[DOSSIER] IFRS 17 : les défis à relever pour les assureurs d’ici [...] 9/11

Une mise en oeuvre opérationnelle de la norme comptable

La mise en oeuvre de la norme IFRS 17 n’est pas seulement une évolution comptable. Elle repose certes sur des principes comptables mais elle requiert également interprétation et jugement en lien avec les différentes options méthodologiques. Les sociétés devront s’assurer que leurs procédures et publications répondent aux exigences de la norme.

Il reste un peu plus de trois ans aux sociétés d’assurance pour implémenter la norme et être opérationnelles à compter du 1er janvier 2021 pour la production de leurs informations financières selon le nouveau référent iel comptable. Cela peut s’avérer être un véritable challenge si les travaux ne sont pas lancés dès à présent. D’autant plus qu’un exercice de transition doit être réalisé dès 2020 à des fins de comparaison avec la première publication des comptes en 2021. La mise en oeuvre de la norme nécessitera des analyses d’impacts complexes et sera souvent accompagnée d’une refonte des systèmes d’information et des outils actuariels de modélisation pour répondre à ces nouvelles exigences normatives. Définir la cible adéquate, planifier les chantiers et bien estimer le volume de travail sont les clés d’une implémentation réussie de la norme. Le schéma ci-dessous présente le macro-planning de sa mise en oeuvre (figure 13). La durée de mise en oeuvre semble longue mais la liste des chantiers à considérer est vaste (figure 14). Au-delà de l’obligation réglementaire, l’implémentation de la norme est un réel levier d’amélioration de la performance des sociétés d’assurance, permettant ainsi de réduire considérablement les risques et favorisant la mise en place de synergies entre les différentes fonctions régaliennes des organismes, finance, actuariat et risques principalement. Certains assureurs ont d’ores et déjà saisi l’opportunité de revoir intégralement leur système d’information en implémentant une plateforme centralisée de données alimentant toutes ces fonctions. Cette unique source de données leur permettra de réduire les travaux fastidieux de réconciliations entre de multiples sources de données, d’améliorer les estimations ou prévisions, de gagner en efficacité par l’automatisation des processus tout en fluidifiant la traçabilité de l’information.


Industrialisation des processus

Un assureur européen est aujourd’hui soumis à de fortes contraintes règlementaires et consacre une part importante de ses budgets de développement à l’amélioration de ses processus règlementaires et à la tenue des délais. Des investissements importants ont été réalisés par tous les acteurs dans le cadre de Solvabilité 2 en priorisant leur effort d’abord sur leur moteur de calculs puis ensuite sur leurs outils amont et aval. Le sujet de la qualité des données a également été adressé en réponse aux exigences de la norme avec une modification de la gouvernance et l’apparition d’outils de mesure de la qualité des données. Il est toutefois rare d’observer sur le marché une solution couvrant l’exhaustivité du processus et le suivi des données sur l’ensemble de la chaine de production des chiffres, les outils étant d’avantages positionnés aux moments clés des besoins de production. Les processus « risk » ne sont pas aujourd’hui automatisés et très peu sécurisés. Il existe trop souvent des ruptures dans la chaine de traitement des données mettant à rude épreuve les ressources et les directions contributrices. Ces processus sont composés d’une multitude d’outils, dans certains cas assimilables à de la bureautique, avec des interfaces limitées entre eux. Il s’avère que trop souvent les ressources chargées de la production assurent les tâches d’interfaçage et de réconciliation des données manuellement. Le volume de traitement généré par ces processus, la charge de travail associée et donc le coût de production global se sont fortement accrus, faisant porter un risque humain. L’inflation normative implique que les opérateurs peuvent être davantage occupés à la production des indicateurs plutôt qu’à leur interprétation. La charge budgétaire induite devient parfois difficilement supportable du fait des investissements à opérer sur les outils et des coûts de production des livrables nécessaires pour respecter la réglementation.

Abonnés

Base des organismes d'assurance

Retrouvez les informations complètes, les risques couverts et les dirigeants de plus de 850 organismes d'assurance

Je consulte la base

Le Magazine

ÉDITION DU 20 mai 2022

ÉDITION DU 20 mai 2022 Je consulte

Emploi

CABINET SCHÜLLER & SCHÜLLER

MANDATAIRES D’INTERMÉDIAIRES EN ASSURANCE H/F

Postuler

CARCO

RESPONSABLE AUDIT INTERNE H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

DESIGNATION D'UN COMMISSAIRE AUX COMPTES POUR LES EXERCICES 2022 A 2027 INCLUS.

Comité Régional du Tourisme - Ile de la Réunion Tourisme

17 mai

974 - ST PAUL

SERVICES D'ASSURANCES.

Ville de Baie Mahault

17 mai

971 - BAIE MAHAULT

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Une mise en oeuvre opérationnelle de la norme comptable

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié