« Nous allons désormais développer une distribution multicanale »

Attachée à son indépendance, Ampli, mutuelle dédiée aux professions libérales, entend sortir de la seule vente directe, en développant notamment un réseau d'agents et sa plateforme téléphonique.

Ampli va annoncer le transfert d'un portefeuille retraite qui en fera l'un des leaders de la retraite en points Madelin. Êtes-vous en train de franchir une étape ?

Nous avons en effet été choisis pour reprendre un fonds de retraite spécialisé dans les professions libérales. S'il est trop tôt pour en parler en détail, on peut considérer que cette étape conforte Ampli dans son positionnement. Notre mutuelle a vocation à assurer la protection sociale complète des professionnels libéraux sur tous les risques concernant les personnes : santé, prévoyance, épargne et désormais retraite.

Comment vous positionnez-vous par rapport à vos concurrents en matière de santé, d'épargne ou de retraite ?

Le fait que la mutuelle ait été créée par des praticiens libéraux de santé pour répondre aux besoins spécifiques des professions libérales et indépendantes dans les domaines juridique, technique, commercial et bien sûr de la santé, qu'elle soit gérée par des libéraux, qu'elle n'ait pas pour but de réaliser des bénéfices ni de verser de dividendes à des actionnaires, lui apporte une faculté d'adaptation face à la concurrence.

Les résultats le montrent, puisque nous couvrons plus de treize fois la marge de solvabilité et deux fois et demi nos engagements. Nous comptons 30 000 adhérents pour 45 000 personnes protégées, 312 ME de cotisations retraite et prévoyance, 60 ME d'encaissements dont 30 ME en retraite, et dégageons depuis cinq ans environ 5 ME de résultats. Cela tient notamment au caractère homogène de la population que nous assurons. La sinistralité est moindre chez les libéraux. Après la reprise du fonds de retraite, nous couvrirons encore neuf fois la marge de solvabilité.

Êtes-vous impliqués dans la vie de la Mutualité française ?

Ampli n'adhère à aucune fédération et est farouchement indépendante, par nature et par la composition de son conseil d'administration, tant sur un plan politique qu'organisationnel. Elle dispose par ailleurs de son propre outil informatique, ce qui lui permet de garder une maîtrise complète de son fonctionnement.

Pensez vous pouvoir rester seul ou envisagez-vous des rapprochements, des partenariats en santé ou en épargne ?

Ampli n'a pas besoin de rejoindre qui que ce soit, sa situation financière lui permet d'avoir une forte capacité de développement. Mais si le fait de grossir pour grossir n'a pas d'intérêt, nous ne sommes pas hostiles à des partenariats. Ainsi, alors qu'il n'y a quasiment plus d'opérateurs en responsabilité civile médicale, nous avons créé, en partenariat avec le groupe Pasteur, une structure dédiée à ce type d'assurance très particulière. Le pouce d'un chirurgien n'est assuré qu'à moins de 10 % par les autres assurances, à 100 % chez nous. Autre exemple : l'incapacité de travail, à ne pas confondre avec l'invalidité. Chez les vétérinaires, il n'y a aucune couverture pour l'incapacité de travail, ce n'est qu'après quinze mois qu'ils peuvent toucher quelque chose. Nous, nous proposons du sur-mesure adapté à chaque profession libérale.

Et en matière de vente ?

Nous développons aussi des partenariats pour la distribution de nos produits. Par exemple, le groupe Monceau distribue nos produits sur son réseau d'agents salariés et bientôt sur son réseau d'agents généraux, ou avec la Mutuelle des artisans taxis sur la santé et la garantie emprunteur. Autre type de partenariat, dans le monde médical cette fois, avec les universités ou facultés. Nous intervenons par exemple à l'École vétérinaire d'Alfort dans les cours dispensés aux étudiants sur les problématiques juridiques, fiscales, sociales, environnementales d'installation des professionnels libéraux. Nous avons également financé l'hôpital vétérinaire.

Quels sont vos axes de développement ?

Sur le plan des outils, nous nous sommes donné les moyens de réorganiser notre système informatique. Ce chantier a débuté voici deux ans et connaîtra une première étape d'achèvement en janvier prochain, puis une seconde fin 2011. Cette refonte va permettre de constituer, à partir d'une base personne unique, un outil avec un spectre fonctionnel très large qui permet de gérer non seulement les garanties santé, la prévoyance, mais aussi la retraite et l'assurance vie. Soit une vue client à 360° sur une même base. Cet investissement conditionne le développement d'Ampli. Autre axe de développement essentiel : nous ouvrir à une démarche multicanale.

En investissant dans quels nouveaux canaux de distribution ?

Ampli a la particularité d'avoir développé son activité sans aucun réseau jusqu'à présent. Nous distribuons nos produits en vente directe. Nous avons aujourd'hui cinq axes de développement pour la distribution. Poursuivre le canal historique, c'est-à-dire le publipostage. Le compléter par une plate-forme téléphonique, avec un numéro vert déjà en place qui, en appels sortants, permet une double démarche : les appels « câlins » pour faire le point sur la situation de nos adhérents et les appels d'opportunité, en se calant autant que possible sur les événements de la vie (installation professionnelle, mariage, naissance, dépendance, retraite...). Par exemple, pour la naissance d'un enfant, nous proposons de lui ouvrir un compte assurance vie en offrant 40 E, soit la moitié du montant nécessaire... Autres axes de développement, Internet et les réseaux sociaux, que nous investissons grâce à un partenariat avec Medext Group, une société qui crée et gère des réseaux sociaux type Facebook, dédiés aux professions médicales - médecins, pharmaciens, vétérinaires - soit l'essentiel de nos adhérents. Nous fournissons du contenu, à savoir des informations juridiques, fiscales, sur la protection sociale... à ces trois réseaux sociaux (cf. L'Argus du 9 juillet).

Et concernant les agents ?

Nous mettons en place depuis un an un réseau d'agents salariés. Pour l'heure, c'est encore embryonnaire et centré sur l'Île-de-France. Le développement de ce réseau se poursuivra dès l'an prochain, lorsque l'outil informatique sera opérationnel. La diversité des canaux nous permet d'élaborer certains types de produits. Ainsi, nous développons un produit multifacette qui combine garanties indemnités journalières, invalidité, décès, hospitalisation, rente de conjoint, rente éducation, etc. Un produit complexe, adapté au cadre fiscal Madelin pour les libéraux, mais très simple pour l'adhérent car il couvre l'ensemble de ses besoins professionnels et familiaux. Nous avons toujours fait du sur-mesure pour les professions libérales, c'est notre force.

Allons-nous vers des changements profonds du marché de la santé ?

Oui. Les régimes obligatoires vont se désengager de plus en plus, ne conservant que la part du gros risque. Le reste va se diriger vers des couvertures privées et individuelles. Idem pour la retraite. Avec le danger d'un système à deux vitesses.


" APRÈS LA REPRISE DU FONDS DE RETRAITE, NOUS COUVRIRONS ENCORE NEUF FOIS LA MARGE DE SOLVABILITÉ. "

" NOUS INVESTISSONS INTERNET GRÂCE À UN PARTENARIAT AVEC UNE SOCIÉTÉ QUI GÈRE DES RÉSEAUX DÉDIÉS AUX PROFESSIONS MÉDICALES. "

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 21 janvier 2022

ÉDITION DU 21 janvier 2022 Je consulte

Emploi

LA CENTRALE DE FINANCEMENT

RESPONSABLE ADJOINT MARCHE ASSURANCES H/F

Postuler

La Mutuelle Générale

RESPONSABLE D'APPLICATION WORKDAY (H/F) - CDI

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

Commentaires

« Nous allons désormais développer une distribution multicanale »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié