Portrait-robot du courtier d’assurance français

Portrait-robot du courtier d’assurance français
Le courtier d'assurance français a 53 ans, peu de collaborateurs et un actionnariat familial.

Conseiller et apporter les meilleures offres existantes sur le marché à ses clients : telle est la mission du courtier d’assurance. Le grossiste Solly Azar livre les principales caractéristiques de ces intermédiaires d'assurances indépendants français.

C’est sur la base des données de la CSCA (chambre syndicale des courtiers d’assurance) et du livre bleu Apredia que le courtier grossiste Solly Azar, qui travaille avec 8000 cabinets sur le terrain, a entrepris de dresser les grands traits du courtier de proximité français type.

Des cabinets encore très familiaux

Résultat : âgé en moyenne de 53 ans, le dirigeant d’un cabinet de courtage officie soit sous la forme juridique d’une SARL (société à responsabilité limitée), soit sous celle d’une SNC (société en nom collectif). Dans 66% des cas, son actionnariat est familial. L’activité est souvent décrite comme généraliste alors que 58% des courtiers travaillent sur un secteur spécifique (assurance de la personne, santé, entreprise, transport, souscription…).

 

Des petites structures souvent unipersonnelles

 

Près de 40% des cabinets de courtage ne compte qu’une à deux personnes (ndlr : chiffre 2013) et deux tiers des employées sont des femmes.

 

Disparités territoriales

 

En termes d’implantation territoriale, l’Ile-de-France prédomine.

 

 

Un positionnement clivé entre particuliers et patrons de PME

 

En 2013, les courtiers totalisent 3800 clients dont 50% de particuliers.

Emploi

KAPIA RGI

DVELOPPEURS ANGULARJS H/F

Postuler

KAPIA RGI

CHEFS DE PROJETS Vie et/ou IARD H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Portrait-robot du courtier d’assurance français

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié

05/11/2016 12h:05

Constat irréversible : depuis 1993, l'évolution du métier a terriblement évoluée.La REUSSITE passe par l'expertise technique et la maîtrise informatique.Le Courtier d'aujourd'hui ne peut plus se contenter d'être un "bon commercial":- Etre agréé par des compagnies de plus en plus sélectives.- Satisfaire aux obligations réglementaires.- Capacité à gérer les informations et les datas de son activité.CONDITIONS DE SA SURVIE

Répondre

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié