[DOSSIER] Présidentielle 2017 : l'assurance et la santé au sein [...] 5/17

Présidentielle 2017 : Benoît Hamon expose ses premières propositions sur la santé

Présidentielle 2017 : Benoît Hamon expose ses premières propositions sur la santé
L'ancien ministre Benoît Hamon est l'un des principaux outsiders de la primaire de gauche (BAP).

Le député des Yvelines et candidat à la primaire de gauche veut notamment accroître la part des remboursements de santé effectués par l’assurance maladie obligatoire, notamment sur le dentaire.

L’ancien ministre et candidat à la primaire de la BAP (Belle Alliance Populaire) Benoît Hamon a exposé ce lundi ses propositions en matière de santé et de protection sociale, à l’occasion d’un point presse.

Les priorités de l’assurance maladie obligatoire ont ainsi été quelque peu précisées, son rôle étant renforcé quant aux prises en charge. «La Sécurité sociale doit davantage rembourser, notamment en matière de soins dentaires» a-t-il signalé, dans une logique similaire que le «plan national pour renforcer l'accessibilité des soins dentaires» promu par Marisol Touraine ces dernières semaines. Une logique également appliquée au médicament, avec une prise en charge accrue des nouveaux traitements (souvent onéreux) mais compensée par «une baisse du remboursement des soins de confort».

Cette volonté de remettre l’AMO «au cœur du remboursement»* impliquerait également une remise à plat des dispositifs d’allégements de cotisations sociales pour «sécuriser» le budget de la Sécu. Un budget qui, même si le candidat Hamon dit être «pour l’équilibre des comptes», ne serait pas basé uniquement sur ce dernier principe...

Vers des déconventionnements de médecins ?

Autre volet avec les politiques de prévention santé : deux mesures retiennent l’attention. Le développement du sport-santé passerait notamment par la prise en charge des activités physiques prescrites par le médecin traitant dans le cadre du traitement de maladies chroniques. Une mesure qui n’est pas sans rappeler un amendement à la loi Santé de 2015 déposé par l’ancienne ministre Valérie Fourneyron… «Cette mesure encouragerait également les complémentaires santé à investir le sujet», ce que certaines ont déjà fait (AG2R La Mondiale, MGEN…).

Second point notable : la reconnaissance du syndrome d’épuisement professionnel (communément appelé burn-out) en tant que maladie professionnelle est, de son côté, un combat du député des Yvelines depuis 2015.

Benoît Hamon veut enfin «repenser la couverture médicale en France», sous-entendu : lutter contre les déserts médicaux. Cet objectif se traduirait à la fois par la création d’une «mission nationale d’accès aux soins», intégrée aux agences régionales de santé et dotée d’un budget propre et, du côté des médecins, à une remise en cause du conventionnement en cas d’installation en «zone surdotée».

* NDLR : Benoît Hamon n'a, au contraire de Jean-Luc Mélenchon et de Rama Yade, pas remis en cause l'existence même des complémentaires santé. Si le premier dit vouloir «améliorer la prise en charge des soins par la Sécurité sociale jusqu’à leur remboursement à 100%», la seconde a signalé vouloir s'inspirer du modèle du régime local d'Alsace-Moselle pour, à terme, «supprimer les mutuelles».

Emploi

Assistra

Chef de Parc Automobile H/F

Postuler

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Présidentielle 2017 : Benoît Hamon expose ses premières propositions sur la santé

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

12/12/2016 17h:01

Il y a certainement des progrès à faire dans le domaine, il est inconcevable qu'on rembourse les produits de confort comme le nettoyant du siège (liniment ) alors que les lunettes et les prothèses dentaires sont presque à la charge du malade

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié