Standard & Poor’s : pourquoi les notes des assureurs restent orientées à la baisse

Standard & Poor’s : pourquoi les notes des assureurs restent orientées à la baisse

Selon l'agence de notation Standard & Poor's, les faibles taux d’intérêt et les incertitudes réglementaires pèseront en 2013 sur la notation des acteurs du monde l'assurance.

Bon nombre d’assureurs ont été dégradés en 2012 par les agences de notation du fait de leur forte exposition au risque souverain. Si l’on en croit la dernière étude publiée par Standard & Poor’s, le secteur devrait rester dans l’œil du cyclone cette année, et ce pour au moins deux raisons : la faiblesse persistante des taux d’intérêt, et l’incertitude réglementaire, notamment relative à Solvabilité 2 en Europe. S’en ajoute une troisième : les conditions économiques dégradées. Bref, du fait de ce que l’agence qualifie « d’accumulation de risques », les notations des assureurs seront encore sous pression à la baisse en 2013.

Régimes de solvabilité déficients

De façon intéressante, l’agence insiste une nouvelle fois sur le fait que les risques liés à la faiblesse des taux d’intérêt sont assez mal appréhendés. « Ils sont masqués par les déficiences de la plupart des régimes de solvabilité actuels, par le décalage de traitement entre les actifs et les passifs d’assurance dans les normes IFRS, et par l’insuffisante prise en compte des options et garanties cachées dans les polices d’assurance », relève S&P.

Traduction : les faibles taux d’intérêt gonflent artificiellement les fonds propres et les ratios de solvabilité de la plupart des assureurs, qui comptabilisent leurs actifs en valeur de marché mais ne le font en général pas pour leurs passifs. La faiblesse des taux d’intérêt se reflète néanmoins dans certains régimes de solvabilité. C’est le cas au Canada, en Australie, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, ce qui n’est pas sans créer des problèmes de comparabilité, voire de distorsion de concurrence.

Re-tarification et discipline de souscription

Rappelant que les assureurs vie « meurent lentement », l’agence prévient ainsi qu’ils n’ont guère d’autre solution que de re-tarifer leurs produits ou de faire évoluer leur mix-produit, pour pousser les assurés à opter pour des produits moins traditionnels, sans garantie de taux. Quant aux assureurs non vie, paradoxalement, la faiblesse des taux d’intérêt les incite plutôt à accentuer leurs efforts sur la discipline de souscription, ce qui semble être un moindre mal.

Impact négatif du report de Solva 2

Quant au report de Solvabilité 2 à 2016 – et partant, le retard dans l’adoption d’un régime de solvabilité basé sur les risques – inutile de dire que S&P ne le voit pas d’un bon œil. « Les incertitudes autour de Solvabilité 2 ont une influence négative sur le coût du capital du secteur, sur les choix stratégiques des assureurs, et donc sur leur notation, même si au final nous pensons que l’adoption de ce nouveau régime aura un impact favorable sur la qualité de crédit du secteur ». Bref, les assureurs ne perdent rien pour attendre.

L’agence semble enfin guetter avec intérêt les conclusions de la nouvelle Autorité internationale des superviseurs d’assurance (IAIS), notamment relatives à l’identification des éventuels assureurs systémiques. La liste est attendue cette année…

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 03 décembre 2021

ÉDITION DU 03 décembre 2021 Je consulte

Emploi

ASCOMA

Chargé de Compte Dommage/ Chargé de Clientèle International H/F

Postuler

Natixis Assurances

CONTRÔLEUR DE GESTION EPARGNE (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

SERVICES D'ASSURANCES

Ville de Valentigney

02 décembre

25 - VALENTIGNEY

Prestations d'assurance de responsabilité civile pour les concentrations et manifes...

Le Touquet Equipements et Evènements

02 décembre

62 - LE TOUQUET PARIS PLAGE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Standard & Poor’s : pourquoi les notes des assureurs restent orientées à la baisse

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié