Assurance et paritarisme : la disparition d’un homme engagé

Assurance et paritarisme : la disparition d’un homme engagé
Michel-André Philippe s'est engagé pendant plus de 40 ans dans le secteur de l'assurance et de la protection sociale paritaire

Michel-André Philippe est décédé à l’âge de 77 ans. Après une carrière au sein de l’UAP et d’AXA, cette personnalité aux engagements très éclectiques s’était fortement investie dans le monde paritaire.

 

Michel-André Philippe s’est éteint le 11 août dernier des suites d’un cancer. Une disparition qui ne manquera pas de toucher tous ceux qui ont croisé cet homme au parcours singulier dans le monde de l’assurance et de la prévoyance. Il se rêvait pourtant  avocat, mais comme souvent le destin en décidera autrement, avec la rencontre d’un représentant de La Séquanaise, en recherche de commerciaux.

L'école du terrain

Les dés sont jetés et le jeune homme s’investit fortement au sein de cette compagnie d’assurance de l’Est de la France. « Il y a quelque chose de fascinant chez les autodidactes. Après des années d’études souvent négligées  il y a toujours un moment où une boulimie de travail s’empare d’eux. Comme un acharnement à réussir, en toute indépendance », expliquait celui qui aura appris lors de ces années de vente sur le terrain en Bourgogne, «le comportement des gens, l’humilité, et surtout la nécessité de s’adapter».

Michel-André Philippe enchaîne les postes, gravit les échelons avec en toile de fond les grandes restructurations de l’assurance française. La Séquanaise fusionne avec deux autres compagnies pour donner naissance à la fin des années 60 à l’Union des assurances de Paris. L’UAP qui sera rachetée trente ans plus tard par le nouveau groupe AXA. A la fin des années 90, Mape, comme il signait ses e-mails, occupe les fonctions de directeur régional AXA Conseil à Lille.

Un beau parcours au cours duquel il a rencontré dirigeants et futurs dirigeants de l’assurance. C’est ainsi qu’à l’hiver 1993, il accueille en stage un jeune actuaire qui vient d’intégrer l’UAP et qui entend mieux appréhender la démarche commerciale. Ils resteront proches pendant 30 ans. Aujourd’hui, pdg de Generali, Jean-Laurent Granier se montre très affecté par sa disparition. « C’est un homme qui avait un très grand sens des rapports humains et un véritable senior dans son métier. Il maitrisait parfaitement tous les aspects de l’assurance de personnes. »

Tournant vers le paritarisme

A près de 55 ans, cet « éclectique de la solidarité » selon ses propres mots fait le choix de s’engager dans le monde de la protection sociale paritaire. Représentant Medef au sein du collège employeur, Michel-André Philippe va présider le groupe Vauban Humanis et le GNP - le Groupement national de prévoyance aujourd’hui disparu regroupe alors sept institutions de prévoyance. « J’y ai appris la gestion paritaire, où tout est négocié. C’est très instructif, très constructif, mais cela doit surtout être très créatif pour que l’équilibre des décisions soit une réalité applicable», expliquait Michel-André Philippe qui sera également administrateur du Ctip (Centre technique des institutions de prévoyance) et du régime de retraite complémentaire Arrco ainsi que président du comité d’experts au sein de la Fondation d’Entreprise Ocirp dédiée aux Orphelins !

Emploi et insertion des travailleurs handicapés

Et Bernard Devy, figure du paritarisme, n’a pas manqué de saluer dans un post sur Linkedin son investissement dans le monde paritaire mais également en faveur de la cause du handicap. Ce boulimique, promu chevalier de la légion d’honneur, a effectivement beaucoup œuvré en faveur de l’emploi et de l'insertion des travailleurs handicapés, que ce soit au sein du Medef ou de différentes associations qu’il préside comme Emploi et Handicap Grand Lille ou la Fédération Cheops Hauts-de-France.

Un investissement qui n’efface pas les convictions. Alors qu’il a participé à la création du groupe Humanis, il n’hésite pas en 2013 à rendre tous ses mandats au sein du groupe de protection sociale, afin de montrer son opposition au renvoi du directeur général Damien Vandorpe.  « Si on ne modifie pas cette pratique, si on ne lui donne pas la liberté et les moyens de travailler, le nouveau directeur général d’Humanis, qui possède un très beau parcours, aura sans aucun doute des difficultés à finaliser la constitution et la réussite d’un groupe, qui possède de nombreuses qualités mais intervient dans un marché difficile. Il est nécessaire de remettre les marges à bon niveau », déclarait-il alors dans les colonnes de l’Argus. La suite des événements ne lui a pas vraiment donné tort.

Les obsèques de Michel-André Philippe ont eu lieu dans le Nord, le 16 août dernier.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 24 septembre 2021

ÉDITION DU 24 septembre 2021 Je consulte

Emploi

Natixis Assurances

CHARGÉ D’ÉTUDES ACTUARIELLES INVENTAIRE EPARGNE H/F

Postuler

Natixis Assurances

GESTIONNAIRE INDEMNISATION CADRE H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Contrat d'assurances statutaires

Centre de Gestion de la Fonction Publique

24 septembre

66 - Perpignan

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Assurance et paritarisme : la disparition d’un homme engagé

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié