Coronavirus : l’épineuse question du versement des dividendes

Coronavirus : l’épineuse question du versement des dividendes
Alors que l'Eiopa appelle à la suppression des dividendes, des acteurs de l'assurance en Allemagne ont décidé de maintenir leur politique de distribution vis-à-vis de leurs actionnaires. © EIOPA

Alors que le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et les régulateurs français et européen demandent aux assureurs de réduire ou renoncer au versement de dividendes, l'Autorité de surveillance en Allemagne a choisi d'adopter une position plus modérée. Une distinction vue comme "une distorsion de concurrence" par certains acteurs du secteur. 

C’est l’un des sujets sur lesquels les assureurs ne parlent pas aujourd’hui d’une seule et même voix. Alors que le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a expliqué que le report de charges sociales et fiscales, ainsi que la garantie d’Etat pour un nouvel emprunt bancaire, ne seraient possibles que si les entreprises s’engageaient à renoncer au versement de dividendes, tous les acteurs du monde de l’assurance ne l’entendent pas de la même oreille. Si les grandes banques - la Société Générale, Natixis, Crédit Agricole et BNP Paribas - ont renoncé à verser des dividendes au premier semestre, si CNP Assurances a fait de même et décidé daffecter « l’intégralité du résultat de l’année 2019 en report à nouveau », Axa ne s’est pour le moment pas positionné. L’assureur annonce vouloir prendre une décision sur le versement ou non de dividendes – voire sur la baisse du montant versé - avant son assemblée générale reportée au 30 juin prochain, « en vue de favoriser le dialogue avec les autorités européenne, française et étrangères du secteur de l’assurance ». Son directeur général Thomas Buberl s’en est justifié au JDD en ces termes : « Nous ne pouvons pas subir des règles qui ne s’imposeraient pas à nos concurrents européens, notamment allemands ».

Deux poids, deux mesures

En l’occurrence, en Allemagne, Allianz et Munich Re ont confirmé le versement de leurs dividendes et leur programme de rachat d’actions. « La BaFin (l'Autorité fédérale de surveillance financière en Allemagne, NDLR) laisse la place pour regarder au cas par cas, selon la solidité des entreprises », observe un proche du dossier. Or, cette indulgence n’est pas prônée dans l’Hexagone, le régulateur français se montrant pour sa part plus ferme que son homologue d’Outre-Rhin. De fait, il a demandé le 3 avril aux assureurs de se fixer comme objectif prioritaire de préserver, voire de renforcer leurs fonds propres, car « la chute des marchés financiers, les difficultés rencontrées par leurs clients et(…) une forte dérive prévisible de la sinistralité sont susceptibles d’avoir un impact majeur sur le bilan des assureurs mais aussi sur leur compte d’exploitation ». L’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) estime ainsi qu’ils « doivent s’abstenir de proposer la distribution de dividendes, au moins jusqu’au 1er octobre 2020 ».

L'Europe appelle à la fermeté

Cette position est également celle prise par l’EIOPA. Le régulateur européen a déclaré le 2 avril que « étant donné le niveau d’incertitude quant à la durée, l’étendue et la force de l’impact du Covid-19 sur les marchés financiers et l’économie », il demandait instamment aux assureurs et aux réassureurs « de suspendre temporairement toutes les décisions de distribution de dividende et de rachat d’actions destinés à rémunérer les actionnaires ».

« Une distorsion de concurrence »

Seulement l’Allemagne n’étant pas sur la même longueur d’onde sur le sujet, « cette situation crée une distorsion de concurrence », observe-t-on au sein d’un acteur majeur du secteur. Une brèche dans laquelle plusieurs acteurs se sont empressés de s'engouffrer. Comme Axa, le réassureur Scor ne s’est pour l’instant pas prononcé sur les dividendes, reportant son assemblée générale au 30 juin prochain. A noter qu'en Suisse, les assureurs Swiss Life, Zurich Insurance et le réassureur Swiss Re auraient pour leur part décidé de poursuivre leur politique de rémunération des actionnaires.

Raphaële Karayan et Nicolas Thouet

Le Magazine

ÉDITION DU 05 juin 2020

ÉDITION DU 05 juin 2020 Je consulte

Emploi

SAS COHEN CORPORATE ASSURANCES

Commerciaux Sédentaires H/F

Postuler

SOLUSEARCH.

Juriste Réassurance H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Prestations d'assurance, d'expertise et services annexes associés

Lille Métropole Habitat - OPH

03 juin

59 - LILLE METROPOLE HABITAT

Services d'assurance pour le c.c.a.s.

Ville de Gennevilliers

03 juin

92 - GENNEVILLIERS

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Coronavirus : l’épineuse question du versement des dividendes

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié