Association nationale des conseils financiers – CGPi – Gestion de patrimoine : David Charlet, président : « Nous sommes sur tous les fronts »

À quelques jours de sa convention annuelle, David Charlet, son président, explique comment l'Anacofi, l'un des plus importants représentants des gestionnaires de patrimoine, répond aux nouveaux défis de la profession.

Quels sont les thèmes d'actualité pour l'Anacofi ?
Nous allons créer un nouveau syndicat, qui devrait s'appeler Anacofi immobilier. Nous avons déjà un accord avec la Fnaim, mais alors qu'on évoque la mise en place d'un régulateur de l'immobilier, l'Anacofi doit disposer d'une structure dédiée pour participer au débat. Sa création sera présentée au vote lors de notre convention annuelle du 28 mars.

Que représente l'immobilier chez les gestionnaires de patrimoine ?
Dans la profession, en moyenne 30% du chiffre d'affaires touchent à l'immobilier ou à la défiscalisation, l'investissement locatif, etc. Plus d'un adhérent sur deux possède une carte d'agent immobilier. Notre objectif n'est pas de créer une grande structure concurrente des autres syndicats immobiliers, mais plutôt de se garantir une représentation auprès des autorités.

Vous avez déjà créé, en octobre 2012, un syndicat des intermédiaires en opération de banque et services de paiement...
Nous sommes passés d'une commission à un syndicat à part entière, l'Anacofi IOBSP, présidé par Michel Fleuriet. C'est de loin le premier syndicat représentatif des IOBSP avec déjà 600 entreprises adhérentes et les 15 collaborateurs salariés de la confédération à leur service. Désormais, l'Anacofi IOBSP est inscrite au registre des associations autorisées à déposer un code de bonne conduite pour les IOBSP.

«Nous sommes l’un des plus grands pays en matière d’épargne,mais aussi le plus compliqué pour ce qui est de sa fiscalité»

David Charlet, président de l'ANACOFI

Quelles sont vos revendications pour ce nouveau statut ?
Le texte qui oblige à choisir un statut de courtier ou mandataire pour s'immatriculer à l'Orias est impraticable pour les CGPI, et rempli d'incohérences sur la formation ou la remise en cause du courtage, qui était une pratique courante. La profession est complètement perdue. On organise conférences sur conférences et notre service juridique répond parfois à 40 appels par jour sur le sujet.

L'Anacofi devient donc une véritable confédération...
L'Anacofi rassemble 5 000 entreprises : les deux tiers sont des adhérents directs et 1 500 viennent des structures confédérées, comme l'Anacofi IOBSP, l'Anacofi Cif et la future Anacofi immobilier, mais aussi d'autres syndicats, comme la Chambre syndicale des courtiers d'assurances. Au total, l'Anacofi rassemble 8 syndicats. Désormais, au lieu de sections, il faut créer une structure dédiée pour être représentée. La gouvernance évolue aussi en passant de 14 administrateurs à 30 et de 4 à 10 membres pour les bureaux.

Ce qu'il faut savoir sur l'ANACOFI


  • Le budget 2012 de l'Association nationale des conseils financiers s'élevait à près de 3 M€. Elle emploie 15 salariés.
  • Huit syndicats membres : Anacofi-Cif (conseillers en investissements financiers), Anacofi-IOBSP (intermédiaires en opérations de banque et en services de paiement), Anacofi immobilier, Association française des conseils en gestion de patrimoine certifiés (CGPC), Association nationale des conseils diplômés en gestion de patrimoine (ANCDGP), Chambre syndicale des courtiers d'assurances (CSCA), Office national indépendant de l'immobilier et du patrimoine (Oniip), Compagnie nationale des conseils en fusions et acquisitions (CNCFA)
  • 5 000 entreprises en sont adhérentes (les deux tiers en direct), dont 2 050 sont agréées Cif.

Sur quels défis réglementaires travaillez-vous ?
L'Anacofi étant la plus grande association de courtiers vie, nous sommes consultés à propos de la directive sur l'intermédiation en assurances (Dia 2), et nous suivons de très près les débats des commissions sur la directive marché des instruments financiers (Mif 2). C'est une véritable guerre de tranchées opposant les modèles anglais et français sur la rémunération des professionnels (honoraires contre commissions). En France, les commissions représentent parfois près de 90% de l'activité. En cas d'interdiction, 40 000 emplois pourraient être détruits. La décision pourrait être prise début juillet... ou être encore reportée.

Votre convention annuelle aura pour thème central le financement des entreprises...
Avec la réglementation, c'est notre autre cheval de bataille. L'accompagnement en levée de capital est un thème sur lequel on nous attend avec le PEA-PME, les emprunts obligataires pour les entreprises de taille intermédiaire, etc. Nous sommes sur tous les fronts.

Quelle est votre position sur les problématiques de l'épargne, la fiscalité, le rendement ?
La fiscalité de l'épargne est un sujet d'inquiétude. Nous sommes l'un des plus grands pays en matière d'épargne, mais aussi le plus compliqué pour ce qui est de sa fiscalité. Quant à la problématique du rendement, elle peut créer des produits dangereux. Tous nos membres ont l'obligation de suivre une formation réglementaire, qui leur apprend, entre autres, à faire attention.

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 26 novembre 2021

ÉDITION DU 26 novembre 2021 Je consulte

Emploi

Natixis Assurances

CONTRÔLEUR DE GESTION EPARGNE (H/F)

Postuler

InterEurope AG European Law Service

Assistant administratif d’assurances en gestion de sinistres H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations de services de transport de personnes d'un événement

Ass. Festival International des Séries de Lille

27 novembre

59 - Lille

Assurance 'Responsabilité civile et risques annexes.

Conseil Départemental de l'Orne

27 novembre

61 - AGENCE D'INGENIERIE DE L'ORNE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Association nationale des conseils financiers – CGPi – Gestion de patrimoine : David Charlet, président : « Nous sommes sur tous les fronts »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié