Résultats semestriels 2018 : les résultats 2018 à mi-parcours

Résultats semestriels 2018 : les résultats 2018 à mi-parcours
peshkov PA / Getty Images / iStockphoto

Les chiffres sont tombés fin juillet, début août, en plein milieu d’un été caniculaire. Assez classiquement, tous les dirigeants se sont réjouis de leurs résultats semestriels. Les données ne sont pas toujours très lisibles, ni comparables, mais les chiffres de ce premier semestre 2018 sont globalement plutôt bons. Ils témoignent des efforts engagés par chacun pour s’adapter à son environnement.

AllianzAxaGenerali

Les grandes compagnies affichent des évolutions contrastées sur ce premier semestre 2018. Là où Generali annonce une hausse de 6,5 % de ses primes (35,1 Md€) la progression s’avère de 3 % pour Axa (53,6 Md€) et de 1,7 % pour Allianz (67,3 Md€). Et plus encore, la compagnie allemande affiche un résultat opérationnel (5,7 Md€) en recul de 1,7 % et un bénéfice net (4,02 M€) quasi étale. « Nous restons en bonne voie pour atteindre notre objectif 2018 de résultat opérationnel annuel », a toutefois commen­té Oliver Bäte, le directeur général d’Allianz.

« La simplification porte ses fruits », a estimé son homologue d’Axa, Thomas Buberl. La compagnie connaît un résultat opérationnel (3,3 Md€) en progression de 9 %. Mais son résultat net (2,8 Md€) est en recul de 11 % du fait notamment de charges exceptionnelles liées à l’introduction en bourse d’Axa Equitable Holdings, Inc.

À Trieste, tous les indicateurs sont dans le vert puisque le résultat opérationnel de Generali (2,5 Md€) et son résultat net (1,3 Md€) sont en progression respective de 2,7 et 8,8 %. « Un de nos plus importants résultats de premier semestre », a souligné son pdg Philippe Donnet.

Même contraste du côté des filiales hexagonales. L’activité d’Axa France (13 Md€) progresse de 8,8 %, essentiellement portée par l’assurance de personnes alors que le chiffre d’affaire dommages s’avère stable. Le résultat opérationnel (816 M€) affiche également une hausse de 9 %, « reflétant essentiellement une croissance de la marge technique, notamment en dommages malgré la hausse des charges liées aux événements naturels ». Des intempéries qui pèsent également sur le ratio combiné de Générali France qui augmente de 0,6 point à 98,9 %. La filiale de l’assureur italien affiche un encaissement en vie de 4,9 Md€ (+ 8,8 %), et en dommages de 1,44 M€ (+ 2,6 %), avec un résultat opérationnel respectif de 328 M€ (+ 0,9 %) et 70 M€ (- 11,3 %).

François Limoge

Axa

  • Chiffre d’affaires : 53,6 Md€ (+ 3 %)
  • Résultat opérationnel : 3,3 Md€ (+ 9 %)
  • Résultat net : 2,8 Md€ (- 11 %)

Allianz

  • Chiffre d’affaires : 67,3 Md€ (- 1,7 %)
  • Résultat opérationnel : 5,7 Md€ (- 1,7 %)
  • Résultat net : 4,02 Md€ (stable)

Generali

  • Chiffre d’affaires : 35,1 Md€ (+ 6,5 %)
  • Résultat opérationnel : 2,5 Md€ (+ 2,7 %)
  • Résultat net : 1,3 Md€ (+ 8,8 %)

La Banque postale Assurance – Crédit agricole Assurances – Assurances du Crédit mutuel

Diversification oblige, l’assurance de dommages est un axe stratégique de rééquilibrage de l’activité de la plupart des bancassureurs français, au même titre que la santé et la prévoyance. Dans un contexte de taux bas persistant, tous cherchent à désensibiliser leur bilan à l’épargne en euros. Et cette stratégie fonctionne, comme en témoigne les résultats semestriels des bancassureurs qui ne cessent de gagner des parts de marché, au détriment des mutuelles sans intermédiaires, historiquement implantées sur ces segments. Ainsi sur les six premiers mois de l’année, La Banque postale voit son portefeuille de contrats Iard progresser de 5,4 %, tiré notamment par la hausse de 7,9 % des ventes de contrats protection juridique. Pour le groupe des assurances du Crédit mutuel, sixième bancassureur français selon notre classement 2018, les primes en assurances de biens ont progressé de 5,3 %. Le fruit, précise le groupe, d’une « production record en automobile, multirisque habitation et multirisque des professionnels et de taux de résiliation toujours orientés favorablement ».

Pour s’imposer sur ces marchés saturés, les bancassureurs capitalisent sur la clientèle bancaire de leur maison-mère. C’est la stratégie de Crédit agricole Assurances dont le chiffre d’affaires en assurance dommages est en hausse de 8,2 % à 2,5 Md€. « Cette performance est portée à la fois par les particuliers et les agriculteurs/professionnels, avec des hausses respectives de 8,5 % et 7,2 % par rapport à la même période de l’année précédente », explique le groupe. Ajoutant que « le taux d’équipement des clients du groupe Crédit agricole poursuit sa progression et atteint 35,5 % dans les caisses régionales (hausse de 1,5 point sur un an) et 23,1 % chez LCL (hausse de 1,2 point sur un an) ».

Ces segments ont tiré l’activité de ces trois bancassureurs, qui représentent plus de 36 Md€ de chiffre d’affaires à fin 2017.

Géraldine Bruguière-Fontenille

La Banque postale Assurance

  • Activité : 145 M€ (produit net bancaire / + 20,2 %)
  • Revenu brut exploitation : 79 M€ (+ 16,1 %)
  • Résultat net part du groupe : 184 M€ (+ 7,9 %)

ACM

  • Activité : 6,1 Md€ (CA assurances / + 7,1 %)
  • Revenu brut exploitation : 682 M€ (+ 2,2 %)
  • Résultat net part du groupe : 460 M€ (+ 1,5 %)

Crédit agricole Assurances

  • Activité : 17,2 Md€ (+ 5,9 %)
  • Revenu brut exploitation : NC
  • Résultat net part du groupe : 540 M€ (stable)

Scor – Swiss ReMunich ReHannover Re

Après une année 2017 particulièrement difficile, marquée à l’automne par une série de catastrophes naturelles qui a grevé leurs résultats financiers, les réassureurs ont démarré l’année 2018 avec des conditions de marché plus favorables. En dehors de quelques grosses tempêtes hivernales – Friederike a généré 2,1 Md\$ de pertes assurées dans le Nord de l’Europe et Nor’easter 1,6 Md\$ au nord-est des États-Unis – les six premiers mois de l’année ont été marqués par une sinistralité en baisse. Les catastrophes naturelles ont causé 18 Md\$ de pertes assurées dans le monde, contre 25 Md\$ sur les six premiers mois de 2017, selon les estimations du Swiss Re Institute. Cela permet aux réassureurs d’améliorer leur rentabilité technique : Scor affiche un ratio combiné net de 91,4 %, en recul de 2,1 points, Swiss Re de 92,9 % (- 4,5 points) et Hannover Re de 95,7 % (-0,8 point).

Les réassureurs ont aussi bénéficié de la hausse des volumes et du redressement – modéré – des tarifs sur la branche P&C (réassurance de biens et responsabilité). Après trois années consécutives de baisse, Scor a ainsi enregistré des tarifs en hausse de 2,9 % au premier semestre 2018, et de 2,3 % pour les renouvellements de juin et juillet. Mais c’est surtout la réassurance vie qui tire la croissance des primes. Scor Global Life affiche une croissance de 2,5 % des primes brutes (à taux de change courant) et la division vie de Swiss Re de 15,2 %.

Ces dynamiques de marché permettent aux réassureurs d’engranger de solides résultats financiers au premier semestre. Scor pâtit toutefois de la réforme fiscale américaine, qui a généré dans ses comptes une importante charge (- 75 M\$) due aux coûts de réorganisation opérationnelle, tandis que Swiss Re a subi l’impact d’un changement comptable dans la méthode des US Gaap (- 265 M\$). Sans ces charges exceptionnelles, ils afficheraient respectivement un résultat net en hausse de 11 % et de 0,33 %. Alors que les revenus tirés de ses investissements sont en berne, Hannover Re enregistre un bénéfice net en hausse de 3,8 % grâce à la bonne tenue de son activité. En dépit d’un chiffre d’affaires en recul, Munich Re affiche une belle progression de son résultat net (+ 20,5 %), tiré par la hausse de son résultat technique (+ 41,4 %) et de ses produits financiers (+ 12,7 %).

Aurélie Abadie

Scor

  • Chiffre d’affaires (primes brutes émises) : 7,537 Md€ (+ 0,2 % à taux de change courant)
  • Résultat net : 262 M€ (- 10,3%)
  • Rentabilité des capitaux propres annualisée (ROE) : 8,8 % (- 0,3 point)

Swiss Re

  • Chiffre d’affaires : 19,589 Md\$ (+ 8 %)
  • Résultat net : 1,006 Md\$ (- 16,9 %)
  • Rentabilité des capitaux propres annualisée (ROE) : 6,3 % (- 0,7 point)

Munich Re

  • Chiffre d’affaires (primes brutes émises) : 24,313 Md€ (- 1,7 %)
  • Résultat net :1,555 Md€ (+ 20,5 %)
  • Rentabilité des capitaux propres annualisée (ROE) : 11,3 % (+ 3,1 points)

Hannover Re

  • Chiffre d’affaires (primes brutes émises) : 10 Md€ (+ 11 %)
  • Résultat net : 555,3 M€ (642,4 M\$) (+ 3,8 %)
  • Rentabilité des capitaux propres annualisée (ROE) : 13,2 % (+ 1 point)

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Fourniture, livraison et gestion de titres restaurant pour le Centre de Gestion de ...

Centre Gestion Fonction Publique Territ.des P. Atl. Maison des Communes

18 août

64 - PAU

Services d'assurances pour la commune de Vinon-sur-verdon.

Ville de Vinon sur Verdon

18 août

83 - VINON SUR VERDON

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Résultats semestriels 2018 : les résultats 2018 à mi-parcours

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié