Affaire Scor : Covéa renouvelle sa confiance à Thierry Derez

Affaire Scor : Covéa renouvelle sa confiance à Thierry Derez
Laetitia Duarte

Le conseil d’administration de Covéa s’est réuni, après que le groupe mutualiste et son PDG aient été assignés en justice par Scor. Il « rejette les accusations infondées » du réassureur.

 

Le bras de fer entre Scor et Covéa se poursuit, sur le terrain judiciaire cette fois. A la surprise générale mardi 29 janvier, Covéa a annoncé à la presse renoncer à son projet d’OPA sur le réassureur. Ce dernier poursuit le PDG de Covéa Thierry Derez en justice, l’accusant d’avoir détourné et mis à profit des documents et informations confidentiels, reçus en sa qualité d’administrateur à titre individuel de Scor, pour favoriser les chances de succès de la prise de contrôle de Scor par Covéa. Un projet, révèlent certains éléments versés au dossier, qui aurait été préparé dès avril 2018 par Thierry Derez sous le nom de code « Abbaye ». (Lire notre récit complet ici sur les coulisses de cette affaire)

« Instrumentalisation de la justice »

Egalement visé par une action au pénal pour « recel d’abus de confiance », Covéa a réuni ses administrateurs le lendemain de ces révélations. « Le conseil d’administration de Covéa rejette fermement l’ensemble des accusations infondées proférées par SCOR et réaffirme son soutien unanime à Thierry DEREZ et à son action », a déclaré le groupe dans un communiqué mercredi soir. Et d’ajouter  que : « Covéa fera valoir tous ses droits pour la défense de ses intérêts face à la grave atteinte réputationnelle résultant des mises en causes inacceptables de SCOR, s’inscrivant dans une volonté manifeste d’instrumentalisation de la justice ».

Covéa, qui détient 8,17% du capital de Scor, va plus loin en pointant la responsabilité du réassureur vis-à-vis de ses actionnaires. « Les actions médiatiques et maintenant judiciaires engagées par SCOR à l’encontre de Covéa, en seule réponse à une proposition amicale d’engager des discussions en relation avec un projet de rapprochement visant à constituer un groupe d’assurance d’ancrage français d’envergure mondiale, interrogent sur la défense de l’intérêt social de SCOR et de l’intérêt de ses actionnaires ». Et dénonce, une nouvelle fois, une gouvernance non respectueuse des actionnaires et des investisseurs. « Les manoeuvres et procédures engagées par SCOR, d’une agressivité inédite, portent une atteinte grave à l’image de la place de Paris, tant pour les actionnaires significatifs participant aux organes de gouvernance, qu’aux investisseurs qui ont été privés de la possibilité d’une proposition de valeur attractive dans le cadre d’un projet amical ».

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 08 novembre 2019

ÉDITION DU 08 novembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Analyste Fonctionnel en Assurance Vie (H/F)

Postuler

KAPIA RGI

Développeur Angular JS (F/H)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Souscription et gestion des contrats d'assurances de Quevilly Habitat

Quevilly Habitat

13 novembre

76 - Le Grand-Quevilly

Assurances de la Communauté de Communes du Pays des Sources 2020-2023..

Communauté de communes Pays des Sources la Château

13 novembre

60 - RESSONS SUR MATZ

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Affaire Scor : Covéa renouvelle sa confiance à Thierry Derez

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié