L’assurance à l'usage en France : un bilan moyen, un potentiel énorme

L’assurance à l'usage en France : un bilan moyen, un potentiel énorme

Flashback sur l'expérience des assureurs français avec la télématique. Qu’est ce qui a changé depuis et pourquoi ça pourrait plaire aujourd’hui ?

La télématique dans l’assurance auto en France a un passé quelque peu rocambolesque que certains assureurs préfèrent oublier. Pourtant le concept est en forte croissance dans les autres marchés européens et plusieurs assureurs français préparent de nouveaux produits ou updates.

  • Pourquoi le modèle n’a-t-il pas fonctionné en France ?
  • Qu’est ce qui a changé ?
  • Pourquoi fonctionnerait-il maintenant ?

En 2016, la France avait 18 produits d’assurance télématique sur le marché. La plupart utilisaient des boîtes noires installées professionnellement. Les autres des boîtiers OBD que le conducteur devait brancher une fois la prise trouvée. Le coût de cette technologie, sa gestion, sa logistique de distribution et sa maintenance avaient radicalement transformé le métier de l’assureur ‒ et son rapport combiné. Le message était simple : on vous traque, si vous conduisez bien vous payerez moins.

Faut-il en dire plus ? 

Même si la technologie avait été fiable et les coûts divisés par 2, ça n'aurait pas fonctionné. Le modèle était entièrement axé sur le profit de l’assureur ‒ qui n’en trouva aucun. Le conducteur n'avait rien à gagner et n'était ni responsabilisé dans son risque ni engagé dans le calcul de sa prime.

Les vestiges de ce modèle sont encore visibles dans certaines parties du Royaume-Uni. Avec des volumes bien moindre qu’il y a 5 ans, une dizaine d'assureurs anglais poursuivent toujours cette méthode d’acharnement du (jeune) conducteur. Il n’y a rien à gagner, il n'y a qu'à payer et être reconnaissant que la prime coûte moins de 2000 euros.

Depuis 2012, pourtant, certains assureurs ont essayé une autre proposition de valeur. Au lieu de traquer avec une boîte noire, l’assurance est devenue une appli individuelle de service. La prime est transparente, directement basée sur la conduite qui peut être auto-administrée par le conducteur à tout moment. Bonus: plus de boîtier, il a été remplacé par les capteurs du smartphone.

La différence est énorme

Le tracking est remplacé par l’auto-sensibilisation, les conducteurs ont le contrôle sur leur score.

La technologie de capture de données est renouvelée et améliorée tous les ans par Google et Apple. L’analyse et le scoring sont non seulement transparents aux conducteurs et aux actuaires, mais ils sont désormais basés sur les données agrégées de milliards de kilomètres de conduite et de milliers d’accidents. Le score télématique est maintenant extrêmement prédictif du risque. Il est basé sur la télématique mobile qui est 10 fois moins chère et ouvre une multitude d’options de services de modèles et de points d'accès aux clients.

Les acteurs Européens virent au mobile
Évolutions des technologies centrales aux principaux programmes d’assurance à l’usage

C’est exactement ce qu’a fait HUK Coburg en Allemagne. Leur programme Telematik Plus est maintenant le plus gros succès européen dans l’assurance connectée avec 400 000 polices actives. HUK ne cible pas les jeunes conducteurs, simplement les bons conducteurs. La proposition de valeur est basée sur le prix, la prudence au volant, et son impact positif sur l'environnement. Distribué par leur réseau et en direct, le site du produit est un cas d'école en transparence, précision et honnêteté.

L’application donne au conducteur un score par trajet basé sur la détection de différents types de comportement dangereux tels que la survitesse, l’accélération ou freinage brusque ou les dépassements agressifs. Aujourd'hui il n'inclut pas la distraction au volant, bien qu’un autre avantage de la télématique mobile soit la capacité à détecter si le chauffeur téléphone ou envoie des messages au volant.

L’Italie est un marché très différent en termes d’assurance télématique. Le gros volume de boîtier en place est historiquement lié au besoin d’assister la gestion des sinistres. Pourtant, le plus gros acteur local, Unipol, vient de lancer un produit d’assurance connectée mobile. Le programme Linear Drive&Save est très simple, le conducteur télécharge l’appli, conduit pendant quelques kilomètres, puis reçoit une offre de Linear basée sur son risque individuel.

À travers ces quelques exemples, il devient clair que la télématique a certes, bien changé, mais ce sont les nouveaux modèles d’offres qui font vraiment la différence. La flexibilité amenée par ces applis télématiques pourrait vraiment transformer l’assurance auto en France. Qu’en pensent les conducteurs français ? Nous verrons cela le mois prochain, mais si vous ne voulez pas attendre, télécharger le rapport tout de suite ici.

Thomas Hallauer, Directeur de la recherche et du marketing, Cambridge Mobile Telematics
Cela fait plus de vingt ans que je travaille dans le domaine de la télématique, des véhicules connectés et de la gestion de flotte. J’ai vu passé et analysé un grand nombre de produits et de modèles dans les secteurs de l’assurance connectée, du véhicule autonome et du péage électronique. Au sein de CMT je m’occupe de la recherche de marché et de la communication.
Si vous avez des questions ou des réactions, n’hésitez pas à me contacter directement : thallauer@cmtelematics.com

Contenu proposé par CMT

Emploi

Natixis Assurances

CHARGÉ D’ÉTUDES ACTUARIELLES INVENTAIRE EPARGNE H/F

Postuler

Natixis Assurances

GESTIONNAIRE INDEMNISATION CADRE H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Contrat d'assurances statutaires

Centre de Gestion de la Fonction Publique

24 septembre

66 - Perpignan

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

L’assurance à l'usage en France : un bilan moyen, un potentiel énorme

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié