Courtage : SPVie mise sur la franchise

Courtage : SPVie mise sur la franchise

Les dirigeants de SPVie Assurances ambitionnent de créer un réseau franchisé de plus de 60 agences en France d’ici cinq ans.

Le 10 avril, les dirigeants du courtier SPVie Assurances (60 salariés, plus de 10 M€ de CA) ont annoncé l’intention d’ouvrir 64 agences franchisées d’ici 2023. Une première, selon Jérémy Sebag, cofondateur de SPVie. D’autres courtiers – Meilleurtaux.com (emprunteur), Albâtre Courtage (gestion-protection du patrimoine), NousAssurons.com (assurance de personnes et dommages) – sont pourtant déjà franchisés, à l’instar de grandes enseignes de la distribution, l’alimentaire ou l’auto. Mais ils « ne dispo­sent pas, comme nous, de 40 compagnies d’assurance partenaires ni d’un catalogue de 28 produits tous segments de marchés et tous risques confondus », remarque le dirigeant. Ce dernier vise deux types de profils pour ouvrir ses premières agences : des courtiers de proximité réalisant déjà environ 150 000 € de chiffre d’affaires et souhaitant se développer, ou des personnes s’orientant vers une reconversion professionnelle. Tous devront disposer d’un numéro Orias (comme courtier ou mandataire d’intermédiaire d’assurance) et d’un apport de 100 000 € à 200 000 €, la somme nécessaire pour ouvrir une agence sur le même modèle que celle inaugurée par SPVie, le 10 avril à Paris (100?m2, quatre salariés à temps plein), ou celle qui doit ouvrir d’ici septembre prochain (50 m2, deux salariés).

Les candidats à ces contrats de franchise d’une durée de sept ans (renouvelables) devront s’acquitter d’un droit d’entrée de 20 000?€ et reverser 5 % de leur chiffre d’affaires annuel. SPVie percevra également 30 % des commissions reversées par les compagnies aux franchisés. Un niveau « équivalent » à ce que les courtiers de proximité obtiendraient en travaillant en direct avec les compagnies, affirme Jérémy Sebag, qui se dit convaincu que les services propo­sés à ses futurs franchisés feront la différence. À commencer par celui consistant à avoir accès à tous les codes ouverts auprès des compagnies. Un argument de poids, selon lui, alors que de nombreux courtiers de proximité éprouvent, précisément, des difficultés à ouvrir ou conserver des codes.

Partager son expertise

Autre argument : la conformité. « La digitalisation de la souscription, possible pour 60 % de nos offres, constitue une bonne réponse aux évolutions réglementaires. Pour des courtiers de proximité, digitaliser la souscription représente souvent un investissement trop important », souligne ainsi Jérémy Sebag. « Nous assurerons de nombreuses tâches administratives et logistiques, de même que le calcul du coefficient de réduction majoration », ajoute-t-il. Autrement dit, selon lui, les franchisés pourront se concentrer sur la partie commer­ciale. Et espérer réaliser 300 000 € à 400 000 € de chiffre d’affaires par an, dès la troisième année, s’ils respectent « une certaine organisation commerciale et un certain rythme de vente », dixit le franchiseur.

  • 64 L’objectif d’agences franchisées SPVie à l’horizon 2023
  • 100 000 € L’apport minimum nécessaire pour ouvrir une franchise, auquel il faut ajouter un droit d’entrée de 20 000 €

Mais avant cela, ils devront suivre des formations de 350 heures, à raison de deux sessions réparties sur quatre mois, à l’École nationale d’assurance (Enass). « Nous espérons que la première session de forma­tion commencera en septem­bre. Nous élaborons le program­me avec l’Enass. Cette session for­me­ra au courtage, à la direction d’entreprise et à notre savoir-faire », résume Jérémy Sebag.

Aux yeux de plusieurs professionnels, le concept de cette franchise naissante semble, à première vue, intéressant. « Mais pour les franchisés, les premières années risquent d’être compliquées. Ils auront des frais plus importants, alors que trouver sa clientèle prend du temps », nuance cependant le dirigeant d’un cabinet de courtage. « Le dirigeant prévoit près de 13 ouvertures par an en moyenne. C’est ambitieux mais pas forcément réaliste, surtout pour un nouveau réseau. Les réseaux, tous secteurs confondus, ouvrent sept unités par an en moyenne », observe Laurent Kruch, président du cabinet d’études spécialisé en franchise Territoires & Marketing.

Les atouts de tels contrats

À travers une franchise, le franchiseur accorde à une autre société, le franchisé, le droit de commercialiser des produits ou services en contrepartie d’une compensation financière. Le tout est régi par un contrat de franchise. « Le premier peut se développer en faisant appel aux capacités d’investissement du second, tandis que le second bénéficie de la renommée, du savoir-faire, du réseau, ou des services du premier », résume Laurent Kruch, président de Territoires & Marketing, cabinet d’études spécialisé en franchises. « Ce modèle de développement implique toujours la signature d’un contrat de partenariat. Ce dernier peut se faire sous différentes formes (contrat de franchise, licence de marque, gérance-mandat, commerce associé...). Tous sont régis par la loi Doubin », explique Laurent Kruch. Selon Territoires & Marketing, l’Hexagone compte 200 000 points de vente sous enseigne, dont 31 434 dans le secteur des services à la personne et 10 242 dans le secteur banque assurance. Autant de points de vente liés à 130 réseaux différents...

Une forme d’indépendance

Jeremy Sebag affirme ne pas s’être donné d’objectifs chiffrés sur la croissance de son futur réseau de franchises qui, outre une source potentielle de revenus supplémentaires, lui procurerait une capacité de négociation plus importante avec les compagnies d’assurances. Mais si aucun contrat n’a encore été signé, le dirigeant assure qu’une quinzaine de personnes auraient d’ores et déjà manifesté leur intérêt. Parmi eux, plusieurs salariés de SPVie tentés par l’aventure entrepreneuriale.

Emploi

Ergalis

Technico commercial Santé Prévoyance F/H

Postuler

AFI ESCA

Gestionnaire Assurance Obsèque H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Courtage : SPVie mise sur la franchise

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié