Un nouveau partenariat entre l'Afer et Aviva

Un nouveau partenariat entre l'Afer et Aviva
Gérard Bekerman, président de l’Afer

L’association d’épargnants Afer a confié la gestion de son système d’informations à son assureur, Aviva. Un transfert motivé par des raisons financières, mais qui ne fait pas l’unanimité.

Après quarante ans d’existence, le partenariat qui lie Afer et Aviva évolue sensiblement. L’association d’épargnants, qui compte 730 000 adhérents pour un encours de plus de 50 Md€, a en effet confié à l’assu­reur la gestion du système d’in­for­­mation du GIE Afer. Ce groupement d’intérêt économique, administré paritairement par l’association Afer et les compa­gnies Aviva vie et Aviva épargne retraite, est composé de 170 salariés. Il gère, au quotidien, les demandes des adhérents en permettant notamment d’isoler les coûts de fonctionnement admi­nistratif.

C’est un besoin de modernisation de ce système d’information qui a motivé cette décision. Plutôt que d’en externaliser la gestion, l’Afer a préféré « profiter d’une mutualisation des outils de l’assureur qui a déjà investi dans un nouveau système adapté aux enjeux actuels », a indiqué Gérard Bekerman dans une publication interne. L’objectif : ne pas dupliquer une solution qui existe chez Aviva dans un souci d’économie de coût. Mais pas seulement. En modernisant le système, les deux partenaires espèrent « renouveler l’expérience digitale de l’Afer [et]être plus réactif pour lancer de nouvelles offres », comme un contrat de capitalisation que l’association souhaite mettre en place depuis longtemps, ou encore de nouvelles unités de compte.

Adapter ses offres

Si la migration effective du systè­me est prévue pour le milieu d’année 2019, ce rapprochement peut poser question quant aux marges de manœuvre de l’association. Quid de la possibilité d’ouvrir un contrat avec un autre assureur, par exemple ? « L’initiative des projets reste à la main de l’association Afer », insiste Gérard Bekerman précisant, en outre, rester propriétaire du fichier : « C’est gravé dans le granit d’un solide protocole. » Alors que le fichier appartenait jusqu’alors au GIE, « maintenant l’association a une connaissance de l’épargnant. Nous allons pouvoir segmenter la base et proposer des offres adaptées aux adhérents », précise-t-il.

Un dialogue avorté

Ce vaste chantier n’est toutefois pas sans conséquence sur les salariés du GIE. Depuis la mi-octo­bre, une partie d’entre eux ont quitté les locaux de la rue de Chateaudun (75) pour intégrer le siège d’Aviva, à Bois-Colombes (92). Sont concernés une quarantaine de collaborateurs, devenus dès lors salariés Aviva. En premier lieu le service informatique mais aussi l’actuariat, les équipes projets et organisation et une partie du marketing. Restent au sein du GIE les deux tiers des effec­tifs : le juridique, la gestion, les ressources humaines, les servi­ces généraux, les risques et le contrôle interne.

« Nous n’avons pas voulu qu’il y ait de licenciement », a réagi Gérard Bekerman, président de l’Afer. L’opération a fait l’objet d’un « dialogue social ». « Nous avons proposé aux salariés du GIE transférés un package très attractif », explique Stéphane Camon, directeur général du GIE Afer. Augmentation de salaires, télétravail, etc. Mais ces solutions ne semblent pas satisfaire tout le monde : le dossier est loin d’être clos...

Emploi

BNP PARIBAS

Architecte IT H/F

Postuler

CIBLEXPERTS

Expert RC construction ou mécanique H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Un nouveau partenariat entre l'Afer et Aviva

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié