Coronavirus : les premières pistes du déconfinement dévoilées par Édouard Philippe

Coronavirus : les premières pistes du déconfinement dévoilées par Édouard Philippe
Le Premier ministre Édouard Philippe a notamment souligné que la première échéance pour le déconfinement, prévue au 11 mai, pourrait être repoussée si besoin était. © capture BFMTV

Le Premier ministre a présenté les grandes lignes de la stratégie nationale de déconfinement : la date préalablement annoncée du 11 mai pourrait, notamment, être remise en question sous certaines conditions. Les principales annonces à retenir pour les assureurs et courtiers.

Discours particulièrement attendu qu’a prononcé ce mardi 28 avril le Premier ministre Édouard Philippe devant l’Assemblée nationale. Il a dévoilé les premières pistes de la « stratégie nationale de déconfinement », un déconfinement obéissant à un triptyque-socle – « Protéger, tester, isoler » et qui se fera de manière différenciée selon les départements.

Ce point est en effet l’une des principales annonces à retenir : après des jours et semaines de valse-hésitation, le déconfinement devrait bien être mené à compter du 11 mai sur une base géographique. Les départements où la circulation du virus sera ralentie (« départements verts ») seront privilégiés à celle où elle ne le sera pas (« départements rouges »), où la mise en place de ce déconfinement sera plus sévère : la présentation de ces deux catégories sera réactualisée chaque jour par le directeur général de la Santé Jérôme Salomon à compter du 30 avril prochain. La division définitive de ces départements sera fixée au 7 mai pour la première phase du déconfinement (du 11 mai au 2 juin), ce déconfinement étant mené par phases de trois semaines pour progressivement relancer l’activité économique et sociale du pays.

Le télétravail particulièrement encouragé

Si les agences d’assurance n’avaient pas l’obligation d’être fermées jusqu'à présent, la plupart l’avaient tout de même été, de même que les sièges sociaux des compagnies, mutuelles et autres groupes de protection sociale. À partir du 11 mai, l’ensemble des commerces (en dehors des cafés et restaurants) pourront être de nouveau ouverts tout en, bien sûr, conservant les règles élémentaires d’hygiène (distanciation sociale, port du masque grand public « recommandé », limitation du nombre de personnes présentes dans un même lieu). Le télétravail, massivement étendu ces dernières semaines dans de plus ou moins bonnes conditions, reste à privilégier selon l’exécutif : « il doit être maintenu partout où c’est possible au moins durant les trois prochaines semaines (…) il n’y a pas sur ce sujet un avant et un après-11 mai », a rappelé Édouard Philippe.

Du côté des transports, où les décisions à prendre ont été « particulièrement ardues » – dixit le Premier ministre – deux séries de décisions seront prises : remontée de l’offre de transports urbains et, au contraire, limitation de l’offre de déplacements interrégionaux. De manière commune, l’idée est d’étaler les flux de passage pour permettre à ces règles de protection de base d’être respectées. Ainsi, en région parisienne, le trafic de la RATP devra être rétabli à 70% de ses capacités d’ici au 11 mai avant de s’orienter de nouveau vers un trafic normal. Par ailleurs, la fameuse attestation de déplacement ne sera plus utile à compter du 11 mai pour un déplacement dans un rayon de 100 kilomètres – au-delà, ce ne sera uniquement que pour « motif impérieux, familial ou professionnel ».

Le dispositif d'activité partielle prolongé

Mis en place par certains assureurs (refusé notoirement par d'autres), le dispositif d’activité partielle mis en place pour soutenir les entreprises en difficulté est maintenu jusqu'au 1er juin – « il sera adapté par la suite si la pandémie est maîtrisée », a nuancé Édouard Philippe.

Cette stratégie de déconfinement, « qui paraîtra trop sévère pour certains et trop laxiste pour d’autres », n’est pas figée. Si le Premier ministre considère que « si le confinement devait durer trop longtemps, il pourrait entraîner des effets délétères pour le pays », toutefois, la date du 11 mai pourrait parfaitement être repoussée si la situation actuelle venait à se dégrader. L’hypothèse numéraire retenue est celle de 3 000 nouveaux contaminés par jour : si elle venait à ne pas être tenue d’ici au 7 mai, la date de ce déconfinement pourrait donc évoluer.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 23 octobre 2020

ÉDITION DU 23 octobre 2020 Je consulte

Emploi

Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS)

Expert Engins de chantier (H/F)

Postuler

ASSURANCES TOUSSAINT-PAJOT-SEVIN

AGENT GÉNÉRAL ASSOCIÉ H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

PRESTATION D'ASSURANCE PREVOYANCE.

Grand Port Maritime de la Réunion

22 octobre

974 - LE PORT

Assurance automobile et risques annexes.

Conseil Départemental du Val d'Oise

22 octobre

95 - CONSEIL DEPARTEMENTAL

MARCHE D'ASSURANCES POUR LA COMMUNE DE GOUSSAINVILLE.

Ville de Goussainville

22 octobre

95 - GOUSSAINVILLE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Coronavirus : les premières pistes du déconfinement dévoilées par Édouard Philippe

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié