Prévoyance : le Conseil constitutionnel censure les co-désignations

L’article 32 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2017 instaurait pour les branches professionnelles une nouvelle forme de désignation en prévoyance. Les Sages l’ont jugé contraire à la Constitution.

Partager
Prévoyance : le Conseil constitutionnel censure les co-désignations
Le Conseil constitutionnel a considéré que l'article 32 sur les désignations n'avait pas sa place dans le budget 2017 de la Sécurité sociale

Le Conseil constitutionnel a de nouveau fait barrage à la pratique des désignations d’organismes assureurs par les partenaires sociaux des branches professionnelles. En cause, l’article 32 de la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2017, adoptée en lecture définitive par l'Assemblée nationale le 5 décembre. Introduit par amendement à l’initiative des députés socialistes frondeurs, cet article prévoyait la possibilité de co-désignation, à savoir le choix d'au moins deux organismes d'assurance, pour la gestion des régimes de prévoyance conventionnels. Une mesure vivement décriée par les représentants du courtage et d’autres acteurs de la prévoyance collective, mais défendue par la majorité des partenaires sociaux s’inquiétant des effets d’une démutualisation.

Pas d'effet direct sur le financement de la Sécu

Saisis par des parlementaires de l’opposition, les Sages ont jugé que l’article 32 de la LFSS pour 2017 était contraire à la constitution. Dans sa décision en date du 22 décembre, le Conseil constitutionnel a considéré effectivement qu’il s’apparentait à un « cavalier social » dans la mesure où « ces dispositions ont un effet trop indirect sur les recettes des régimes obligatoires de base ou des organismes concourant à leur financement. […] Dès lors, elles ne trouvent pas leur place dans une loi de financement de la sécurité sociale. »

Une première censure en 2013

Les Sages ne se sont donc pas prononcés sur le fond de l’article 32. Selon les saisines des parlementaires de l’opposition, ce nouveau dispositif constituait une atteinte à la liberté contractuelle et à la liberté d’entreprendre des entreprises. Ce sont les deux motifs qu’avait invoqués le Conseil constitutionnel, dans une décision du 13 juin 2013, pour censurer le recours par les branches professionnelles aux clauses de désignation en santé et prévoyance. Les sages s’exprimaient alors dans le cadre de l’examen de la loi de sécurisation de l'emploi validant l’accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013, qui entre autre généralise la complémentaire santé à tous les salariés

.

SUR LE MÊME SUJET

Base des organismes d'assurance

Abonnés

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d’assurance

Je consulte la base

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER La matinale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Tous les événements

Les formations L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Toutes les formations

LE CARNET DES DECIDEURS

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Groupe Leader Insurance

Directeur général opérationnel

Michèle Horner, Beazley France 2022

Michèle Horner, Beazley France 2022

Beazley

Responsable relations courtiers pour la France

Bertrand de Surmont président Planete CSCA avril 2022

Bertrand de Surmont président Planete CSCA avril 2022

Planète CSCA

Président

Yves Pellicier, Maif 2022

Yves Pellicier, Maif 2022

Maif

Président

LES SERVICES DE L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Trouvez les entreprises qui recrutent des talents

BCA EXPERTISE

SUPERVISEUR EXPERTISE AUTOMOBILE H/F

BCA EXPERTISE - 30/11/2022 - CDI - ARRAS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS