Crash du Boeing 737 Max : une lourde facture pour les (ré)assureurs

Crash du Boeing 737 Max : une lourde facture pour les (ré)assureurs

Le crash de l’avion d’Ethiopian Airlines en mars dernier, suivi par l’immobilisation des Boeing 737 Max, coûte cher aux réassureurs et aux compagnies d’assurance internationales.

 

C’est probablement « la plus grande catastrophe aérienne hors guerre », selon le courtier en réassurance Willis Re. Le crash du Boeing 737 Max le 10 mars dernier, affrété par la compagnie Ethiopian Airlines au départ de Addis Adeba et à destination de Nairobi a causé 157 morts, passagers et/ou membres de l’équipage. S’en est suivi une immobilisation des appareils de l’avionneur américain dans le monde entier, conduisant à de multiples annulations de vols.

Un coût estimé à 1 Md$ 

Sur le marché de l’assurance aviation, un marché de niche aux mains de quelques spécialistes, l’impact sera de taille. Le coût des indemnisations pourrait atteindre, au total,1 Md$ selon Willis Re. Pour les traités en excédent de perte (« excess of loss »), cette catastrophe pourrait éroder 3 à 4 ans de primes pour les réassureurs aviation, estime encore le courtier.

Parmi les premiers exposés, les leaders mondiaux de la réassurance Munich Re et Swiss Re, qui figurent tous deux parmi les assureurs de Boeing. L’avionneur américain est, en effet, couvert par un consortium de (ré)assureurs mené par la compagnie britannique Global Aerospace, qui est détenue à 51% par Munich Re et à 49% par Berkshire Hathaway, le conglomérat du milliardaire américain Warren Buffet. Quant à la compagnie aérienne Ethiopian Airlines, elle est principalement assurée par l’américain Chubb, Willis Towers Watson étant son courtier.

Munich Re et Swiss Re en première ligne

Munich Re pourrait débourser jusqu’à 150M€, a-t-il indiqué lors de la présentation de ses résultats trimestriels, un montant qui couvre aussi bien les indemnisations pour la perte de l’appareil, les indemnités versées aux ayant-droits des victimes ainsi que la couverture des pertes générées par l’immobilisation des avions.

Quant à Swiss Re, qui figure parmi les réassureurs de Boeing en RC, mais aussi d’Ethiopian Airlines, la charge encaissée dans ses comptes du premier trimestre est de 90M$. Cumulée aux pertes enregistrées du fait des inondations en Australie (210 M€) et du cyclone Idai au Mozambique, elle a fait grimper le ratio combiné de sa branche dommages (P&C) à 110,3% et reculer le bénéfice net de la branche à 13 M$, contre 345M$ au T1 2018.

L’allemand Hannover Re, troisième du marché mondial de la réassurance, a indiqué quant à lui que le crash avait entraîné une charge nette de 11,7 M € au premier trimestre 2019. L’assureur allemand Allianz a, par ailleurs, essuyé une charge de 50 M€ dans ses comptes au premier trimestre, a-t-il indiqué ce mardi.

Pour l’heure, les prix restent contenus sur le marché de la réassurance aviation, la plupart des traités concernés ayant déjà fait l’objet d’une « cotation » en vue des renouvellements, explique Willis Re. La compagnie aérienne Air India a cependant indiqué que le coût du renouvellement de son traité de réassurance auprès d’AIG sur le marché londonien avait doublé, suite à la catastrophe, à 28 M$.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 20 septembre 2019

ÉDITION DU 20 septembre 2019 Je consulte

Emploi

KAPIA RGI

Chef de Projet Assurance-Vie H/F

Postuler

KAPIA RGI

Ingénieur Développement PHP5/ZEND (H/F)

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Assurances statutaires groupement ESMS 65

Etablissement Public d'Accompagnement et de Soins des Hautes-Pyrénées 65

20 septembre

65 - CASTELNAU RIVIERE BASSE

Aménagement du CCAS

Ville de Ruelle sur Touvre

20 septembre

16 - Ruelle-sur-Touvre

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Crash du Boeing 737 Max : une lourde facture pour les (ré)assureurs

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié