Santé : l’UFC – Que Choisir dénonce la progression des dépassements d'honoraires

Santé : l’UFC – Que Choisir dénonce la progression des dépassements d'honoraires

L’UFC – Que Choisir, qui a relevé à un an d’intervalle les tarifs de l’ensemble des médecins de trois spécialités (ophtalmologistes, gynécologues et pédiatres), constate une progression des dépassements d’honoraires de 1,7% en un an, soit presque le double de l’inflation (0,9%). Dénonçant un creusement de la «fracture sanitaire», Alain Bazot, président de l’association de consommateurs, a demandé lors d’une conférence téléphonique, que «les parlementaires reprennent la main» dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2014, qui doit être présenté jeudi 26 septembre. Il propose en particulier un plafonnement immédiat des dépassements d’honoraires à 40% du tarif de la Sécurité sociale, un taux qui correspond à la prise en charge médiane des organismes complémentaires.

Les jeunes demandent plus cher

Selon les estimations établies par l’UFC – Que Choisir à partir des données de l’Assurance maladie, les tarifs moyens des consultations en secteur 2 (honoraires libres) dans ces trois spécialités sont de 52,1 € par rapport à un tarif sécu de 28 €, en hausse de 1,7% par rapport à l’an dernier. 36% des médecins ont conservé leurs tarifs inchangés, tandis que 45% les ont augmentés et 19% les ont baissés. Pour l’association de consommateurs, la situation est d’autant plus alarmante que les jeunes médecins remplaçant ceux qui partent à la retraite s’installent majoritairement en secteur 2 et demandent un tarif moyen plus élevé.

Une fausse bonne idée

Dans ce contexte, l’UFC – Que Choisir estime que le contrat d’accès aux soins (CAS), fruit de la négociation sur les dépassements d’honoraires d’octobre 2012, est une «fausse bonne idée». Elle estime que ce dispositif, qui doit entrer en vigueur le mois prochain et contenir les dépassements d’honoraires, ne fera que «geler» ceux des seuls médecins volontaires.  Elle en conclut que le CAS ne sert qu’à «solvabiliser» les dépassements existants, qui s’élèvent à 2,4 Md€.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Mise en place d'une complémentaire santé négociée, à destination des habitants

Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône

25 mars

13 - CONSEIL DEPARTEMENTAL DES BOUCHES DU RHONE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Santé : l’UFC – Que Choisir dénonce la progression des dépassements d'honoraires

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié