Vitesse limitée à 80 km/h : une piste parmi d’autres pour réduire la mortalité routière

Vitesse limitée à 80 km/h : une piste parmi d’autres pour réduire la mortalité routière

Aussitôt dévoilée, la proposition du Comité nationale de la sécurité routière (CNSR) s’est retrouvée au cœur du débat du week-end, entre ses partisans et ses détracteurs. Dans un rapport encore confidentiel, dont l’adoption définitive n’est pas attendue avant fin novembre, les experts du CNSR préconisent, entre autres, de réduire la vitesse autorisée sur les routes du réseau secondaire de 90 à 80 km/h. Selon eux, la mesure permettrait de sauver près de 450 vies si elle s’appliquait sur l’ensemble du réseau et quelque 200 vies pour les seules zones dangereuses. Et ce alors que 3 653 personnes ont perdu la vie sur les routes de France en 2012, et 1 440 au premier semestre 2013 (-15,1% par rapport à la même période l'an passé).

Manuel Valls sur la même ligne

Parmi les premiers soutiens de cette proposition du CNSR : le ministre de l’Intérieur lui-même, Manuel Valls. «Je reste convaincu que c’est en baissant davantage la vitesse sur les routes secondaires que nous aurons une baisse de la mortalité», avait déclaré le locataire de la place Beauvau en juin dernier à l’occasion de la dernière séance plénière du CNSR. Une position que partage également la Ligue contre la violence routière.

Les contre-propositions des associations d'automobilistes

A contrario, la mesure a suscité l’ire des associations de défense des automobilistes. L’une d’elles, l’association 40 millions d’automobilistes, qui revendique 320 000 adhérents, a appelé, dans une lettre ouverte à Manuel Valls, à ne pas céder «à la propagande de certains lobbys anti-voitures qui voudraient appliquer des formules mathématiques au pragmatisme que nécessite pourtant le principe de sécurité routière». Et suggère, en guise de contre-propositions, le renforcement des infrastructures de sécurité (glissières de sécurité adaptées aux motards, marquages  au sol, qualité de la route...), le progrès constant des véhicules et la persévérance dans l’éducation.

D'autres pistes examinées par le CNSR 

La réduction de la limitation de vitesse n’est pas la seule piste explorée par le comité d’experts du CNSR chargé d’élaborer une stratégie pour permettre de passer sous la barre des 2 000 morts par an d’ici 2020. Il recommande également de réduire le risque lié aux obstacles verticaux (arbres, murs, poteaux, fossés…) qui permettrait d’épargner entre 120 et 270 vies.

Autre option envisageable : la mise en place d’éthylotests anti-démarrage (EAD) pour les jeunes conducteurs, moyennant une réduction de prime d’assurance. D’autres thèmes devraient également figurer à l’ordre du jour de la prochaine séance plénière du 29 novembre, dont les boîtes noires ou encore l’abaissement du seuil réglementaire de l’alcoolémie au volant.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Contrat de frais de santé à adhésion obligatoire pour l'ensemble du personnel salarié.

Logidôme - OPH de Clermont-Ferrand

21 mai

63 - CLERMONT FERRAND

Prestation de services chèques au profit de la Banque de France.

Banque de France

21 mai

75 - BANQUE DE FRANCE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Vitesse limitée à 80 km/h : une piste parmi d’autres pour réduire la mortalité routière

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié