Villeroy de Galhau (ACPR) : priorité aux « financements vers les fonds propres des entreprises et la transition écologique »

Auditionné par le Sénat, le gouverneur de la Banque de France a rappelé la nécessité de réallouer l’épargne vers l’économie productive.

Partager
Villeroy de Galhau (ACPR) : priorité aux  « financements vers les fonds propres des entreprises et la transition écologique »

L’objectif est clair. Pour le gouverneur de la Banque de France et président de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR), François Villeroy de Galhau, la priorité en 2018 est d’ « orienter les financements vers les fonds propres des entreprises et la transition énergétique et écologique », a-t-il affirmé mercredi 17 janvier devant la commission des Finances du Sénat. Et de justifier : « une économie d’innovation fait appel aux fonds propres ». Or, en France, comme en Europe, les fonds propres des entreprises pèsent 73% du PIB (à mai 2017) contre 123% aux Etats-Unis, rappelle-t-il, « d’où l’enjeu d’une réallocation partielle de certains produits comme l’assurance-vie ».

Réformer l'assurance-vie

Un discours qu’il avait déjà prononcé devant la Fédération Française de l’Assurance (FFA) en octobre dernier, appelant à « réaménager le contrat eurocroissance ». Un produit qui promettait d’être « l’assurance-vie du XXIème siècle » et dont le succès commercial n’est pas au rendez-vous. «Il faut concevoir un produit dans cette famille de solutions », a déclaré François Villeroy de Galhau aux sénateurs. C’est justement le chantier auquel se sont attelés la FFA et le gouvernement.

Dans le cadre du projet de loi PACTE (plan d’action sur la croissance et la transformation des entreprises) qui doit être présenté au printemps prochain, plusieurs propositions sont soumises à consultation pour encourager l’épargne longue, telles qu’ « une modulation de la garantie des nouveaux contrats d’assurance-vie en fonds euros selon la durée de détention (avec garantie minorée en cas de détention sur une durée limitée, et garantie bonifiée en cas de détention longue, autour d’une durée pivot de 8 à 10 ans) ». Il est également question de faire sauter les verrous sur l’investissement dans le non-coté. De plus, il faudra « faire attention à la revue de Solvabilité 2 », en 2018 et 2020, « on sera attentif à ce que cela ne pénalise pas l’investissement. En faisant évoluer l’assurance-vie et en adaptant aux besoins Solvabilité 2, on peut réconcilier ces objectifs », a expliqué François Villeroy de Galhau aux sénateurs.

Encourager les obligations vertes

Quant à la finance verte, « la stabilité climatique fait partie à long terme de la stabilité financière», relève le gouverneur de la Banque de France, qui a créé, avec 7 autres banques centrales, un réseau international de superviseurs « pour le verdissement du système financier ». L’enjeu est notamment de mieux mesurer les risques de la transition climatique, en améliorant « la disclosure » par les banques, assureurs et gestionnaires d’actifs et en organisant des « stress tests pour voir comment ils affecteront à l’avenir les risques portés par les établissements financiers ».

Il s’agit aussi d’encourager le développement des obligations vertes (ou green bonds). Le stock existant est de 1 000 Md $ (environ 817,5 M€), mais les besoins de financement de la transition écologique à horizon 2030 sont 100 fois plus élevés, selon le gouverneur de la Banque de France. « Aujourd’hui, il n’y a pas de règles. Il ne faut pas surréglementer, mais on ne pourra pas développer les obligations vertes s’il n’y a pas de confiance entre émetteurs et investisseurs », relève-t-il. Un sujet sur lequel travaille notamment la commission de développement durable de la FFA.

SUR LE MÊME SUJET

Base des organismes d'assurance

Abonnés

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d’assurance

Je consulte la base

Sujets associés

NEWSLETTER La matinale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Tous les événements

Les formations L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Toutes les formations

LE CARNET DES DECIDEURS

Stéphane Mircich, DG du groupe Colonna 2022

Stéphane Mircich, DG du groupe Colonna 2022

Groupe Colonna

Directeur général

Astrid Cambournac, SPVie 2022

Astrid Cambournac, SPVie 2022

SPVie

Secrétaire générale

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Julien Alzouniès, DG Leader Insurance 2022

Groupe Leader Insurance

Directeur général opérationnel

Michèle Horner, Beazley France 2022

Michèle Horner, Beazley France 2022

Beazley

Responsable relations courtiers pour la France

LES SERVICES DE L’ARGUS DE L’ASSURANCE

Trouvez les entreprises qui recrutent des talents

La Mutuelle Générale

RESPONSABLE TECHNIQUE EXPERT FRONT END (H/F)

La Mutuelle Générale - 11/01/2023 - CDI - Paris - 13ème arrondissement

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - CGLLS

Emission et livraison de titres restaurant dématérialisés pour les agents de la CGLLS.

DATE DE REPONSE 24/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS