Assurance : l'emploi en pleine forme

Jamais l’assurance n’avait autant embauché depuis 20 ans. Voilà une des tendances mises en avant par l’Observatoire des métiers de la branche, qui insiste sur le fait que le secteur est aujourd’hui en bonne santé.

Décidément, l’emploi dans l’assurance ne connaît pas la crise. Bien au contraire même, si on se fie aux derniers chiffres de l’Observatoire de l’évolution des métiers de l’assurance (Oema). Le 16 octobre, l’association créée par la FFA a présenté son rapport annuel sur les métiers des salariés de l’assurance (Roma). Les données sociales présentées ce jour-là incitent à l’optimisme. Au 31 décembre 2017, la branche comptabilisait ainsi 146 800 salariés. Soit une augmentation des effectifs de + 0,1 % par rapport à l’exercice précédent. « Métro­nomiquement, depuis plusieurs années, nous oscillons entre - 0,3 % et + 0,3 %, preuve de la grande stabilité de l’emploi dans l’assurance », indique Michel Paillet, chargé de mission à l’Obser­vatoire de l’évolution des métiers de l’assurance.14 386 personnes ont notamment été recrutées l’an dernier. Soit un chiffre jamais atteint depuis 20 ans selon l’Observatoire.

Preuve de la bonne santé du secteur, les recrutements en CDI sont également en hausse (+ 5,5 %). Trois métiers ont vu leurs effectifs sensiblement augmenter : la gestion et maîtrise des risques internes (+ 8,9 %), la commu­nication (+ 5,5 %) et le marketing (+ 4,5 %). À l’inverse, les métiers de gestion des actifs et du patrimoine immobilier (- 5,9 %), le support administratif (- 4 %), et la logistique (- 3,5 %) sont en recul.

Autre tendance de fond observée : la part des cadres dans les effectifs (48,5 %) continue de tendre vers le seuil symbolique des 50 %. Un équilibre qu’on ne retrouve pas, toutefois, dans toutes les données sociodémographiques du secteur.

Culture de formation

De fait, la part des femmes dans la population totale de l’assurance poursuit sa hausse (60,3 %, + 0,2 point). Et, dans le même temps, celle des salariés de moins de 30 ans diminue (13,8 % ; - 0,2 point) quand le poids des séniors augmente (17,9 % ; + 0,3 point). En conséquence, le secteur vieillit, l’âge moyen s’établissant désormais à 42,7 ans.

Nouveauté cette année : le Roma a intégré dans son enquête une mesure statistique du télétravail dans l’assurance. Il en ressort que cette forme d’organisation du travail bénéficie au moins à 11,9 % des salariés de l’assurance, sur une durée moyenne de 40,4 jours par an. Si le télétravail a du mal à se développer en province, il se généralise en revanche en région parisienne : 87 % des télétravailleurs exerceraient en Île-de-France, selon l’Observatoire des métiers. Et 84,3 % des utilisateurs du télétravail sont aujourd’hui des cadres, alors que cette population, rappelons-le, ne représente que 48,5 % des effectifs de la branche.

Cette publication des chiffres de l’emploi a aussi été l’occasion pour l’Oema de présenter le Rapport sur les formations des salariés de l’assu­rance (Rofa). Et là aussi, les chiffres sont bons. Le taux d’accès à la formation professionnelle dans la branche se situe toujours à un niveau élevé (79,9 % ; - 0,6 point). « Cet indicateur confirme la forte culture de formation dans l’assurance, puisqu’à l’interprofessionnel, ce même taux dépasse à peine les 40 % », précise Nardjesse Bensmina, data scientist de l’Oema. Selon le Rofa, la formation s’articule désormais autour de sessions plus courtes, puisque la part des cours dispensés d’une heure et moins augmente fortement (34,2 % ; +13 points).

Autre chiffre marquant de l’étude : 51 % des salariés ont à présent recours à une formation ouverte et / ou à distance (Mooc, Cooc, e-learning…). « Si cette modalité pédagogique s’organise de plus en plus dans les entreprises, c’est parce que cela permet de davantage personnaliser la formation et d’économiser des temps de déplacements. Nous arrivons ainsi à une meilleure efficacité de la formation », explique Norbert Girard, secrétaire général de l’Oema. À noter enfin que le Compte personnel de formation (CPF), entré en vigueur le 1er janvier 2015 dans l’assurance, progresse lentement mais sûrement. 1 488 salariés ont utilisé ce dispositif en 2017, contre 988 lors de l’exercice précédent. Soit tout de même 50 % en plus.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 21 février 2020

ÉDITION DU 21 février 2020 Je consulte

Emploi

SIACI SAINT HONORE

Chargé d'études Santé Prévoyance (contrats collectifs)

Postuler

SIACI SAINT HONORE

Consultant Santé Prévoyance (contrats collectifs)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurance de la flotte automobile de Logial-OPH.

LOGIAL-OPH

19 février

94 - ALFORTVILLE

Mission de certification des comptes de la communauté d'agglomération de l'albigeoi...

C2A Communauté d'Agglomération de L'Albigeois

19 février

81 - ST JUERY

RENOUVELLEMENT DES CONTRATS D'ASSURANCE POUR LES MEMBRES DU GHT SOMME LITTORAL SUD.

CHU - Hôpital Nord - Amiens Picardie

19 février

80 - AMIENS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Assurance : l'emploi en pleine forme

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié