[DOSSIER] Cahier pratique : l’assurance en perspectives, six [...] 5/7

Le business model des assureurs santé à l'heure de la prévention

Le business model des assureurs santé à l'heure de la prévention
Actuaire IA, associée, responsable du pôle Prévoyance Santé, Actuaris

Le présent et l’avenir de l’assurance complémentaire santé se coécrivent avec la prévention. À un point tel que ce nouveau champ d’investissement a le potentiel pour remettre en question l’approche stratégique des acteurs présents sur ce secteur.

Par Céline Blattner, actuaire IA, associée, responsable du pôle Prévoyance Santé, Actuaris

En 2016, la prévention est le sujet phare des assureurs santé, qui orientent tous leurs nouveaux programmes de prévention, fondés sur l’innovation. Toutefois, la question du modèle économique de la préven­tion n’a pas encore été résolue sous la réglementation actuelle, limitant souvent la portée des programmes qui se circons­crivent à : des sites Internet, des bonnes pratiques, des conférences, au remboursement de quelques actes de prévention ou encore à du coaching. Dans ces conditions, il est aujourd’hui hasardeux pour un assureur de s’engager dans une démarche coûteuse de mise à disposition d’un programme de prévention, avec le risque que l’assuré change d’assureur avant que ce dernier n’ait pu bénéficier d’un quelconque « retour sur investissement ».

À terme, l’assureur pourra-t-il se légitimer comme acteur de prévention à part entière, avec un transfert d’une part de la prime qui sert actuellement à couvrir les remboursements santé vers la prise en charge d’un vrai pro­gram­me de prévention ? La question reste entière.

Les limites de l’approche curative

Le système de soins de santé français est fondé sur la prise en charge curative des pathologies. Depuis une dizaine d’années, les experts dénoncent les limites de cette approche curative dans un contexte de vieillissement régulier de la population française et d’augmentation inéluctable du coût des affections de longues durées (ALD). Et plusieurs indica­teurs, tels que l’espérance de vie sans incapacité, inférieure en France à la moyenne européenne, traduisent la faiblesse des dispositifs de prévention.

Prévenir : un enjeu de santé publi­que. La prévention s’avère ainsi un enjeu crucial de santé pour la société dans son ensem­ble. De nombreuses études scientifiques sont publiées partout dans le monde pour démontrer la forte corrélation entre le mode de vie et l’état de santé, que ce soit sur les aspects de la nutrition, de l’activité physique, du sommeil… Citons une étude connue, 30 minutes de marche d’affilée par jour permettent de diminuer de 50 % les maladies cardiovasculaires et de 50 % le risque de fracture du col du fémur chez la femme.

Pour autant, les assureurs n’ont pas un objectif de santé publique en tant que tel… Mais ils peuvent y contribuer et ainsi bénéficier des effets positifs induits dans le cadre de la gestion du risque : réduction des prestations, fidélisation des assurés, etc.

La question de la place et du rôle à venir des assureurs sur le marché de la prévention devient donc incontournable. Or, le contexte actuel est propice à l’ambition des assureurs de se transformer en acteurs de préven­tion :

- les employeurs ont une sensibilité plus forte sur le thème du bien-être en entreprise, avec la conviction que des salariés en meilleure santé sont des salariés plus productifs. Ils observent en parallèle une augmentation inquié­tante de l’absentéisme, couplée à un renforcement de leur responsabilité sur la bonne santé des salariés ;

- face à l’augmentation du niveau des primes en prévoyance et santé qui commence à atteindre la limite du budget disponible des assurés, les assureurs – et les employeurs en assurance collective – ont un intérêt convergent à limiter le risque ;

- les nouvelles technologies, que ce soit en termes d’objets connectés ou de datascience, ouvrent un réel potentiel d’application très grand dans le domaine de la préven­tion.

Avoir une stratégie intégrée

Fort de ces constats, comment alors concilier l’horizon nécessairement long de la prévention avec des contrats prévoyance santé annuels ?

L’assureur est-il légitime pour proposer des programmes de prévention, dont les effets attendus sont par construction incertains et lointains ? Ne devrait-il pas les coupler à des risques longs ou cibler des actions à effet plus rapide ? Devrait-il fournir une prestation de service payante en complément de son offre traditionnelle ?

À ces questions, les assureurs n’ont pas la réponse aujourd’hui, d’où l’importance d’une réfle­xion stratégique globale sur le positionnement de la prévention au sein de l’offre d’assurance et de services de l’assureur. Deux options principales méritent d’être étudiées :

- si la prévention est vue par l’assu­reur comme un moyen de communiquer sur l’image positi­ve de l’assurance santé, des programmes de prévention génériques tels que ceux présentés sur les sites internet des assureurs sont certainement pertinents ;

- si la prévention est vue par l’assureur comme un relai de croissance à son offre assurantielle, dans le cadre d’une stratégie de services affirmée, il s’agit un nouveau métier à construire, dont le modèle écono­mique n’existe pas encore.

« La prévention, oui mais plus tard ! »

L’un des enjeux essentiel pour l’assureur doit être de repenser ses programmes pour favoriser l’adhésion des assurés dans la durée et ainsi améliorer leur effica­cité. En effet, parmi les program­mes existants basés sur le volontariat, les assureurs constatent souvent une faible adhésion, couplée à un maintien dans le programme également limité. Qui plus est, ceux qui adhè­rent sont souvent ceux qui ont déjà un comportement sain, et donc ceux qui ont le moins besoin d’un programme de prévention de la part de leur assureur ! Dans ce cadre, la péren­nisation d’un marché de la prévention passe par le dévelop­pement de programmes qui répondent à la demande des assurés et qui sont évalués pour justifier l’investissement réalisé.

Emploi

AFI ESCA

Commercial grands comptes H/F

Postuler

Collecteam

Responsable Technique Contrats Santé et Prévoyance H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

FRAIS DE SANTE PERSONNEL DE MONTPELLIER BUSINESS SCHOOL.

Betem Languedoc Roussillon

23 janvier

34 - MONTPELLIER

Marché d'assurances.

Atlantique Habitations

23 janvier

44 - ATLANTIQUE HABITATIONS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Le business model des assureurs santé à l'heure de la prévention

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié