Présidence du Medef : comment la Fédération de l'assurance va arbitrer

Présidence du Medef : comment la Fédération de l'assurance va arbitrer

La Fédération française de l’Assurance (FFA) est l'une des plus puissantes composantes du Medef. Ses dirigeants ont commencé à auditionner des candidats à la succession du président du patronat,  Pierre Gattaz.

La Fédération Française de l’Assurance (FFA) pourrait-elle faire pencher la balance lors de l’élection à la présidence du Medef ? La fédération unique, qui rassemble depuis 2016 les sociétés d’assurance et les entreprises mutuelles d’assurance, disposera de 33 voix au sein du conseil exécutif du Medef qui se prononcera sur le successeur de Pierre Gattaz le 11 juin prochain. Un peu moins que la puissante fédération de la métallurgie l’UIMM (34 voix) et un peu plus que ses camarades de la Fédération Bancaire Française (FBF) (30 voix).

Deux présidences pour les assureurs

En 2013, la FFSA (Fédération Française des Sociétés d’Assurance) avait contribué à faire élire Pierre Gattaz. Même si ce soutien n’avait pas été unanime de prime abord, confie à l’Argus de l’Assurance une source bien informée. L’assurance s’est vue bien récompensée par le syndicat patronal : la présidence du pôle international et Europe pour le président de la FFSA Bernard Spitz, et la présidence de la commission protection sociale pour Claude Tendil, alors président non exécutif de Generali France. Ce dernier s’est d’ailleurs vu attribuer récemment le poste de vice-président du Medef en charge du social, suite au retrait d’Alexandre Saubot. Candidat déclaré à la succession de Pierre Gattaz, le représentant de la puissante UIMM a dû, en effet, démissionner de son mandat.

Sur les neuf candidats déclarés à la présidence du Medef aujourd’hui, un autre apparaît comme favori, Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président délégué de l'organisation et dirigeant de l'entreprise Olivier & Co. Un candidat plus libéral qui souhaite mettre l’accent sur « les questions de compétitivité, de dialogue social et économique, de fiscalité ». Un programme a priori de nature à plaire aux assureurs, mais quelle sera la position unique de la Fédération ? « La place que l’assurance aura au sein du Medef sera déterminante », confie un membre de la FFA.

Une décision du conseil exécutif de la FFA

La FFA dispose d’une adhésion unique au Medef. Son conseil exécutif, composé du président Bernard Spitz et de 23 sociétés membres, parmi lesquelles des poids lourds du secteur et représentants de toutes les familles (lire ci-dessous), va donc arrêter une position unique au nom de la fédération. Ce conseil exécutif se réunit les premiers mardis du mois. Il devrait donc, en toute logique, se prononcer le mardi 5 juin sur le candidat soutenu par la fédération. A moins que la date ne soit avancée… Les travaux pratiques ont débuté. Bien que la liste officielle des candidats à la succession de Pierre Gattaz sera connue le 4 mai, quelques membres de la FFA, dont le président et les vice-présidents, ont, selon nos informations, commencé à auditionner quelques candidats.

Saubot vs Roux de Bézieux

 « Il est encore beaucoup trop tôt pour se prononcer », nous répète-t-on à l’envi. Et, pour cause, aucun candidat ne semble susciter pour l’heure un enthousiasme certain. Selon nos informations, Alexandre Saubot ne serait, en tout cas, pas très populaire.

Qu’en sera-t-il d’Axa France ? Selon nos informations, son ex-directeur général Nicolas Moreau était un proche de Geoffroy Roux de Bézieux, mais le charismatique patron du groupe Henri de Castries avait fait pencher la balance pour Pierre Gattaz. Jacques de Peretti, actuel PDG d’Axa France qui siège au conseil exécutif de la FFA, est « beaucoup moins sensible aux questions politiques », nous confie une source proche.

Une autre inconnue demeure dans cette équation : quelle sera la position des quelques mutualistes – Groupama, Macif, Maif, MACSF – qui siègent au conseil exécutif de la FFA ? Ces derniers, qui ont déjà eu du mal à digérer l’appartenance de la FFA au syndicat patronal, seront-ils prêts à voter pour un candidat aux accents libéraux comme Geoffroy Roux de Bézieux ? Le suspense reste entier.

 

Emploi

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

Groupama

CHARGE(E) DE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Présidence du Medef : comment la Fédération de l'assurance va arbitrer

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié