les orages de grêle, qui représentent une facture de 800 à 900 M€. Entre juin 2013 et juin 2014, les aléas climatiques et les catastrophes naturelles ont généré 2,5 Md€ d’indemnisation, rappelle la FFSA, soit un coût très supérieur à la moyenne annuelle de 1,5 Md€ enregistrée ces 20 dernières années.

Estelle Durand et Carole Molé-Genlis

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 21 janvier 2022

ÉDITION DU 21 janvier 2022 Je consulte

Emploi

LA CENTRALE DE FINANCEMENT

RESPONSABLE ADJOINT MARCHE ASSURANCES H/F

Postuler

La Mutuelle Générale

RESPONSABLE D'APPLICATION WORKDAY (H/F) - CDI

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Résultats de l'assurance française : une reprise à confirmer en 2014

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié