Complémentaire santé : un début d’année 2018 difficile

Complémentaire santé : un début d’année 2018 difficile

Si la situation du marché de l’assurance complémentaire santé a connu une légère amélioration sur l’année 2017, tempérée par une inflation record, le début d’année 2018 est plus délicat.

Le marché de l’assurance complémentaire santé connaît une croissance modérée depuis 2015, avec des taux de progression  excédant à peine les 1% par an (1,3% en 2015, 1,4% en 2016). Si l’année 2017 a laissé entrevoir un léger mieux, cette amélioration était tempérée par une inflation record depuis 2012 (+1%).

Cette situation ne semble pas être vouée à s’améliorer en 2018. Alors que l’inflation s’élève à 0,9% sur le premier trimestre de l’année en cours, la croissance du marché de l’assurance complémentaire santé n’a été sur la même période que de 0,1%. C’est l’une des principales informations de la lettre trimestrielle du fonds de financement de la couverture maladie universelle (Fonds CMU), « Références ».

L'analyse d'un trimestre seul peut évidemment engendrer des tendances différentes pour le reste de l'année : l'exercice 2017 avait toutefois été nettement mieux engagé (+3,2% sur le premier trimestre, +2,1% sur le second), là où le premier semestre 2016 avait été plus erratique (-2,2% sur le premier trimestre, +3,3% sur le second).

Une assiette qui a évolué en 2017

Cette tendance sur le premier trimestre 2018 se base sur le traditionnel indicateur du marché, l’assiette de la taxe de solidarité additionnelle (TSA). Le fonds CMU, à la suite de la publication de son rapport annuel, a d’ailleurs précisé l’évolution de cette assiette en 2017, comme le montre le tableau ci-dessous. Ainsi, l’assiette générale de la TSA progresse non plus de 2% mais de 2,2%, en intégrant trois nouvelles assiettes (contrats au premier euro, contrats indemnités journalières responsables et non responsables). Sur le précédent périmètre de l’assiette globale (cinq premières assiettes), cette croissance n’est plus de 2,3% mais de 2,6%, l’unique différence de calcul d’assiette concernant la principale : les contrats classiques responsables et solidaires, qui représentent près de 90% de l’assiette globale, chiffrés désormais à 33,19 milliards d’euros et non plus 33,12 (+3,6% sur l'année 2017).

Ce changement de périmètre concernant l’assiette de TSA rend délicate les analyses comparatives pour les organismes assureurs, les compagnies d’assurance représentant l’essentiel du marché des trois nouvelles assiettes en question. Ainsi, les progressions d’assiettes d’Axa France Vie, Generali Vie ou encore Groupama Gan Vie sont toutes à deux chiffres.

Les mutuelles toujours en difficulté

Un autre point complique également cette analyse, comme le souligne le Fonds CMU : l’imbrication croissante entre organismes de familles différentes, à l’instar du rapprochement entre le groupe de protection sociale AG2R La Mondiale et le groupe mutualiste Matmut. Il se dégage toutefois une tendance lourde et récurrente depuis plusieurs années : les mutuelles connaissent des difficultés que ne rencontrent guère les compagnies d’assurance.

Ainsi, l’assiette globale de l’ensemble des mutuelles s’élève à 18,67 milliards d’euros (+0,2%), soit 50,5% de l’assiette globale. Comme attendu, la part de marché des mutuelles sur l’assurance complémentaire santé se rapproche de plus en plus de la barre fatidique des 50%. Les institutions de prévoyance s’en sortent mieux avec une progression de 3,1%, à 6,47 milliards d’euros, tandis que les sociétés d’assurance renforcent leur ancrage avec une progression de 5,1%, à 11,82 milliards d’euros. La part de marché de ces dernières s’élève ainsi désormais à 32%, contre 17,5% pour les institutions de prévoyance et 0,1% pour la petite vingtaine d’organismes complémentaires opérant en libre prestation de services (32 millions d’euros en tout et pour tout).

 

(Montants en M€) Contrats classiques resp. Contrats classiques non resp. Contrats art. 998 CGI Contrats agriculteurs resp. Contrats agriculteurs non resp. Contrats au premier euro Contrats IJ resp. Contrats IJ non resp. ASSIETTE TSA
2016 32040 1232,2 470,2 1129,9 11,6 64,6 744,2 499,2 36191,9
2017 33190 1251 254,4 1051,8 16,9 132,7 584,1 509,1 36990,1
Évolution +3,6% +1,5% -45,9% -6,9% +45,8% +105,5% -21,5% 2% 2,2%

 

Emploi

BNP PARIBAS

Architecte IT H/F

Postuler

CIBLEXPERTS

Expert RC construction ou mécanique H/F

Postuler

BNP PARIBAS

Chargé(e) d'études actuarielles - Tarification H/F

Postuler
Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Recouvrement amiable et judiciaire de créances auprès des locataires sortis pour le...

SIA Habitat Société Immobilière de l'Artois

18 septembre

59 - DOUAI

Prestations de recouvrement de créances pour les besoins de la Canssm.

CANSSM Caisse Autonome Nationale de la Sécurité Sociale dans les Mines

18 septembre

75 - CANSSM

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Complémentaire santé : un début d’année 2018 difficile

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié