Coronavirus : une facture à plusieurs milliards d’euros pour l’assurance

Coronavirus : une facture à plusieurs milliards d’euros pour l’assurance
Florence Lustman, présidente de la FFA. © Irene de Rosen / Hans Lucas

Dans une tribune publiée ce jour, Florence Lustman, présidente de la Fédération française de l’assurance (FFA) répond aux critiques dont fait l’objet le secteur depuis le confinement et chiffre l’impact de la crise sanitaire sur le secteur.

L’Etat ne peut pas tout, l’assurance non plus. Depuis le début de la crise du coronavirus, l’assurance concentre une série d’attaques de la part des pouvoirs publics, de parlementaires de tous bords et de syndicats patronaux (CPME, Umih...). En cause : leur refus de prendre en charge la perte d’exploitation sans dommages des entreprises - indépendants, TPE et PME pour l’essentiel – qui font face à une baisse drastique de leurs chiffres d’affaires depuis le début du confinement.

Dans une tribune publiée sur le site de la Fédération française de l’assurance (FFA), Florence Lustman, sa présidente, adresse un message clair : « Les assureurs ne peuvent hélas pas faire de miracle avec l’argent qu’on leur a confié ». Et d’ajouter : « Les pertes d’exploitation des entreprises françaises dues au confinement vont sans doute se chiffrer à des dizaines de milliards d’euros, somme qu’aucun acteur à part l’Etat ne peut supporter seul. C’est pour cette raison que l’assurance n’intervient jamais en cas d’épidémie, de révolution ou de guerre car les conséquences de tels événements sont tout simplement hors de portée. »

L’assurance apporte sa part à l’effort national

Si la profession ne peut intervenir au titre de la PE sans dommages, la présidente de la FFA rappelle les engagements pris par le secteur pour contribuer à l’effort de solidarité nationale. Les assureurs « continuent à garantir normalement les contrats des TPE qui auraient des difficultés à payer leurs cotisations durant le confinement et reporteront les loyers des TPE et des PME en difficulté. »

Pour les femmes enceintes et les personnes en affection longue durée (ALD) en arrêt maladie, les assureurs « prennent aussi en charge leurs indemnités journalières dans la limite de 21 jours, alors même que cette situation n’est pas couverte par les contrats. »

Enfin, ils se sont engagés à alimenter à hauteur de 200 millions d’euros le fonds de solidarité mis en place par l’Etat. « Nous sommes aujourd’hui le seul secteur d’activité à y avoir contribué », martèle Florence Lustman.

>> A Lire : comment un assureur prend-t-il en compte le risque de pandémie [Tribune]

Un coût de 3 Md€ pour le secteur

A ces mesures prises par l’ensemble des adhérents de la FFA, sa présidente évoque également les initiatives individuelles supplémentaires prises par quelques assureurs : dons de centaines de milliers de masques, financement d’hôpitaux et de la recherche, assistance scolaire et soutien psychologique gratuits, plateformes d’entraide…

« Au total, si l’on prend toutes ces mesures et les effets directs de la crise, l’impact pour l’assurance se chiffre déjà à plus de 3 milliards d’euros », souligne sa présidente qui espère ainsi faire taire une partie des critiques.

Une réflexion sur un nouveau régime assurantiel

La présidente de la FFA confirme toutefois l’engagement du secteur à participer aux réflexions en cours sur l’élaboration d’un futur régime permettant de faire face à de prochaines catastrophes sanitaires majeures. En rappelant que ce futur régime ne pourra pas reposer seulement sur les assureurs : « Mais ne nous y trompons pas, les assureurs ne pourront pas couvrir seuls de tels événements et ce régime devra s’appuyer sur un partenariat avec l’Etat. C’est pourquoi la FFA a décidé dès aujourd’hui de lancer une réflexion pour faire des propositions aux pouvoirs publics en ce sens»

Des pistes sont d'ores-et-déjà à l’étude. Dans un entretien accordé à L’Argus, Valéria Faure-Muntian, députée LREM et vice-présidente de la commission des affaires économiques, indiquait s’être emparée du dossier à l'Assemblée nationale. Elle auditionnait cette semaine la CCR et prochainement la présidente de la FFA.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 17 juillet 2020

ÉDITION DU 17 juillet 2020 Je consulte

Emploi

CEGEMA

Chargé(e) de Gestion Emprunteur H/F

Postuler

MNCAP

Responsable Contrôle interne et fonction clé gestion des risques H/F en CDI

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Coronavirus : une facture à plusieurs milliards d’euros pour l’assurance

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié