Quel que soit le candidat élu, les petites et moyennes mutuelles sont décidées à défendre leurs positions

Quel que soit le candidat élu, les petites et moyennes mutuelles sont décidées à défendre leurs positions

A quelques jours du second tour des élections présidentielles, l'Association Diversité Proximité Mutualiste (ADPM), qui rassemble des petites et moyennes mutuelles œuvrant essentiellement dans la santé et la prévoyance, a tenu à exprimer ses positions. Il est vrai que l’organisation, après avoir rencontré les états-majors de campagne et interrogé par écrit les candidats, se dit « consternée par l'approximation et l'inconsistance de leurs réponses ».

Silence assourdissant

L’ADPM regrette, dans un communiqué, que l'avenir du système de santé ait été peu abordé durant la campagne, alors que « près d'1 Français sur 5 renonce à des soins ou les diffère ». « Il est plus que temps d'entendre les candidats préciser clairement leur projet quant à l'organisation de l'assurance maladie et de la solidarité nationale, qui ne doit plus souffrir des mesurettes et d’oukases pris par les gouvernements successifs depuis 30 ans », écrit l’association.

En l’absence de réponse, l’ADPM prévient qu’elle continuera à se mobiliser pour défendre l’assurance maladie et ce, que Nicolas Sarkozy ou François Hollande remporte le scrutin le 6 mai prochain. « Il n'appartient pas aux complémentaires santé de devenir la variable de substitution qui éponge les reports successifs de financement de l'assurance maladie, mais à l'Etat de réguler les dépassements dans le respect à la lettre des conventions signées entre les praticiens et l'assurance maladie ».

Une charte des contrôles

L’ADPM promet de rester vigilante quant au respect du libre choix de la complémentaire santé et à la liberté de remboursement des mutuelles. Elle veillera à ce que les « avantages exorbitants des contrats collectifs soient redéfinis dans un souci d'équité envers les souscripteurs de contrats individuels ».

L’association milite également pour qu’aucun contrôle de l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP) ne soit effectué sans qu'une charte « digne de ce nom » n'ait défini les droits et obligations des vérificateurs et des vérifiés. Enfin, l’ADPM s'opposera à toute nouvelle taxation et continuera de demander la suppression de la taxe spéciale sur les conventions d’assurance (TSCA).

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Marché d'assistance à maîtrise d'ouvrage pour l'aide à la décision dans la stratégi...

Ville de Paris / Secrétariat général Délégation générale à la modernisation

20 juillet

75 - VILLE DE PARIS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Quel que soit le candidat élu, les petites et moyennes mutuelles sont décidées à défendre leurs positions

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié