La concurrence se tend

Quelques mois après la reprise par Sham de Sofaxis, arrive sur le marché du risque statutaire un nouveau venu : le cabinet 2A2P, créé sous l'impulsion d'un ex-dirigeant de Dexia et de Sofaxis, Jean-Luc Guitard.

Au deuxième semestre 2013, Dexia cède le cabinet de courtage Sofaxis à Sham (85% du capital), à la MNT (10%) et à la MGEN (5%) pour un montant de 136M€, préférant ainsi cette solution à celles proposées par les autres repreneurs potentiels, tels le fonds d'investissement Blackfin Partners et le courtier Siaci Saint Honoré. Depuis, les spéculations vont bon train quant à l'avenir du cabinet désormais dans le giron d'un assureur. Quid notamment de son indépendance ? Sur ce point, son directeur général, Marc Jeannin, se veut très rassurant : « Il faut bien regarder le rapprochement de Sofaxis avec Sham comme une addition de valeurs et non comme une fusion. Nous intervenons sur deux champs d'activités distincts, mais très complémentaires. Les zones de chevauchement de nos business respectifs sont marginales. Nous sommes en position de leader et prêts à répondre présents face à l'arrivée de nouveaux acteurs. »

Pour autant, cette position de leader, notamment sur le segment du statutaire (lire encadré) où il se taille la part du lion avec les courtiers Gras Savoye et Yvelin, pourrait bien être mise à mal avec l'apparition d'un nouveau courtier s'invitant autour de la table des appels d'offres publics. Il s'agit du cabinet 2A2P (Assurance agents publics prévoyance), créé sous l'impulsion de Jean-Luc Guitard, ex-dirigeant de Sofaxis de 1999 à 2005. « Le marché du risque statutaire est monopolisé par Sofaxis et CNP, en particulier le segment des centres de gestion de la fonction publique territoriale. De nombreux clients nous ont sollicités pour obtenir un choix et une réelle mise en concurrence dans le respect des prescriptions du code des marchés publics. Notre approche consiste ainsi à avoir une analyse statistique qui respecte les intérêts du souscripteur et du preneur de risque », lance Jean-Luc Guitard.

Et son cabinet de courtage, à peine créé, est d'ores et déjà pris au sérieux par le leader du marché. « Voir de nouveaux concurrents arriver sur le statutaire, notamment un appuyé par un grand cabinet de courtage, est toujours une chose à prendre au sérieux. En revanche, on ne s'improvise pas courtier sur ce secteur. La notion de services est déterminante et la gestion est un élément clé des relations durables avec les collectivités clientes comme avec les assureurs », tempère Marc Jeannin, de Sofaxis.

Siaci, un partenaire de choix pour 2A2P

Deux éléments forcent l'intérêt des grands acteurs du marché pour ce nouveau venu : l'historique de son dirigeant (ex-dirigeant de Sofaxis et de Dexia) et la qualité du partenaire technique de 2A2P, qui n'est autre que Siaci Saint Honoré. Le cabinet de courtage parisien prend, au passage, près de 30% de son capital.

Jean-Luc Guitard confirme : « Dans le processus de création, j'ai interrogé plusieurs courtiers de la place parisienne. Certains d'entre eux étaient très intéressés pour nous accompagner y compris pour souscrire des parts dans notre capital. Nous avons choisi comme partenaire Siaci Saint Honoré; ce qui nous donne accès à sa plate-forme de gestion Vivinter. »

La lutte promet d'être âpre entre ce petit nouveau du courtage et les trois acteurs principaux présents sur le marché du risque statutaire, mais également sur le segment de la complémentaire santé des fonctionnaires territoriaux.

136 M€

Le montant de l'acquisition de Sofaxis finalisée dans le courant du troisième trimestre 2013 par Sham (85%), la Mutuelle nationale territoriale (10%) et la Mutuelle générale de l'Éducation nationale (5%).

30%

La part de Siaci Saint-Honoré dans le capital de 2A2P, nouveau courtier concurrent de Sofaxis sur le marché du risque statutaire et de la complémentaire santé des fonctionnaires territoriaux.

730 000

Le nombre d'assurés, agents territoriaux et hospitaliers, gérés par Sofaxis en 2012, et ce pour 1,4 million d'actes de gestion traités dans l'année.

SOURCES : SOFAXIS

Quid de l'assurance du risque statutaire

L'assurance des risques statutaires vient prendre en charge le remboursement des prestations versées par la commune en application du statut de la fonction publique territoriale. Cela peut comprendre le remboursement du capital décès versé aux ayants droit d'un agent décédé ou celui des indemnités journalières versées à un agent en arrêt de travail ou encore celui des indemnités versées en cas d'invalidité.

Marc Jeannin, directeur général de Sofaxis

« Le nombre de départs reste marginal »

Comment appréhendez-vous la nouvelle donne sur le marché de l'assurance du risque statutaire ?
Le marché du statutaire est un segment mature qui reste stable, mais connaît effectivement de nouvelles problématiques, notamment au niveau des résultats techniques. De ce fait, nous avons auprès de nos clients une démarche d'identification et de prévention de leurs risques, notamment liés à leurs pyramides des âges. Plus que le prix, la notion de services au niveau du marché du statutaire est primordiale pour gagner des affaires.

Y a-t-il eu des départs importants au sein de Sofaxis, depuis sa reprise par Sham ?
Il y a eu certes des départs, mais leur nombre reste marginal. Ils font partie de la vie normale d'une entreprise. Au contraire, depuis la reprise de Sofaxis par Sham, je suis satisfait de l'engagement des équipes de direction. J'ai ainsi été réellement heureux de voir, qu'au-delà des questions légitimes, qui peuvent parfois se poser lors d'un tel rapprochement, les cadres sont aujourd'hui moteurs du changement.

PROPOS RECUEILLIS PAR T. B.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Souscription et la gestion de contrats d'assurances.

Ville de Colombier Saugnieu

16 juin

69 - COLOMBIER SAUGNIEU

Souscription contrats d'assurance.

Ville de Mazamet

16 juin

81 - MAZAMET

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

La concurrence se tend

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié