Matthieu Caillat (Axa CS) : « Il n'y a plus de muraille de Chine entre activités »

Matthieu Caillat (Axa CS) : « Il n'y a plus de muraille de Chine entre activités »
photos : LAETITIA DUARTE Matthieu Caillat CEO France d’Axa Corporate Solution

Pour le nouveau directeur général d’Axa Corporate Solutions en France, la segmentation classique des polices d’assurance n’a plus de sens et les assureurs spécialisés en risques d’entreprises doivent recentrer leurs offres et leurs services autour des attentes de leurs clients.

Argus de l'Assurance : Vous venez de prendre vos fonctions comme CEO France d’Axa CS. Deux mois plus tard, quel est votre état d’esprit ?

Matthieu Caillat (Axa CS) : Il y a énormément à faire et je suis naturellement très heureux de prendre ce poste en plus de ma responsabilité de directeur adjoint Monde de la Souscription et de la Réassurance. Mais le plus important, c’est que les équipes sont extrêmement motivées par les challenges qui sont devant nous. Nous évoluons dans un marché difficile. On le voit bien, un certain nombre d’acteurs montrent des signes de faiblesse. On continue d’observer un phénomène de désindustrialisation en Europe et en France et cela se répercute sur l’assiette de primes disponibles. Les besoins de nos clients sont de plus en plus complexes et dans un environnement économique ­difficile, les moyens disponibles pour y faire face sont limités. Nous devons donc trouver des solutions innovantes. Les défis sont là et nous sommes prêts à les relever.

Pourquoi avoir fait le choix de séparer les activités françaises d’Axa CS ?

Nous sommes déjà un leader bien installé sur le marché français. Désormais, notre ambition est de devenir la référence dans l’ensem­ble des domaines, que ce soit la souscription, la gestion de sinistres, la prévention, et plus généralement, l’innovation dans nos produits et services. Pour cela, il nous a semblé indispensable de disposer d’une structure dédiée avec un responsable France et un comité exécu­tif France. J’ai rassemblé autour de moi une équipe entièrement dédiée à nos clients, nos courtiers, notre offre et nos services.

Vous venez de créer un nouveau poste de responsable souscription toute ligne d’activité confondue. La segmentation classique n’a plus de sens ?

Si nous voulons vraiment accompagner nos clients, nous devons avoir une vision globale. L’assurance s’est longtemps développée ­autour des lignes d’activité comme le dommage, la responsabilité civile ou l’automobile. D’un point de vue technique, c’est une grille pertinente. Du point de vue de la mutualisation des risques également. Mais pour le client, ce n’est pas une approche suffisante. Nous ­estimons que nous devons être capa­bles de comprendre le client pour l’ensemble de ses problématiques, au-delà de la segmenta­tion par ligne d’activité, et que ce soit en souscription, en gestion de sinistre, en préven­tion ainsi qu’en gestion des program­mes et des captives.

Comment se manifeste concrètement ce changement de perspective ?

C’est typiquement le genre de problème qui s’est posé pour le cyber. Les protections cyber étaient anciennement structurées autour des lignes d’activité avec des extensions dans des polices dommages et RC. Mais on s’est aperçu que le risque cyber répondait en réalité à une logique globale. D’où l’arrivée sur le marché de produits mêlant des garanties dommage et RC. Au-delà de cet exemple, nous constatons un phénomène de complexification des polices. On ne peut plus considérer qu’il y a une muraille de Chine entre chacune des lignes d’activité. Il y a de plus en plus de connexions, d’interdépendances et il est très important de développer une vision globale pour s’assurer qu’il n’y a pas de trou de garantie d’une ligne d’activité à l’autre et qu’il n’y a pas des redondances inutiles, qui créent du trouble.

Axa CS déploie une nouvelle offre intitulée Risk Pilot adressée à des entreprises de plus petite taille que votre clientèle classique. Pourquoi ?

Axa CS se concentre sur les entreprises de plus de 5 000 salariés. Sur ce segment, nous avons constaté que de plus en plus d‘entreprises ont un besoin croissant en assurance d’accompagnement. Y compris à l’étranger. Les entreprises de cinq, six, voire dix mille salariés sont aujourd’hui beaucoup plus suscep­tibles d’avoir des implantations à l’étranger. Dans ce contexte, leur besoin en assurance est plus complexe. En particulier quand on fait appel à des pays émergents dont l’attractivité réside dans leurs faibles coûts de production. C’est le cas de l’Inde ou de la Chine par exemple. Dans ces pays, l’accom­pagnement assurantiel est complexe et extrêmement réglementé. Il faut être capa­ble de bien s’aligner avec les différentes contraintes imposées par les régulateurs. Que ce soit pour la mise en place des polices, le paiement des primes comme le paiement des sinistres. Or, ces entreprises qui s’internationalisent n’ont pas forcément de structures de risk management dédiées. Et c’est pour ça que chez Axa CS, nous avons décidé de lancer une offre spécifique adressée à ce type de clientèle. L’offre Risk Pilot a été pensée pour des entreprises de taille moyenne qui ont des besoins en terme de couverture de plus en plus ­sophistiqués, et qui n’ont pas forcément les moyens, en inter­ne, pour en faire la demande et mettre en place les polices nécessaires.

Les protections cyber étaient structurées autour des lignes d’activité avec des extensions dans des polices dommages et RC. Mais on s’est aperçu que le risque cyber répondait en réalité à une logique globale.

Quelles sont les solutions que vous proposez à ces entreprises ?

Nous avons regroupé tout le savoir-faire ­acquis sur notre clientèle de grands comptes pour l’adapter à des clients de taille plus ­petite. L’offre comprend les différentes lignes de business classiques de notre partie souscription auxquelles s’ajoutent des solutions normalement réservées à la clientèle type CAC 40 comme l’Alternative Risk Transfer (ART), plus connue sous l’appellation perte pécuniaire. Ensuite, il y a tout l’aspect service qui ­comprend, notamment, un accompa­gne­ment simple et sur mesure à l’international, y compris dans l’accompagnement sinistre mondial. Enfin, en matière de prévention, notre filiale Axa Matrix a développé une ­approche qu’on appelle multi­péril, l’idée étant de fournir des analyses de risque un peu plus légères que celles effectuées pour les grands comptes, mais aussi plus diverses dans leur approche. Ainsi, en plus du dommage, nos ingénieurs vont aussi ­s’intéresser à l’environnement ou encore à la RC produit. D’ici quelques mois, nous serons même en mesure de fournir une application tablette d’autoévaluation qui permettra aux clients d’obtenir très rapidement une cartographie de leurs principales expositions.

Le Groupe Axa ne veut pas enfermer le client dans une segmentation a priori. Chaque client est unique. Chaque client a ses besoins.

Au final, au-delà de la remise en cause des grilles classiques d’assurance, la segmentation des clients se retrouve elle-même bouleversée.

Le Groupe Axa ne veut pas enfermer le client dans une segmentation a priori. Chaque client est unique. Chaque client a ses besoins. Dans cet esprit, nous avons resserré la coopération entre Axa CS et les autres entités du groupe. Il existe un certain nombre d’entités dans lesquelles nous avons des équipes communes ou qui travaillent sous une même direction. C’est le cas au Brésil où il y a un même patron pour les deux entités Axa locales : Axa Seguros et Axa CS. Nous avons aussi des responsables de souscription communs en Asie pour des risques qui relèvent plutôt des risques complexes chez Axa CS ou des risques plus standards pour l’antenne Axa implantée localement. La philosophie d’Axa est de trouver la meilleure solution pour ses clients au travers de ses différentes entités.

Avez-vous fixé des objectifs chiffrés pour votre offre Risk Pilot ?

Au niveau européen les entreprises de taille moyenne représentent actuellement 20 % du chiffre d’affaires cumulé de la clientèle Axa CS, soit près de 300 M€. Nous tablons sur une croissance de l’ordre de 125 M€ en cinq ans sur toute l’Europe. C’est ambitieux. Mais l’envie est là.

SON PARCOURS

Diplômé de l’Ensta et de L’IEP Paris, Mathieu Caillat vient d’être nommé directeur général en charge des activités d’Axa CS en France.

  • 2003 Débuts à Axa CS, en charge de la modélisation des risques.
  • 2004 Responsable du développement et de l’optimisation du portefeuille Marchés spécialisés.
  • 2007 Responsable du lancement et du développement de la branche Spatial
  • 2010 Rejoint Axa CS UK en tant que managing director.
  • 2012 Directeur général d’Axa Corporate Solutions UK et Axa Matrix Risk Consultants UK.
  • 2015 Directeur Adjoint Monde de la Souscription et de la Réassurance d’Axa CS.
  • 2017 CEO France d’Axa CS.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

Matthieu Caillat (Axa CS) : « Il n'y a plus de muraille de Chine entre activités »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié