Courtage : un nouvel entrant sur le marché des voitures sans permis

Courtage : un nouvel entrant sur le marché des voitures sans permis
La voiture sans permis est accessible à partir de 14 ans, au lieu de 16 ans auparavant, depuis le mois de novembre 2014.

Solly Azar rejoint ses concurrents April ou Maxance sur le marché des voitures sans permis (VSP). Une niche de clientèle qui s’étend maintenant des seniors, son marché historique, aux conducteurs en défaut de permis et aux jeunes à partir de 14 ans. 150 000 véhicules sont en circulation.

Le courtier grossiste Solly Azar se déploie sur le segment des véhicules sans permis (VSP) pour compléter sa gamme. « Nous souhaitons couvrir 100% des risques auto sur l’ensemble du spectre client », explique Emmanuel Vallée, directeur développements et projets. Le groupe, en phase de reconquête, suit un mouvement classique des courtiers désireux d’élargir leur gamme. AssurOne a ainsi investi cette niche en 2012, avec l’aide de l’assureur Arisa et d’Europ Assistance. « Le positionnement sur la voiture sans permis est intéressant en complément des risques malusés », précise Emmanuel Vallée. Mais l’intérêt ne s’arrête pas là. Le courtier est bien décidé à déstabiliser les acteurs historiques, comme Maxance ou April, pour se développer sur un marché jugé prometteur. La clientèle des voiturettes se diversifie.

Un marché innovant

A côté de la clientèle historique de la voiturette, les seniors qui apprécient la sécurité de ce véhicule dont la vitesse ne dépasse pas 45 km/h, de plus en plus de jeunes se tournent vers la voiture sans permis. En effet, depuis le mois de novembre 2014, il est possible de prendre le volant d’un tel véhicule à partir de 14 ans. Le public intéressé est une cible haut de gamme - en raison du prix d’achat d’un véhicule neuf,  proche de celui des véhicules classiques - pour lequel les constructeurs ont soigné le design. Finie la silhouette de « pot de yaourt » pour les nouveaux modèles. Sans oublier les actifs avec la cible croissante des conducteurs en défaut de permis. « Il est indispensable de proposer l’usage affaire pour ce type de véhicule », confirme Emmanuel Vallée. Les deux tiers des acheteurs de voiturettes (15 000 à 20 000 par an) sont désormais des actifs. Côté positionnement géographique, les citadins occupent une part croissance de la clientèle des voiturettes, encouragés notamment par le développement des véhicules sans permis (VSP) électriques.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 13 décembre 2019

couverture indisponible Je consulte

Emploi

Mission Handicap Assurance

Mission Handicap Assurance

Postuler

Natixis Assurances

Cadre technique Indemnisation Auto H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Courtage : un nouvel entrant sur le marché des voitures sans permis

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié