Retraite du président du GAN : Bercy n'a pas respecté le droit commercial

Retraite du président du GAN :  Bercy n'a pas respecté le droit commercial
Laetitia DUARTE En contradiction avec les lois commerciales, l’ancien article R. 322-17 du code des assurances attribuait au ministère des Finances la faculté de fixer la rémunération des présidents des conseils d'administration des sociétés centrales des groupes d'entreprises nationales d'assurance.

Pour lire l’intégralité de cet article, connectez-vous ou testez gratuitement l’accès en mode abonné

CE, 2 novembre 2015, n° 370797

Les faits

L’affaire prend racine avant la privatisation en 1998 du Groupes des assurances nationales (GAN).  L’ancien président du conseil d’administration (PCA) entre 1986 et 1994 (et sa compagne : « M. et Mme B »), demande devant les juridictions administratives à ce que l’État soit condamné à lui verser 1.260.862 euros, suite [...]

Connectez-vous pour lire la suite

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné à l'Argus de l'assurance ?

Je me connecte

Abonnez-vous

Vous n'êtes pas encore abonné ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Nos formules d'abonnements
Je m'abonne

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Retraite du président du GAN : Bercy n'a pas respecté le droit commercial

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié