MarkLogic propose un référentiel contrat « nouvelle génération » pour une vision à 360°du risque

MarkLogic propose un référentiel contrat « nouvelle génération » pour une vision à 360°du risque

Au-delà de l’aspect technique et actuariel, avoir une vision globale des risques impacte toutes les sphères  de l’entreprise. Explications avec Fréderic Valluet, Directeur des Solutions et Jérôme Designe, Responsable du marché Assurances de MarkLogic.

Pourquoi les assureurs ont-ils du mal à avoir une vision à 360° des contrats ?

Tout simplement parce que l’agrégation des données, nécessaire pour obtenir cette vision globale, est le plus souvent faite manuellement sur des tableurs… quand elle est faite. Or la présence de nombreux silos dans l’entreprise freine le processus de consolidation. Nous avons récemment travaillé avec une institution de prévoyance qui souhaitait agréger l’ensemble de ses bases de données structurées, en élargissant la démarche aux données non structurées (mail, verbatim, conversations sur les forums ou les réseaux sociaux…). Les solutions traditionnelles qu’elle avait trouvées sur le marché ne lui avaient pas permis de dépasser sa problématique de silos, elle était donc ouverte à une approche nouvelle.

Quels sont les atouts du référentiel contrat tel que vous le proposez ?

Tout d’abord, il permet de disposer d’une vision consolidée du risque, information fort utile pour un souscripteur. Si l’on prend l’exemple de l’assurance collective, chaque salarié représente potentiellement un risque, mais en agrégeant les branches santé, prévoyance et retraite, la vision à 360° est beaucoup plus pertinente et permet de dessiner le contour global du risque. On voit très facilement les bénéfices que cela peut offrir en termes d’analyse de risque, mais également de provisionnement, de tarification et même d’actions commerciales. Il sera par exemple possible de mener des actions spécifiques pour un « bon risque » qui n’est pas bien vendu, ou au contraire de limiter les souscriptions pour un « mauvais risque ». Au-delà de l’aspect technique et actuariel, on voit bien qu’une bonne connaissance des risques a un impact sur toutes les sphères de l’entreprise.

Qu’apporte votre solution en matière d’optimisation du travail de gestion ?

Souvent quand on évoque le terme de vision à 360°, les assureurs pensent au front office. Pour nous, il s’agit également de prendre en compte la gestion des données au niveau du back office : l’un ne va pas sans l’autre pour construire une vue d’ensemble des contrats. En appréhendant de façon transverse les mêmes concepts, notre outil permet aux gestionnaires de s’exonérer des difficultés liées à la manipulation de différents systèmes informatiques, propres à chaque entreprise. Ainsi, quand ils ont besoin de consulter les détails d’un contrat collectif, ils n’ont plus cinq écrans à ouvrir pour accéder aux informations telles que : Quelles sont les couvertures de cette entreprise ? Quels sont ses sinistres récents ? Autant de questions simples conceptuellement, mais qui dans la réalité sont parfois difficiles à élucider pour les gestionnaires…

On devine également des bénéfices sur le plan de la compliance, est-ce le cas ?

Indubitablement, toute entreprise a besoin d’une vision consolidée de ces contrats et de ces risques pour justifier auprès du régulateur ses choix en matière d’exposition, de calculs de provisions et d’agrégations. Dans le cadre de Solva 2 et bientôt avec Solva 3, les demandes des autorités de contrôle vont se faire plus circonstanciées et plus régulières. Or bien souvent, les assureurs ont du mal à répondre aux questions qui leur sont posées, tout simplement parce qu’ils n’ont pas la traçabilité et l’origine des informations. Ne pas pouvoir fournir l’ensemble des données qui ont servi à un calcul ou expliquer pourquoi le montant total ne correspond pas à la somme des montants individuels sont malheureusement des cas fréquents en entreprise.

Et quels sont les avantages avec la DDA qui se profile ?

On peut dresser le même constat dans le cadre de la Directive sur la distribution d’assurance (DDA) qui entrera en vigueur le 23 février 2018. Le devoir de conseil exige une capacité à adapter son offre en fonction de l’évolution de la situation : le conseil doit être pertinent dans le contexte global du client, et pas uniquement pour répondre à son besoin à un instant t. Sans parler de la nécessaire transparence qui sera exigée autour des frais de gestion et de commissionnement des courtiers. Consolider et harmoniser l’ensemble de ses données est la solution proposée par MarkLogic pour gagner à la fois en traçabilité et en efficacité. Un seul projet nous suffit pour adresser l’ensemble des sujets en même temps (risque, commercial, gestion, compliance…), avec une mise en production en quelques mois. Cette agilité fait clairement notre différence.

Ce contenu vous est proposé par Marklogic

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances tous risques expositions

FRAC Provence Alpes Côte d'Azur Fond Régional d'Art Contemporain

21 octobre

13 - FRAC PACA

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

MarkLogic propose un référentiel contrat « nouvelle génération » pour une vision à 360°du risque

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié