[DOSSIER] La loi consommation définitivement adoptée : ce [...] 5/6

Projet de loi Hamon : les opticiens voient rouge

Projet de loi Hamon : les opticiens voient rouge

La volonté du gouvernement de libéraliser le secteur de l’optique pour en faire baisser les tarifs provoque des réactions enflammées chez les opticiens, qui s'insurgent tant contre les propos du ministre délégué à la Consommation, Benoît Hamon, que contre les projets des députés.

Les réactions se multiplient dans le secteur de l’optique après que Benoit Hamon, ministre délégué à la Consommation, a affirmé, lundi 9 décembre, que la vente par Internet de produits d'optique rapporterait «environ un milliard d'euros de pouvoir d'achat», tandis que le projet de loi sur la consommation va ouvrir la voie à une libéralisation du secteur. Benoît Hamon, qui s’exprimait lundi lors de l’ouverture de la discussion du texte en deuxième lecture à l’Assemblée nationale, a déclaré que «c’est en offrant un cadre qui ouvre la distribution des verres correcteurs et des lentilles, et sanctuarise le parcours de soin, que nous agissons sur des dépenses contraintes en matière de santé». «Selon les estimations les plus prudentes en termes de dynamique de marché, c'est un gain d'environ un Md€  de pouvoir d'achat que nous pouvons attendre de cette mesure», a-t-il ajouté.

Une hérésie

Sur RTL, ce mercredi, à 13 heures, Philippe Peyrard, directeur général délégué d’Atol, s’est insurgé contre l’amendement qui vise à obliger les ophtalmologistes à inscrire l’écart pupillaire sur les ordonnances. Cette prise de mesure, difficile à réaliser soi-même, est censée favoriser le développement de la vente en ligne. Philippe Peyrard a qualifié le projet de la loi Hamon d’«hérésie» et souligné que les ophtalmologistes ne sont pas équipés de pupillomètre. Il s’est également inscrit en faux contre l’affirmation selon laquelle les lunettes seraient trop chères, rappelant que son enseigne propose, comme d’autres, des lunettes correctrices dès 39 €.

Menace sur l'emploi

La veille, Optic 2000 avait également dénoncé les propos de Benoît Hamon sur le gain de pouvoir d’achat et s'était posé en défenseur de l'emploi. «Sur un secteur qui emploie environ 100 000 personnes et qui pèse 6 Md€, de telles mesures provoqueront à court terme une baisse de 16% du marché et mécaniquement la perte d’au moins 16 000 emplois. A l’heure où les plans sociaux sont devenus de véritables affaires d’état et où la courbe du chômage est une préoccupation quotidienne, j’ai du mal à entendre le ministre de la Consommation annoncer un tel plan social !», avait déclaré Didier Papaz, PDG du groupe Optic 2000. Quant au syndicat d'opticiens Synope, il a estimé que les mesures prévues dans le cadre de ce projet de loi, «si elles sont adoptées, ne prévoient ni plus ni moins qu'une pure et simple libéralisation de la vente des produits d'optique sans aucun encadrement ni précaution sanitaire essentiels à la délivrance de ces dispositifs médicaux».

Peser à tout prix sur les prix

Alors que l’optique représente toujours une part importante des remboursements des organismes complémentaires santé, aucun représentant du secteur n’a pris position sur le projet de loi Hamon. Quelques complémentaires, comme la mutuelle Unéo, ont déjà noué des partenariats dans la vente en ligne d’optique. Mais, c’est avec le site easy-verres.com, qui propose un modèle mixte de vente en ligne des équipements et de montage par des opticiens partenaires. Ces mesures du projet de loi Hamon constituent la deuxième tentative de la majorité politique actuelle de peser sur les prix de l’optique, après la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2014, qui prévoit des plafonds de remboursements par les complémentaires.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 21 février 2020

ÉDITION DU 21 février 2020 Je consulte

Emploi

SIACI SAINT HONORE

Chargé d'études Santé Prévoyance (contrats collectifs)

Postuler

Assurances Saint Germain

Rédacteur Production Sinistres H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Fourniture de titres restaurants.

RESAH - Réseau des Acheteurs Hospitaliers

22 février

75 - GIP RESAH

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Projet de loi Hamon : les opticiens voient rouge

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié