Assurance chats et chiens : vers des réseaux de vétérinaires pour les animaux ? (Tribune)

Assurance chats et chiens : vers des réseaux de vétérinaires pour les animaux ? (Tribune)
Pexels / Pixabay

Le marché de l'assurance santé pour les animaux, essentiellement tourné pour l'heure vers les chats et les chiens, connaît un essor tardif mais fort en France ces dernières années. Mais, peu mature encore, il ne connaît pas de logique de réseaux, comme peut l'être celui de l'assurance complémentaire santé et ses réseaux de soins... Une perspective que détaille dans cette tribune Camille Jacquier, consultante au sein du cabinet Julhiet Sterwen.

Surfant sur une demande en pleine croissance, les compagnies d’assurances et mutuelles proposent désormais divers produits d’assurance santé animale. Ce marché, encore jeune, n’est pas concerné par les dispositifs de réseaux agréés, pourtant très développés avec d’autres professionnels comme les artisans, les garagistes ou les spécialistes de la santé humaine. Quel pourrait être l’intérêt de créer, de la même manière, un nouveau réseau agréé, pour les vétérinaires ?

Un avantage pour les vétérinaires comme pour les assureurs

Un vétérinaire développant un partenariat avec un assureur bénéficierait d’un apport de clientèle plus large pour laquelle l’accessibilité servirait la qualité des soins apportés. Le risque d’impayés et les facilités de paiement proposés actuellement seraient limités. Néanmoins, cela s’accompagnerait probablement d’une pression sur les tarifs et d’une augmentation de la charge administrative inhérents aux flux à gérer avec l’assureur. Le Docteur Serrurier, vétérinaire à Paris, nous confirme d’ailleurs que « l’idée est intéressante, mais l’impact sur la rentabilité reste à étudier, le coût de la main d’œuvre étant élevée avec des marges déjà serrées ».

Pour les assureurs, la mise en place d’un réseau de vétérinaires agréés permettrait, en plus d’une meilleure maîtrise des coûts, d’attirer de nouveaux assurés, ce réseau apportant une garantie de qualité des prestations. Parallèlement, une remise en cause de la qualité de ces prestations pourrait altérer l’image de marque de l’assureur.

Au-delà de l’analyse des opportunités, le principal enjeu réside dans la mise en place de ce réseau de soins ainsi que sa promotion. À l’étranger, notamment en Angleterre, environ 35% de la population animale (versus 6% en France) est couverte par une assurance santé alors que peu de réseaux existent. Il s’agit plutôt de partenariats noués avec des cliniques vétérinaires mettant en avant une meilleure qualité de service, à prix plus compétitif.

Avec des perspectives intéressantes

Le marché de l’assurance santé animale est en pleine essor, par conséquent ce type de produit va se populariser.

Les taux de sinistres constatés sont encore bas, avec en moyenne un sinistre par an par chat et moins de deux par chien. La mise en place de réseaux est une façon d’anticiper cette progression et doit être pensée en fonction de la sinistralité, mais également de la segmentation du marché. Il s’agit d’identifier les principaux facteurs de sinistralité (type de pathologie, fréquence, etc.) et les zones géographiques les plus pertinentes.

En assurance santé humaine, la charge technique est mieux maîtrisée depuis les années 2000 pour les soins dentaires et optiques, suite à la mise en place de partenariats nationaux ou régionaux sur ces deux typologies de soin.

La Direction Technique de l’assureur, en plus de la sinistralité, analyse les éventuelles disparités de coûts, les risques de fraude et la qualité de service potentiellement disparate entre vétérinaires. Une pathologie propre à une zone géographique peut également justifier des accords avec des acteurs locaux spécialisés. Des possibilités intéressantes s’offrent donc pour la création d’un réseau spécifique.

Les perspectives restent largement ouvertes pour la création d’un réseau de vétérinaires agréés. C’est par une co-construction, en respectant les attentes de tous les acteurs concernés, que l’idée pourra se concrétiser. Narimane Makhloufi, Directrice des Achats Assurantiels et des Prestataires Extérieurs chez AXA France en est convaincue : « les critères de réussite pour la mise en place d’un réseau sont une équation win-win-win entre le client, le réseau et l’assureur ».

La première étape ? Une analyse de la consommation de cette assurance. Celle-ci permettra de bâtir un réseau réactif et pertinent, proposant de la valeur avec par exemple, davantage de prévention, des avances de frais et un accompagnement par des vétérinaires spécialisés.

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations de services d'assurances.

Hôpital local de Soultz

25 août

68 - SOULTZ

Prestations d'assistance liée à la gestion des droits de TVA déductible.

Centre Hospitalier de Béziers

25 août

34 - BEZIERS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Assurance chats et chiens : vers des réseaux de vétérinaires pour les animaux ? (Tribune)

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié