Réseaux de soins : quel impact sur les dépenses de santé ?

Réseaux de soins : quel impact sur les dépenses de santé ?
Quel impact des réseaux de soins sur les restes à charge en dentaire ? Une étude Astérès/observatoire citoyen des restes à charge estime la différence réseau/hors réseau à 12 points.

Une étude publiée par l'observatoire citoyen des restes à charge, réalisée par le cabinet Astérès, plébiscite sans surprise les réseaux de soins conventionnés - avec quelques illustrations chiffrées à la clé.

Le cabinet Astérès, dirigé par l'économiste Nicolas Bouzou, a réalisé une étude sur l'impact des réseaux de soins conventionnés à la demande de l'observatoire citoyen des restes à charge, composé du magazine "60 Millions de Consommateurs", du collectif interassociatif sur la santé (Ciss) et du réseau Santéclair.

Si son résultat, sans surprise, valorise ces réseaux (contestés politiquement), cette analyse permet tout de même de dresser certaines tendances. Ces réseaux, lancés par plusieurs organismes complémentaires santé à compter des années 90, parviendraient à limiter l'inflation des dépenses de santé, notamment sur ses deux postes "originels" que sont l'optique et l'audioprothèse. "Sans régulation, la croissance des dépenses de santé serait de l'ordre de 6 à 7%" estime ainsi M. Bouzou, citant un faisceau de raisons que sont la course à l'innovation produit (nouveaux traitements), le vieillissement de la population et l'évolution des modes de vie.

Une étude de l'Igas en attente

Surtout, et c'est là l'angle principal de cette étude, les réseaux ont également pour mission de limiter le renoncement aux soins via la réduction des restes à charge : l'audioprothèse est ici un exemple frappant, le taux d'équipement des Français étant plus faible que celui de nombreux voisins européens.

Le cabinet Astérès a ainsi, notamment sur la base des données de Santeclair et des devis reçus, voulu quantifier la différence réseau/hors réseau, que ce soit sur le coût ou le reste à charge moyen. Des résultats favorables aux réseaux sur le dentaire ou l'audioprothèse tandis que sur l'optique, note M. Bouzou, "alors que les réseaux conventionnés sont montés en charge à partir de 2010, le prix moyen des lunettes de vue s'est stabilisé".

HR coût HR RAC HR poids RAC SC coût SC RAC SC poids RAC Diff coût Diff RAC Diff poids RAC
Dentaire 1791€ 894€ 50% 1447€ 551€ 38% -19% -38% -12 pts
Audioprothèse 2874€ 1867€ 65% 2023€ 1046€ 52% -30% -44% -13 pts

L'impact financier de ces réseaux de soins, que ce soit pour les assurés ou en termes d'économies, a également été évoqué en parallèle de la présentation de l'étude. Si, avec la loi Le Roux de 2014, l’évaluation de l’impact des réseaux sur la qualité et le coût de ces réseaux a été réclamée aux pouvoirs publics, l'Igas (Inspection générale des affaires sociales) n'a reçu que fin septembre la lettre de mission pour mener à bien ce travail.

Des résultats contestés

La directrice des réseaux de Santéclair Caroline Touizer estime toutefois, pour son réseau, cet impact à un peu plus de 200 millions d'euros par an d'économies, montant similaire estimé pour le réseau Kalivia en optique. L'univers des réseaux de soins étant constitué en oligopole (sept réseaux couvrant environ 40 millions de personnes, avec Itelis, Carrés Bleus, Sévéane, Carte Blanche et Istya en plus de Kalivia et Santéclair), les estimations des deux plus importants réseaux de soins (21 millions de personnes concernées) donnent un aperçu quantitatif des économies potentiellement réalisées.

Mais, prévient par avance M. Bouzou, les réseaux de soins sont loin de constituer la solution unique aux problématiques de reste à charge : s'il se prononce par exemple pour la fin du numerus clausus quant aux audioprothésistes, "cela n'a pas suffi en optique".

Si la Cour des Comptes, dans son rapport annuel sur l'application des lois de financement de la Sécurité sociale, a souligné l'impact positif desdits réseaux en optique, le monde de l'audioprothèse n'a pas attendu longtemps avant de contester l'étude Astérès. Le syndicat national des audioprothésistes (Unsaf), insistant sur le besoin d'évaluation publique de l'efficacité des réseaux de soins, a dénoncé les résultats "biaisés de cette étude" (à noter, pour rappel, leur propre analyse réalisée mi-2016 avec le Cnam) et questionné l'impartialité de l'observatoire citoyen des restes à charge.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 18 octobre 2019

ÉDITION DU 18 octobre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances tous risques expositions

FRAC Provence Alpes Côte d'Azur Fond Régional d'Art Contemporain

21 octobre

13 - FRAC PACA

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Réseaux de soins : quel impact sur les dépenses de santé ?

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié