Courtiers grossistes – CSA – Enquête : Un plébiscite par le courtage de proximité

Première enquête du genre, l'institut CSA a interrogé près de 1 500 courtiers pour le compte du Syndicat 10. Les réponses tournent au plébiscite en faveur des courtiers grossistes.

81%. La proportion des répondants estimant le Syndicat 10 légitime pour défendre les intérêts du courtage de proximité au sein de la CSCA.

Les courtiers grossistes français viennent de rendre publics les résultats de l'enquête menée par l'Institut CSA pour le compte du Syndicat 10 (S10) auprès de 1 479 courtiers, qui, pour 86% d'entre eux, emploient moins de 6 salariés. « Nous voulions interroger les intermédiaires, qui sont également nos partenaires, sur l'utilité des courtiers grossistes. L'idée est ainsi de voir quelle place nous occupons au sein du courtage de proximité », lance Jean-Paul Babey, président du S10 et directeur général d'Alptis assurances.

Syndicat 10 : Vous avez dit action de lobbying ?

Mettre en avant l'utilité des courtiers grossistes auprès du courtage de proximité grâce à une enquête menée par un tiers de confiance (institut CSA) permet au Syndicat 10 (S10), entité créée en 2008, de marquer de son empreinte le paysage syndical du courtage français. Présents depuis quatre ans au niveau de la Chambre syndicale des courtiers en assurances (CSCA), les courtiers grossistes souhaitent « insuffler une nouvelle dynamique à la CSCA et l'aider à capter assez rapidement un plus grand nombre d'adhérents », explique Laurent Ouazana, secrétaire général du Syndicat 10. Pour ce dernier, les fournisseurs qu'ils représentent sont « les mieux placés pour comprendre les problématiques du petit courtage ». Et d'ajouter : « Ils sont avant tout nos partenaires. S'ils vont mal, nos affaires en souffrent aussi. » Une réelle légitimité L'enquête met indirectement en exergue qu'il y a bien un avant et un après la création de l'Association pour la promotion de l'assurance collective (Apac), initiative impulsée par les courtiers grossistes, suivie ensuite par la CSCA. Comme le partage Jean-Paul Babey, président du S10, elle montre qu'« une majorité des 1 479 courtiers répondants identifie bien les courtiers grossistes comme des intervenants légitimes pour défendre les enjeux de la profession et du courtage de proximité ». En effet, pour 70% des intermédiaires interrogés, les grossistes sont bien placés pour les accompagner face aux enjeux auxquels la profession est confrontée. 83% des répondants considèrent que la création d'un groupe de réflexion sur le secteur professionnel de l'assurance pourrait s'avérer efficace. Pour 81%, le S10 serait aussi légitime pour représenter et défendre, au sein de la CSCA, les intérêts du courtage de proximité vis-à-vis des instances européennes et des tiers. Par ses initiatives et cette enquête, le Syndicat 10 affirme ainsi souhaiter peser de plus en plus dans les instances syndicales. Une prise de position qui tombe à point nommé alors que la CSCA entame sa mue, notamment sous l'impulsion de son président, Dominique Sizes. T. B.

Force est de constater que cette enquête, au vu des résultats, est une action de lobbying réussie par les courtiers grossistes, qui sont considérés par 95% des intermédiaires interrogés comme utiles, très utiles, voire indispensables, au paysage du courtage français. D'ailleurs, 87% des courtiers de proximité ne les considèrent pas comme concurrents, mais davantage comme complémentaires aux organismes d'assurances.

Un rôle d'accompagnement

« Ils sont même 69% à estimer que nous serions très difficilement remplaçables », se félicite Laurent Ouazana, directeur général de Ciprés vie et secrétaire général du Syndicat 10. Et Sylvie Langlois, directrice générale de Solly Azar, de renchérir : « De toute manière, il nous faut trouver une complémentarité. C'est l'essence même de notre métier de nous différencier en investissant sur des niches de marché et d'être une alternative durable pour nos partenaires ».

Les grossistes perçus comme une alternative aux compagnies

Pour 71% des courtiers interrogés, les grossistes se doivent d'être compétitifs, tant dans la conception des produits que dans l'approche tarifaire. dont

  • 37% des répondants attendent que les courtiers grossistes leur proposent des tarifs compétitifs.
  • 19% des courtiers estiment que le courtage en gros est là pour concevoirdes produits innovants.
  • 15% des intermédiaires de proximité pensent que les grossistes doivent leur permettre d'accéder plus facilement à des organismes d'assurances.

    SOURCE : ENQUÊTE CSA-SYNDICAT 10

En termes d'attentes, les courtiers répondants estiment que les missions principales des grossistes résident dans le fait de leur ob-tenir des tarifs compétitifs (96%), de leur concevoir des produits innovants (93%) et de leur permettre d'accéder plus facilement à des organismes d'assurances (92%). La plupart des intermédiaires dans l'enquête (81%) sont satisfaits de la prestation de leurs fournisseurs grossistes. De plus, 73% pensent que les grossistes leur permettent d'accéder efficacement à des outils de vente en ligne. « Dans ce domaine, nous avons des efforts continus à faire. Nous devons les aider à être performants commercialement, mais aussi techniquement au niveau des nouvelles techno-logies », lance Karim Irouche, PDG d'ECA assurances.

Les grossistes veulent insuffler une nouvelle dynamique à la CSCA et l'aider à capter assez rapidement un plus grand nombre d'adhérents.

Laurent Ouazana, secrétaire général du Syndicat 10

L'enquête montre également que les intermédiaires souhaitent être accompagnés par leurs fournisseurs dans le domaine de la réglementation. En effet, ils sont 79% à attendre des grossistes des informations sur les évolutions juridiques, 78% à leur demander de les aider à gérer les réclamations ou litiges clients, et 78% à désirer un accompagnement pour répondre au mieux à leurs obligations d'information et de conseil auprès des consommateurs. « Avec Solvabilité 2 ou encore la directive intermédiation en assurance et la lutte antiblanchiment, le courtage est confronté à des virages réglementaires importants. Les courtiers grossistes se doivent d'accompagner ces changements », conclut Roger Mainguy, directeur général d'April santé prévoyance.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 28 février 2020

ÉDITION DU 28 février 2020 Je consulte

Emploi

GROUPAMA OCEAN INDIEN

Responsable du pôle courtage professionnel entreprises et collectivités H/F

Postuler

Assurances Saint Germain

Rédacteur Production Sinistres H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Courtiers grossistes – CSA – Enquête : Un plébiscite par le courtage de proximité

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié