Assurance collective : bilan et perspectives

Assurance collective : bilan et perspectives
©

Nexialog Consulting intervient auprès des acteurs majeurs de la banque et de l’assurance. Nos équipes d’actuaires accompagnent nos clients aussi bien sur des aspects techniques que réglementaires. Christel Pougoué, manager chez Nexialog avec plus de 10 ans d'expérience en tarification et pilotage de produits en santé et prévoyance, analyse les évolutions du marché de la souscription collective et les défis de demain.

Quelles sont les évolutions actuelles du marché de la souscription en assurance collective ?

Nos clients sont toujours dans un long tunnel suite à la crise du Covid et les incertitudes qu’elle génère. Ces deux dernières années bouleversent les méthodes usuelles de tarification et de pilotage technique tant elles sont atypiques : il faut tout d’abord rappeler que cette crise survient dans un secteur en forte mutation. Il y a un contexte législatif et réglementaire très évolutif avec une fréquence d’évolution tous les 2 à 3 ans. Toute la chaîne de valeur doit donc sans cesse s’adapter et se repenser.

Le secteur est aussi structurellement très concurrentiel. On note, en plus des acteurs classiques, l’arrivée des assurtechs et certains bancassureurs, ce qui tend à tirer les tarifs vers le bas.

Enfin, on assiste à une baisse des marges techniques en partie liées au contexte des taux bas, au vieillissement de la population et à une dérive des prestations.

C’est pourquoi certains des acteurs n’hésitent pas à opérer de larges mouvements de rapprochements. Depuis plus d’une dizaine d’années, le nombre de mutuelles a diminué de 70 % et le nombre d’institutions de prévoyance a été divisé par 2 au profit de la création de « géants » de la complémentaire santé.

La crise du Covid a accentué encore plus la tension sur les marges techniques. Ainsi, on constate des taux pivots dans une fourchette de +4 % à 6 % suivi d’une campagne de redressement assez importante.

En santé, nos clients observent l’effet combiné du rattrapage des soins non réalisés en 2020 (confinements et autres restrictions) et des impacts actualisés de la réforme 100 % Santé. Sur ce dernier point, la plupart des assureurs observent que l’impact de la réforme est supérieur à ce qui avait été estimé (notamment les remboursements sur les postes prothèses dentaires et auditives).

En prévoyance, le risque décès reste plutôt stable. En revanche, on constate une forte hausse des arrêts de travail de l’ordre de 30 %. Cette hausse s’explique en partie par les mécanismes d’accompagnement de l’État pendant la crise. L’impact sur les régimes avec des franchises courtes est encore plus important.

Quels sont les enjeux liés à la souscription de demain ?

Les directions techniques et de la souscription seront encore plus soucieuses de la sélection des risques. On identifie trois défis principaux : l’éventuelle récurrence de la dérive constatée précédemment ; la projection des comptes de résultat en tenant compte des deux dernières années ; la mise en place d’une politique de souscription qui allie progression du chiffre d’affaires et amélioration de la marge technique dans un contexte de taux bas et de sortie de crise.

Devant ces problématiques, les assureurs doivent trouver de nouvelles méthodes pour piloter leur risque. En particulier, suite à ces dernières années exceptionnelles, la pertinence de nos modèles traditionnels basés sur des données historiques est remise en question. Dans la course à l’innovation, nos clients doivent tirer profit des progrès technologiques et inévitablement en faire une force. Deux leviers sont à activer pour gagner en efficacité et en performance : l’automatisation et l’intelligence artificielle.

Quelles solutions face à ces défis ?

L’accent pourrait être mis sur le pilotage et une gestion en intégrant une gestion plus dynamique de l'activité. L’objectif serait d’adapter la politique de souscription et de réassurance en fonction des dernières tendances du marché. Il serait nécessaire de construire des indicateurs de suivi qui s’ajustent aux données collectées au cours des campagnes de souscription. Faire évoluer les calculs de provisions constitue également une piste de solutions.

En amont, il faudrait faire évoluer les outils de tarification en y intégrant les tendances de la dérive observée en cours d’année, ainsi que de nouveaux critères de tarification comme la santé financière de l’entreprise, des prévisions économiques sur le secteur d’activité ou encore le climat social. L’intelligence artificielle représente également une piste à explorer : c’est d’ailleurs déjà le cas chez plusieurs de nos clients.

Quel serait l’impact de l’intelligence artificielle sur le pilotage et la tarification ?

De plus en plus d’assureurs se tournent vers un pilotage à la carte. Dans ce cadre, l’intelligence artificielle peut permettre de faciliter ce pilotage et d’analyser les risques plus efficacement. Par ailleurs, la Déclaration Sociale Nominative représente une opportunité, à la fois pour améliorer la tarification et le provisionnement, puisqu'elle permet à l’assureur d’obtenir des informations dynamiques et en temps réel sur les entreprises. Il s’agit d’une source de données très importante et exploitable via l’intelligence artificielle. Enfin, l’intelligence artificielle permet d’intégrer tout type de données dans un modèle de tarification, voire de calcul de provisions.

Contenu proposé par Nexialog

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Emploi

LA CENTRALE DE FINANCEMENT

RESPONSABLE ADJOINT MARCHE ASSURANCES H/F

Postuler

La Mutuelle Générale

RESPONSABLE D'APPLICATION WORKDAY (H/F) - CDI

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Fourniture et livraison de titres restaurant pour le personnel de l'Ile de La Réuni...

Comité Régional du Tourisme - Ile de la Réunion Tourisme

22 janvier

974 - ST PAUL

Prestations d'assurance pour les besoins de la Région Nouvelle-Aquitaine - Assistan...

Région Nouvelle Aquitaine

22 janvier

33 - REGION NOUVELLE AQUITAINE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Assurance collective : bilan et perspectives

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié