Le référé-suspension : un « permis blanc » pour conduire (tribune)

Ce sont aujourd’hui près de 100 000 permis de conduire qui sont invalidés chaque année pour solde de point nul et le double de décisions préfectorales qui sont prises prononçant la suspension provisoire de l’autorisation de conduite. Face à ces décisions administratives punitives et restrictives de droit, prononcées sans l’intervention préalable du juge judiciaire, pourtant gardien des [...]

Connectez-vous pour lire la suite

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné à Jurisprudence Automobile ?

Je me connecte

Abonnez-vous

Vous n'êtes pas encore abonné ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Nos formules d'abonnements
Je m'abonne

Emploi

Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS)

Expert Engins de chantier (H/F)

Postuler

CEGEMA

Chargé de relation client Emprunteur H/F.

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

PRESTATION D'ASSURANCE PREVOYANCE.

Grand Port Maritime de la Réunion

22 octobre

974 - LE PORT

Assurance automobile et risques annexes.

Conseil Départemental du Val d'Oise

22 octobre

95 - CONSEIL DEPARTEMENTAL

MARCHE D'ASSURANCES POUR LA COMMUNE DE GOUSSAINVILLE.

Ville de Goussainville

22 octobre

95 - GOUSSAINVILLE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Le référé-suspension : un « permis blanc » pour conduire (tribune)

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié