Denis Kessler (SCOR) : « IFRS 17 reflétera mieux notre valeur économique »

Denis Kessler (SCOR) : « IFRS 17 reflétera mieux notre valeur économique »
© Nathalie Oundj

A contre-courant des assureurs qui ont demandé un report de l’entrée en vigueur de la nouvelle norme comptable, le PDG de SCOR estime que IFRS 17 bénéficiera aux réassureurs engagés dans la branche vie.

 

C’est un big bang comptable. La nouvelle norme comptable internationale pour les passifs d’assurance, IFRS 17, doit entrer en vigueur au 1er janvier 2022. Inquiets à la fois de l’ampleur du chantier et de certains paramètres comme le maillage imposé pour découper les contrats, les assureurs européens ont, en effet, obtenu un report d’un an. (Lire notre article complet ici Le big bang comptable qui affole les assureurs )

Une meilleure évaluation

Pour les réassureurs, en revanche, IFRS 17 est « un bon challenge », a estimé le PDG de SCOR Denis Kessler, lors des Rendez-Vous de Septembre à Monte-Carlo. Le mastodonte français, quatrième réassureur mondial, va consacrer 100 M€ d’investissements à ce chantier comptable sur les 250 M€ d’investissements annoncés pour son nouveau plan stratégique « Quantum Leap ».

Si le passage d’IFRS 4 à IFRS 17 va demander de profondes transformations, Denis Kessler estime que la nouvelle norme comptable « reflétera mieux la valeur économique des activités de long terme comme la réassurance ».  Une bonne nouvelle pour SCOR, dont la valeur boursière a fait l’objet de critiques dans le sillage du refus de l’offre de rachat de Covéa. Le cours de Bourse de SCOR se situe aujourd’hui aux alentours de 36€ par action, alors que l’assureur mutualiste offrait 43€ par action.

Bénéfice pour la réassurance vie

Comme le régime prudentiel de Solvabilité 2, la norme comptable IFRS 17 repose sur la valeur de marché, une « convergence » saluée par Denis Kessler. Pour le PDG de SCOR, le passage à IFRS 17 permettra de mieux mesurer la « création de valeur » et de davantage la refléter dans la capitalisation boursière de SCOR. « Nous pensons que IFRS 4 sous-estime notre valeur », souligne-t-il. IFRS 17 bénéficiera particulièrement à son activité de réassurance vie, estime le PDG de SCOR, en redonnant de la valeur au stock de son portefeuille vie, là où IFRS 4 ne prenait en compte que le bénéfice tiré annuellement de ce portefeuille.

Alors que SCOR a fait dès 2004 le pari de la diversification de son activité – la vie représentant aujourd’hui 40% de son chiffre d’affaires - Denis Kessler espère en récolter les fruits, tant sur le plan prudentiel que sur le plan comptable. « La réassurance vie est intéressante comme outil de diversification car elle permet de réaliser des gains de capital gigantesques sous Solvabilité 2 », explique-t-il à l’Argus de l’assurance. Une stratégie qui fait des émules sur le marché. Le PDG de Partner Re Emmanuel Clarke a ainsi annoncé lors des Rendez-Vous de Septembre vouloir accélérer le développement de ses activités vie et santé, qui ne représentent pour l’heure que 20% de son portefeuille global.

Testez L'Argus de l'assurance en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Le Magazine

ÉDITION DU 21 février 2020

ÉDITION DU 21 février 2020 Je consulte

Emploi

SIACI SAINT HONORE

Consultant Santé Prévoyance (contrats collectifs)

Postuler

Futur Associé H/F

Postuler

+ de 10 000 postes
vous attendent

Accéder aux offres d'emploi

APPELS D'OFFRES

Souscription d'une garantie assurances multirisques bureaux

Paris Habitat OPH Direction des achats

21 février

75 - PARIS HABITAT OPH

Assurance dommages aux biens et risques annexes Angers Loire Métropole-risques spéc...

Angers Loire Métropole Com. d'agglo. du Grand Angers

21 février

49 - ANGERS LOIRE METROPOLE

Proposé par   Marchés Online

Commentaires

Denis Kessler (SCOR) : « IFRS 17 reflétera mieux notre valeur économique »

Merci de confirmer que vous n’êtes pas un robot

Votre e-mail ne sera pas publié