La Mutuelle centrale des finances, bonne élève du 100% Santé

La Mutuelle centrale des finances, bonne élève du 100% Santé
Des dispositions du RAC 0, comme le plafonnement du tarif de certaines prothèses dentaires, s’appliquent déjà.

Mise en cause lors des récentes tensions entre le gouvernement et les organismes complémentaires, la Mutuelle centrale des Finances a devancé la mise en place du reste à charge zéro.

A titre personnel, Jean-Louis Bancel, président de la Mutuelle centrale des Finances (MCF) a été « un peu marri » de la situation vécue par la mutuel­le. Rappel des faits : à mi-décembre, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, accuse les mutuelles de « sabotage politique » de la réforme du RAC 0 ou 100 % Santé pour l’optique et les prothèses dentaires et auditives. Selon elle, certains organismes en profi­te­raient pour augmenter leurs tarifs dès 2019. Or cette réforme, qui risque d’être coûteu­se, n’entre en vigueur qu’en 2020.

Un courrier indésirable

Mme Buzyn affirme alors que des assurés auraient reçu, avec leur appel de cotisations pour 2019, un courrier leur expliquant que cette réforme du RAC 0 allait se traduire par des hausses tarifaires. Aucun organisme mutualiste n’est nommément mis en cause. Mais, rapidement, un nom circule, celui de la Mutuelle centrale des Finances, réputée être la mutuelle de la haute fonction publique, énarques et autres inspecteurs des Finances… La rumeur veut même que certains hauts fonctionnaires aient voulu régler des comptes avec l’un des leurs, devenu président de la République

« Regardez ma lettre, les bras m’en tombent ! », s’exclame Jean-Louis Bancel. La missive du président de la mutuelle évoque le vote en assemblée générale d’un « ajustement limité des cotisations en santé pour 2019. Calibrée au plus strict indispensable, l’augmentation des cotisations est de 2 % pour MCF Santé et MCF Santé Plus et de 1 % pour MCF Prévention », peut-on lire. Plus loin, elle explique que la MCF organise dès 2019 le RAC 0 « en remboursant la totalité de vos dépenses de prothèses dentaires qui répondent aux critères énoncés dans le panier de soins défini par la Sécurité sociale ». La mutuelle propose aussi aux adhérents de MCF Santé « une prise en charge totale des audioprothèses dans la limite des plafonds de facturation définis par les pouvoirs publics et dans les conditions du panier de soins de la Sécurité sociale ».

La MCF en chiffres (1)

  • 13 M€ de cotisations
  • 11 M€ de prestations versées
  • 3,5 M€ d’excédents de gestion
  • 17 000 personnes protégées
  • 28,8 M€ de fonds propres
  • 573 % de ratio de solvabilité
    1. Données 2017. Source : MCF

Ouverte à tous

Pas vraiment un sabotage politique... Mais, en décembre 2018, les relations entre les Ocam et les pouvoirs publics s’étaient dégradées, et le gouvernement répétait que les Ocam pouvaient absorber le RAC 0 sans augmentation. La tension n’était retombée que peu avant Noël lorsque, deux jours après une réunion au sommet inédite à l’Élysée, entre Emmanuel Macron et des dirigeants de l’assurance complémentaire santé, ces derniers s’étaient engagés à des efforts tarifaires ainsi qu’à mieux maîtriser leurs frais de gestion. Après cette rencontre avec le président de la République, la FNMF était même allée plus loin que les autres fédérations, proposant d’avancer la mise en place du RAC 0. Ce qu’avait déjà décidé la MCF lors de sa précédente assemblée générale… « Nous avons décidé d’appliquer le RAC 0 dès le 1er avril sur la partie applicable », explique Jean-Louis Bancel.

Le 1er avril est la date à laquelle le plafonnement du tarif de certaines prothèses dentaires se met en place. Et pour l’audioprothèse, les tarifs des aides auditives sont plafonnés depuis le 1er  janvier, tandis que la base de remboursement de la Sécu augmente. « Le dispositif existe donc déjà en partie, mais les mutuelles n’ont pas d’obligation de prendre en charge le différentiel et c’est là où nous avons une démarche originale », souligne Jean-Louis Bancel. Quant à la hausse des cotisations de la MCF, son président rappelle qu’il s’agit de « la contrepartie des améliorations de prestations dans d’autres domaines ».

Modération tarifaire

Et le dirigeant mutualiste de préciser : « Cela fait cinq ans que nous sommes rentrés dans des phases de modération tarifaire et d’amélioration significative des garanties. » La mutuelle a aussi introduit, en 2018, une offre pour les moins de 35 ans, proposant l’intégralité des prestations à un tarif réduit de 50 %. « Nous avons aussi un tarif spécial à 15 €/mois pour les élèves des écoles administratives », précise Sylvette Laplanche, directrice générale de la MCF.

« Le mutualisme, c’est aussi de s’occuper des jeunes. L’âge moyen de nos adhérents est de 53 ans, et il nous est apparu logique de créer un mécanisme de solidarité intergénérationnelle en acceptant de baisser les prix », poursuit Jean-Louis Bancel, souhaitant tordre le cou à une idée reçue : la MCF n’est pas que la mutuelle des énarques et des fonctionnaires de catégories A, voire A+. Elle protège aussi des fonctionnaires de catégories B et C. Et beaucoup de jeunes fonctionnaires de catégorie A gagnent de l’ordre de 1 800 à 2 000 € nets/mois avec les primes.

Indépendance

C’est d’ailleurs au nom de cette solidarité que la MCF s’est refusé à rentrer dans la procédure de référencement d’opérateurs pour la protection sociale complémentaire des agents publics organisée par les ministères. « Si nous étions rentrés dans le dispositif, nous n’aurions pas eu ces marges de manœuvre car les mécanismes de solidarité intergénérationnelle y sont beaucoup trop rigides », note son président. Et pas question non plus de rentrer dans le bal des rapprochements qui ne cesse d’animer le monde des organismes non-lucratifs, comme le justifie Jean-Louis Bancel : « Jusqu’à présent, je n’ai pas compris où pourrait nous amener la logique du big is beautiful, qui ne nous apparaît pas comme une fin en soi. »

RAC 0 chez Harmonie Mutuelle en juillet

La MCF n’est pas la seule mutuelle à devancer l’appel : Harmonie Mutuelle a annoncé en faire autant à partir du 1er juillet. « Protéger 4,6 millions de personnes nous donne une responsabilité particulière, celle de lutter contre les inégalités d’accès aux soins », déclare Stéphane Junique, président d’Harmonie. Les adhérents qui fréquenteront les réseaux conventionnés pourront choisir parmi une gamme d’équipements dont le reste à charge sera nul ou maîtrisé. « Dans le cas où un RAC subsiste, […] il sera compensé par le versement automatique d’une prestation complémentaire », précise Stéphane Junique. En collective, les adhérents pourront solliciter le fonds d’action sociale de la mutuelle en cas de RAC pénalisant : « 75 % des demandes à notre fonds d’action sociale portent sur des renoncements aux soins en optique, dentaire et audioprothèse ».

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 23 octobre 2020

ÉDITION DU 23 octobre 2020 Je consulte

Emploi

CEGEMA

Chargé de relation client Emprunteur H/F.

Postuler

Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS)

Expert Engins de chantier (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations de services d'assurances 2021/2024.

Ville de St-Nabord

25 octobre

88 - ST NABORD

Assurance Prévoyance Statutaire.

Ville de Panazol

25 octobre

87 - PANAZOL

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

La Mutuelle centrale des finances, bonne élève du 100% Santé

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié