VICE CACHE – Preuve de l’existence.

Le moyen ne tend qu’à remettre en cause l’appréciation souveraine du juge du fond quant à l’existence du vice caché au jour de la vente, que le jugement caractérise, en considération du devis de travaux, comme affectant la direction du véhicule, en relevant spécialement, en outre, le « type » et l’importance des réparations nécessaires, ce qui exclut implicitement que ce [...]

Connectez-vous pour lire la suite

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné à Jurisprudence Automobile ?

Je me connecte

Abonnez-vous

Vous n'êtes pas encore abonné ?

Découvrez nos formules et accédez aux articles en illimité

Nos formules d'abonnements
Je m'abonne

Emploi

SOLUSEARCH.

Animateur Commercial PME H/F

Postuler

CEGEMA

Chargé(e) Relation Client Prévoyance H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

VICE CACHE – Preuve de l’existence.

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié