Comment le courtier en ligne Baloon compte s’implanter en Afrique

Comment le courtier en ligne Baloon compte s’implanter en Afrique
La start-up ambitionne de s’implanter dans 15 pays d'Afrique d’ici 2020.

Depuis le 6 novembre 2017, Baloon propose aux automobilistes de Côte d’Ivoire de souscrire leur assurance automobile par internet.

Depuis le 6 novembre 2017, les automobilistes de Côte d'Ivoire peuvent souscrire leur assurance en quelques clics. La start-up Baloon, qui a obtenu le premier agrément du pays pour un courtier en ligne, vise 7 M€ de CA d’ici 2020. Selon Bertrand Vialle, son fondateur, ancien dirigeant du courtier Gras-Savoye en Afrique, le marché de l'assurance pour les particuliers - sa cible - dans le pays représente actuellement quatre fois plus de chiffre d'affaires, soit 28 M€. « Notre ambition est de devenir le leader sur ce marché », annonce-t-il.

Des offres adaptées au marché

Pour atteindre cet objectif, Baloon (20 salariés) mise sur des solutions « adaptées » au marché, comme une assurance à la journée. « Ici, la préoccupation première est de s'acheter les choses de première nécessité, comme la nourriture. Une assurance passe en second plan », explique Bertrand Vialle. De plus, « différents niveaux d’assurances » sont proposés. « Selon les véhicules, nos formules varient de moins de 10€ par mois en responsabilité civile à 1800€ par an en tous risques. » Si Baloon propose, pour commencer, « un large panel de formules d’assurances dédiées à l’automobile », son offre devrait « rapidement » être élargie, notamment dans le domaine de la santé.

Pour se démarquer, la société mise également sur sa plateforme. Celle-ci permet d'obtenir un devis en envoyant son numéro de téléphone et la photographie de sa carte grise. Ensuite, quatre formules sont proposées au client, générées par des algorithmes. Celui-ci peut alors renvoyer le contrat signé, ainsi que les photographies de sa carte d’identité et de son permis de conduire, et payer par "mobile money", un système très répandu en Afrique. « Nous avons placé la barre haute », estime Bertrand Vialle. « Même en Europe, les courtiers en ligne ne disposent pas d'un tel outil. De plus, notre plateforme simplifie la souscription d'une assurance pour des personnes ayant des difficultés à écrire ».

Lutter, d'abord, contre la sous-assurance

Par la suite, le courtier en ligne ambitionne de faire grandir ce marché pour enrayer le phénomène de sous-assurance. «L’enjeu est de restaurer la confiance entre les assureurs et les assurés. En Afrique, trop souvent, les premiers pensent qu’ils seront victimes de fausses déclarations et les seconds pensent qu’ils ne seront jamais remboursés en cas de sinistre », regrette Bertrand Vialle. « Nous nous engageons à rembourser les frais de réparation sans attendre l’aboutissement de la procédure de la compagnie d’assurance adverse », annonce ainsi la plateforme de Baloon. « Nous faisons porter le risque par des assureurs internationaux, comme le groupe Allianz, par des assureurs panafricains, comme NSIA Assurances, et par des assureurs locaux », précise le dirigeant, qui estime que le marché pourrait atteindre les 56 M€ de CA d'ici 2020, en cas de confiance retrouvée. Sa part de marché y atteindrait alors près de 15%, mais l'objectif consiste, avant tout, à développer l'activité assurantielle. « Actuellement, un million de véhicules sont immatriculés, 500 000 sont en état d’être assurés, et 100 000 seulement le sont. » Les propriétaires des 400 000 véhicules restants constituent donc des clients potentiels.

baloon bientôt au sénégal, au ghana, au burkina faso, à madagascar

Après la Côte d'Ivoire, Baloon compte être présent dans 15 pays africains d’ici 2020, avec des objectfis similaires. Ainsi, la start-up devrait lancer ses services d’ici la fin de l’année au Sénégal. Puis, en 2018, au Ghana, au Burkina Faso et à Madagascar. « Pour le Sénégal, nous attendons d’obtenir l’agrément nécessaire, nous sommes en discussion avec l’administration », indique Bertrand Vialle.

Selon les pays, la stratégie ne sera pas tout à fait la même. « Dans les pays francophones, où il n’existe pas de courtiers en ligne, notre problématique est de convaincre l’administration des avantages de cette pratique, puis de la rendre familère aux consommateurs. » Sur le marché ivoirien, le dirigeant de Baloon s’attend à ce que, très rapidement, des concurrents se positionnent à leur tour sur ce créneau. « Une bonne chose pour que les consommateurs s'habituent à souscrire leurs assurances en ligne », estime Bertrand Vialle. Dans les pays anglophones, « où il existe des courtiers en ligne », le défi pour Baloon consistera, déjà, à se faire une place.

Des primes correspondant à 1% du PIB

Dans les deux cas, Baloon compte sur le fort potentiel de croissance du secteur de l’assurance en Afrique. « Sur ce continent, les 1,2 milliard d’habitants sont sous-assurés et jeunes. Et l’accès à internet se développe », expose le chef d’entreprise. « Actuellement, le volume de primes correspond à 1% du PIB, contre 9% du PIB en Europe et 60% de la population est âgée de moins de 25 ans, enfin 326 millions d’Africains ont accès à internet », détaille-t-il. De quoi rebattre les cartes sur un marché à perspectives, mais complexe (lire notre dossier sur le courtage en Afrique).

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 11 octobre 2019

ÉDITION DU 11 octobre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestation de services d'assurances

Ville de Solliès Toucas

14 octobre

83 - Solliès-Toucas

Passation d'un marché d assurance protection sociale des sapeurs pompiers volontair...

SDIS de la Meurthe et Moselle Sce Départ. d'Incendie et de Secours

13 octobre

54 - ESSEY LES NANCY

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Comment le courtier en ligne Baloon compte s’implanter en Afrique

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié